C-6-D’un populisme à une politique-approche spinoziste

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquez ICI

Le premier objectif de cet article est de caractériser « populisme », « populisme de gauche », « populisme de droite » et « leader et parti populiste », étant entendu que les « leaders et partis populistes » peuvent embrasser ou récupérer des idées « populistes » de droite comme de gauche.

Par une analyse spinoziste, le deuxième objectif est de montrer qu’un « populisme de droite » peut être mis en œuvre par un « leader » d’un parti populiste, mise en œuvre pouvant aboutir à un régime très autoritaire, sinon dictatorial. Par contre, un « populisme de gauche» ne peut pas être mis en œuvre par un « leader » d’un parti populiste : soit ce leader et ce parti réintègre le jeux démocratique dominant, au grand dam d’une bonne partie de ses sympathisants, en espérant favoriser une « vraie politique de gauche », soit il reste dans une opposition qui est déclinante si elle ne suscite pas un espoir suffisant.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquez ICI

Article (D-1) Critique spinoziste des thèses de Orléan&Lordon sur l’État et la monnaie

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article, tout en confirmant le grand l’intérêt des approches spinozistes de l’État et de la monnaie de A. Orléan et F. Lordon, discute leur analyse qui semble ignorer La Raison.

Deux écrits sont discutés :

la présentation sur le site de l’EHESS du séminaire « structuralisme des passions » de F. Lordon,

l’article « Genèse de l’État et genèse de la monnaie »1 de A. Orléan et F. Lordon.

Cet article repose sur l’article (B-2) « Prémisses fondamentales pour toute SHS » et surtout sur l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits.

Dans les deux écrits discutés, la Raison n’est jamais évoquée: il y a d’une part des sentiments et d’autre part des institutions humaines (« Institution majuscule », monnaie, etc..).

En reprenant les critères spinozistes du « vrai »1, aussi bien (a-) le concept de « État de nature marchande », que (b-) les sentiments prêtés aux marchands, pour expliquer les choses présumées mises en place ne sont pas des propositions démontrées, au sens donné dans l’Éthique, mais des prémisses à accepter ou à rejeter …. selon nos propres sentiments de lecteur.

Pour notre part, nous les acceptons avec plaisir. Nous les acceptons d’autant mieux que nous remplaçons ensuite la Raison selon Spinoza par les raisons que nous proposons dans l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits, avant de mobiliser ceux-ci pour mieux étayer les intuitions spinozistes de ces deux auteurs.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

1 Voir chapitre Les 3 genres de connaissance et les 4 modes de perception de l’entendement de l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses écrits

1« genèse de l’état et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis » Juin 2006, Association Recherche & Régulation c/o LEPII-CNRS

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search