Chères lectrices et lecteurs

Le titre de ce carnet de recherche (« actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales ») est certainement présomptueux.

Bien des philosophes ont déjà mobilisé Spinoza dans les sciences sociales et l’initiateur de ce carnet a la chance et le plaisir d’assister depuis des années aux séminaires de Chantal Jaquet et de Frédéric Lordon, de faire connaissance avec leurs œuvres et d’apprécier la mobilisation qu’ils font de Spinoza dans les sciences sociales.

De même que ces auteurs, avec de nombreux autres, ce carnet mobilise des concepts spinozistes très éclairants pour les sciences sociales, ex : conatus, nécessités de la nature et libre-nécessité, imitation des affects, puissance de la multitude, affects, Raison, etc., y compris en élargissant ces concepts aux institutions humaines.

L’actualisation que propose ce carnet avant de mobiliser la philosophie de Spinoza (actualisation mentionnée dans le sous-titre : « introduction du concept de raisons multiples poussées par les affects ») semble anodine, d’autant que Spinoza a déjà préparé le terrain : même s’il n’appelle « Raison » que la connaissance du 2. genre, les quatre types de connaissance qu’il énonce dans l’Éthique (connaissance vague et les trois genres de connaissances), ainsi que les quatre modes de perception de l’entendement qu’il expose dans le TRE, conduisent à envisager des raisons ou connaissances très diverses à propos d’une chose, diversité à la mesure de la diversité des gens tels qu’ils sont.

Comme essaye de le montrer l’article (D-2) epistemologie naïve et émotions épistémiques au prisme de Spinoza et comme le montrent les sciences cognitives en général, les liens entre raisons et connaissances d’une part et les affects d’autres parts sont intimes. En premier lieu, chacun (humain ou institution humaine) est poussé par ses affects (de désir, de crainte, etc..) à construire ou à adopter une raison et pas une autre à propos d’une chose. Cela peut conduire à des délibérations raisonnables, feutrées et polies, mais également à des conflits passionnés et même violents entre individus ou entre individus et institutions, en particulier lorsque les nécessités de la nature qui fondent les raisons des uns ne sont pas reconnues par les raisons d’autres.

C’est l’objectif de ce carnet, avec la contribution de vous tous lectrices et lecteurs, que de développer de nombreux sujets de sciences sociales en mobilisant Spinoza et l’actualisation que nous en faisons à propos de la raison.

Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles

Présentation générale

Nos articles (C-1-x) ne s’attardent que très peu sur le sujet « production et répartition de la richesse produite; plus-value, valeur ajoutée, etc… », sujet largement traité par tous les économistes, marxistes ou non, à propos de toute organisation économique. Nous souhaitons montrer ce qui fonde vraiment le capitalisme : l’appropriation des moyens de production et donc leur propriété et maîtrise totale par le « capitaliste » . Ce sont les procédés d’appropriation des moyens de production qui sont à discuter en premier lieu, depuis l’accumulation « primitive » selon Marx, en passant par le concept de « responsabilité limitée »1 (dont Y.N. Harari souligne l’ingéniosité pour le développement du capitalisme2 ) et en considérant tous les procédés que ce concept permet jusqu’à nos jours pour acquérir et maîtriser tous les moyens de production en y misant que bien peu.

1 En France, lois du 23 mai 1863 puis du 24 juillet 1867 ; en Angleterre lois de 1856 à 1862 sur les Joint-Stock Company limited

2 Y.N. Harari : SAPIENS ; la révolution cognitive ; L’Arbre de la connaissance ; La légende de Peugeot : « Peugeot appartient à un genre particulier de fictions juridiques, celle des « sociétés anonymes à responsabilité limitée ». L’idée qui se trouve derrière ces compagnies compte parmi les inventions les plus ingénieuses de l’humanité. »

Comme nous le montrons dans nos différents articles (C-1-x), ce sont ces procédés qui entraînent la maîtrise d’un rapport salarial de subordination et la concentration des patrimoines en de moins en moins de mains.

Aussi, ceux qui souhaitent changer le capitalisme doivent d’abord remplacer ce concept de « responsabilité limitée » par un concept de « responsabilité et propriété partagées » entre les actionnaires et le collectif de travail en rendant ce collectif personne morale et sujet de droit quant à la propriété.

Propriété des actions et droits de propriété sur les moyens de production

Dans nos articles (C-1-x) de cette rubrique, nous écrivons souvent que le capitaliste est propriétaire des moyens de production ou tout comme. Compte tenu d’objections juridiques disant que le capitaliste n’est propriétaire que des actions, nous expliquons ici notre raccourci pour montrer que le capitaliste se cache derrière un petit doigt juridique. Ces explications sont à prendre en compte dans les articles cités.

Nous considérons l’ensemble des actionnaires d’une société, dont les « petits » actionnaires qui ont vraiment l’impression de ne posséder que quelques actions et qui n’ont guère droit à la parole (Toutefois, la manière plus ou moins démocratique dont sont prises les décisions à propos de l’entreprise dans cette association appelée « le capitaliste » n’est pas notre sujet).

Nous précisons que nous appelons « capitalistes » ceux qui n’ont qu’un seul désir : l’accumulation monétaire et patrimoniale. Nous disons qu’ils sont dominants bien que minoritaires : la plupart des « capitalistes industriels », de propriétaires de PME, ont d’autres prémisses, ex : mettre à disposition un bien ou un service utile à ses concitoyens ou donner du travail à tous ses salariés, tout en restant viable financièrement.

La propriété de l’ensemble des actions par le capitaliste lui donne droit de jouir et disposer de TOUS les moyens de production de la manière la plus absolue. Ce droit est la définition même de la propriété selon l’article 544 du Code Civil (« La propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements »).

Comme expliqué dans l’article (C-1-a), le capitaliste, parce qu’il a misé un peu au départ, décide pour TOUS les moyens de productions acquis par l’entreprise. Sur ordre et désir du capitaliste représenté au C.A., l’entreprise doit les entretenir à ses frais, les exploiter (ex : 8H sur 5 jours à 3*8H sur 7 jours/semaine), les augmenter (le plus souvent en empruntant directement), les vendre pour verser des dividendes exceptionnels au capitaliste (ex : vendre un siège social à Paris pour louer en banlieue). Le capitaliste peut même récupérer une partie de sa mise tout en conservant TOUS ses droits de propriété : il ordonne à l’entreprise de lui racheter une partie de ses actions (10% par an maximum dit la loi) et lui ordonne même d’emprunter pour cela.

D-6-Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, click HERE

Notre article part (1-) d’une citation de Marx sur la lourdeur et la pesanteur de la production que doit subir le capitaliste pour « faire du fric » et (2-) d’une citation de Keynes disant que l’incertitude économique est non probabilisable.

La production de biens et de services procède d’une mise en œuvre, sous la conduite de la raison, d’organisations, de procédures, de prévisions. Même si elle est soumise à des aléas (ex : les « forces majeures » précisées dans les contrats), cette production est assez prévisible. Pourtant, l’économie, dont la production de biens et de services jusqu’à leur mise à disposition est la part essentielle, est soumise à des crises, des soubresauts imprévisibles. Il y a là une contradiction.

Pour comprendre cette apparente contradiction entre ces deux citations de Marx et Keynes, notre article décrit l’origine des liens très déséquilibrés en faveur de la sphère financière sur la sphère de mise à disposition (MàD) de biens et de services : l’introduction du concept de « responsabilité limitée » dans les lois en France (de 1863 et 1867) et en UK (de 1856 à 1862).

La prise en compte de ce concept permet d’abord de bien différencier la logique de la sphère financière de la logique intrinsèque de la sphère de MàD de biens et de services, puis de considérer ces liens déséquilibrés permettant à la finance de subsumer l’économie réelle  :

(a-) La logique financière est uniquement fondée sur des prémisses poussées par les affects, les désirs des capitalistes, bien peu nombreux et jouant chacun pour eux. Elle est donc aussi imprévisible que leurs affects. La sphère financière n’est pas « ancrée dans l’économie réelle » : elle n’épouse pas, loin sans faut, ses finalités et ses contraintes.

(b-) La logique de MàD de biens et de services a forcément des prémisses fondées sur des « nécessités de la nature », parmi ces nécessités les besoins et les désirs des clients, et les difficultés de toutes sortes bien réelles pour produire ce qui est attendu. Elle a donc une certaine prévisibilité. Toutefois, elle subit les prémisses et l’imprévisibilité de la sphère financière du fait des liens dominants de celle-ci .

Notre thèse est donc de dire que ce sont ces liens dominants, domination permise par ce concept de « responsabilité limitée » inscrit dans les lois, qui expliquent le point de vue de Keynes et qui provoquent cette incertitude économique non probabilisable et les crises de toutes sortes.

Après avoir décrit les quelques caractéristiques pertinentes pour notre propos de chaque sphère (MàD de biens et de services et finance) et les quelques liens entre ces deux sphères, notre article propose, en préalable à toute autre mesure dont celles proposées par le manifeste des économistes atterrés, un fort rééquilibrage des liens entre l’économie réelle et la Finance, un fort ancrage dans l’économie réelle de cette Finance par la mesure suivante :

la « responsabilité limitée » (qui est de fait un simple transfert du risque financier de l’actionnaire à l’entreprise mais SANS transfert, en échange, de propriété de l’actionnaire à l’entreprise1) est remplacée par la « responsabilité ET propriété partagées » entre actionnaires et entreprise (son collectif de travail). Pour cela, il faut que l’entreprise devienne personne morale et sujet de droit comme une association loi 1901. Cette modification anodine corrige les lois sur la « responsabilité limitée » des années 1860 : à l’époque, le concept de personne morale n’existait pas encore.

Enfin, notre article analyse l’approche du manifeste des économistes atterrés, approche très « financière » se préoccupant beaucoup plus des États que de l’économie réelle, et en souligne les limites : les mesures proposées contraignent certes la logique financière mais ne remettent pas en question les deux causes fondamentales de la nocivité de la finance : (1-) sa mainmise sur TOUS les moyens de production quelle que soit sa contribution à ceux-ci et (2-) ses affects démesurés et imprévisibles.

1Alors que le partage du risque entre actionnaires associés s’accompagne du partage de la propriété au prorata du risque financier pris par chacun, à savoir sa mise : achat d’actions.

 
 

C-6-D’un populisme à une politique-approche spinoziste

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, click HERE

Le premier objectif de cet article est de caractériser « populisme », « populisme de gauche », « populisme de droite » et « leader et parti populiste », étant entendu que les « leaders et partis populistes » peuvent embrasser ou récupérer des idées « populistes » de droite comme de gauche.

Par une analyse spinoziste, le deuxième objectif est de montrer qu’un « populisme de droite » peut être mis en œuvre par un « leader » d’un parti populiste, mise en œuvre pouvant aboutir à un régime très autoritaire, sinon dictatorial. Par contre, un « populisme de gauche» ne peut pas être mis en œuvre par un « leader » d’un parti populiste : soit ce leader et ce parti réintègre le jeux démocratique dominant, au grand dam d’une bonne partie de ses sympathisants, en espérant favoriser une « vraie politique de gauche », soit il reste dans une opposition qui est déclinante si elle ne suscite pas un espoir suffisant.

Compte tenu de cette difficulté, le troisième objectif de cet article est de poser les prémisses « de gauche » et les contraintes pour ensuite décrire une mise en œuvre et une gouvernance durable afin qu’un « populisme de gauche » devienne une « politique de gauche » sans trop de « trahisons ».

 
 

Actualité et réflexions en cours

Cette rubrique a surtout pour vocation de vous faire part de nos réflexions en cours, réflexions qui pourraient conduire à de nouveaux textes surtout si vous souhaitez y contribuer.

Actualité:

Deux nouveaux articles ont été ajoutés :

article (C-6) D’un populisme à une politique-approche spinoziste

Cet article distingue bien les populismes et politiques « de droite » et « de gauche », la facilité relative à ce qu’un populisme « de droite » conduise à une politique « de droite », voir à une politique « illibérale », et la grande difficulté à ce qu’un populisme « de gauche» conduise à une politique « de « vraie » gauche». Enfin, il propose quelques pistes, tenant compte des réalité sociales et des gens tels qu’ils sont, pour passer d’un populisme « de gauche» à une politique « de « vraie gauche».

article (D-6) Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés.

Cet article montre que la sphère de l’économie réelle est fondée sur des prémisses procédant surtout de « nécessités de la nature » avec ses lourdeurs, son inertie (selon Marx) mais une certaine prévisibilité à priori, alors que la sphère de la finance est fondée sur des prémisses procédant des affects des capitalistes et est donc aléatoire et non probabilisable. Compte tenu du total contrôle du capitaliste sur tous les moyens de production, et ce quelle que soit sa mise, la sphère de l’économie réelle est également aléatoire et non probabilisable, comme le souligne Keynes. Puis, cet article rappelle nos propositions développées dans les articles (C-1-x) (propositions fondées sur le remplacement du concept de « responsabilités limitées » par le concept de « responsabilités ET propriété partagées »). Enfin, cette article analyse le manifeste des économistes atterrés : il se polarise trop sur la finance et ses relations avec l’État, et pas suffisamment sur ses relations avec l’économie réelle.

Six articles ont été mis à jour :

article (A-0) Présentation des fondamentaux épistémologiques et d’une série d’articles de SHS

article (A-4) prise en compte de raisons multiples dans nos approches en SHS

article (B-1) Approche critique et interprétative

article (C-3) Perceptions exprimées et conduites sociales des salariés-question de convictions et de passions

Dans ces quatre articles, en mobilisant B. Latour1 qui précise qu’« il est impossible de distinguer la sociologie critique des théories du complot », nous soulignons que notre approche critique ne nous conduit pas (1-) à considérer des acteurs sociaux ayant « besoin de vivre dans l’illusion », (ils sont conduits par leur raison et sont à priori clairvoyants), (2-) à qualifier les relations entre organisations dominantes de complotistes : les rapports de force sont la règle et les accords de cartel les exceptions.

et

article (B-3) Approche «par scénarios plausibles»

article (D-3) Discussion avec Rawls, Habermas, Bourdieu (Marx)

Réflexions en cours

A ce jour, deux sujets de réflexion pouvant conduire à deux articles sont en cours :

Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon

Reprise de l’article « rationalité » sur Wikipedia, la citation suivante permet de résumer notre point de vue avant de proposer une lecture critique plus argumentée des différentes rationalités présentées par Max Weber et reprises par des sociologues comme Raymond Boudon.

« Dans sa « théorie générale de la rationalité », Raymond Boudon estime que toute action humaine se produit car les hommes sont « naturellement rationnels ». Selon lui, la rationalité n’est pas seulement celle développée par les économistes néoclassiques, qui réduisent toute action à un calcul d’intérêt. La rationalité peut être liée aux valeurs. Par exemple quelqu’un qui sacrifie sa vie pour une cause noble est rationnel. Il faut parler alors de rationalité axiologique. Estimant par conséquent que les valeurs sont « universelles », Boudon combat le relativisme dans les sciences sociales1. ».

Nous disons que

(1-) la plupart des hommes désirent, pour toutes sortes de « raisons », être sous la conduite de leur raison,

(2-) à propos de toute chose, chacun, dont le chercheur, désire construire SA raison ou faire sienne une raison d’un autre, à savoir un édifice d’idées cohérentes, consistantes et pas trop incomplètes à propos de cette chose. Cela n’est possible que si, consciemment ou non, cet édifice d’idées est fondé sur des prémisses qui, in fine2, dérivent de ce qu’il perçoit comme nécessités de la nature de cette chose et ses propres nécessités ou sont poussées par ses sentiments, ses désirs,

Remarque : « in fine » car des prémisses peuvent être des propositions issues d’un raisonnement d’une raison en amont, cette raison en amont étant elle-même fondée sur des prémisses, et ainsi de suite récursivement jusqu’à remonter aux prémisses les plus en amont qui ne procèdent alors que de ce qui est perçu comme nécessité de la nature (ex : un phénomène) ou d’affects (ex : désir de ..). Ainsi pour David Hume3, les énoncés moraux sont poussés par les sentiments et non déduits d’une raison.

(3-) certaines prémisses de leur raison à propos d’une chose sont liées à des énoncés moraux ou « valeurs » (ex 1 : abnégation jusqu’à « sacrifier sa vie pour une cause noble » ; ex 2 : « chacun pour moi » jusqu’à sacrifier la vie des autres pour assouvir ses désirs),

(4-) les « valeurs » étant de toutes sortes et diversement partagées, seules des études empiriques, avec une approche interprétative, permettent de statuer sur l’ universalité de certaines ou tout au moins sur la présence majoritaire ou minoritaire de celles-ci,

(5-) chacun, individus et organisations peuvent tenir passionnément à leurs raisons et leurs valeurs en particulier celles qui fondent leurs raisons, et ne pas du tout les considérer comme « relatives », ni même discutables. Cela peut conduire à toutes sortes d’accords,

(6-) le chercheur en SHS doit s’attacher à être « neutre » et sans jugement de valeur lorsqu’il considère les valeurs qui animent les acteurs sociaux, individus et organisations, par une approche critique et interprétative.

En s’appuyant sur des articles de Catherine Colliot-Thélène4 et de Raymond Boudon5, nous proposons (1-) tout d’abord d’expliciter les quatre rationalités « idéal-type » de Max Weber en mobilisant nos thèses, (2-) puis de compléter ces rationalités avec les rationalités « scientifiques », celles des sciences dites « exactes » et celles des sciences « humaines », (3-) puis encore de compléter en prenant en compte non seulement les rationalités des individus mais aussi les rationalités qui caractérisent les organisations et institutions humaines de toutes sortes, et donc les dialectiques entre rationalités d’individus, entre rationalités d’individus et d’organisations qui les concernent, entre rationalités d’organisations et enfin (4-) de préciser ce qu’il faut entendre par « le juste » et « le vrai » et par le « relativisme » ou « l’universalisme » des valeurs.

1Raymond Boudon, Essais sur la théorie générale de la rationalité, PUF, 2007

2Se reporter à l’article (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose

3David Hume : Traité de la Nature Humaine., III i 1 6

4Catherine Colliot-Thélène : « retour sur les rationalités chez max weber » La Documentation française | « Les Champs de Mars » 2011/2 N° 22 | pages 13 à 30

5Raymond Boudon : (1-) La « rationalité axiologique » : une notion essentielle pour l’analyse des phénomènes normatifs dans La sociologie et les sciences sociales : une affaire de discipline(s)? Volume 31, numéro 1, 1999 ; (2-) la rationalité axiologique, Presses Universitaires de France | « Sociologies », 1998 | pages 13 à 57

« Nécessités de la nature », affects et psychanalyse freudienne

Dans son texte « Formulation sur les deux principes du fonctionnement psychique » de 1911, Freud énonce les deux principes suivants : (1-) « principe de plaisir » et (2-) « principe de réalité », celui-ci étant « second » par rapport au « principe de plaisir ».

Nous proposons d’analyser cette approche freudienne avec notre approche en reliant les « affects » avec le « principe de plaisir » et les « nécessités de la nature et de sa nature » avec le « principe de réalité », principe que nous relions à notre concept de raisons poussées par les affects et possiblement multiples à propos de toute chose. Cette analyse devrait prendre en compte (1-) les perceptions subjectives, parfois fantasmées, des nécessités de la nature et de sa nature, (2-) les perceptions des normes sociales et des institutions sociales comme des « réalités » assimilables à des « nécessités de la nature », à savoir incontournables : il faut « faire avec », sauf à être perçu comme fou.

D’autres auteurs sont bien sur à mobiliser, en particulier Peter Berger et Thomas Luckmann (Construction sociale de la Réalité, Masson/Armand Colin, Paris, 1996 Deuxième édition) et John R. Searle (La construction de la réalité sociale, Gallimard, NRF essais, 09/1998).

1B. Latour : Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte (2006) (p 72 et 18)

.

Article (D-2) epistemologie naïve et émotions épistémiques au prisme de Spinoza

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Les questions traitées dans cet article procèdent de deux séminaires à l’EHESS et d’un séminaire de Sorbonne Paris 1 suivis de 2018 à 2020 ainsi que de la documentation associée transmise par les professeures citées : (1-) émotions épistémiques de G. Origgi et A. Godber, (2-) épistémologie naïve de P. Engel et J.Dokic et (3-) les discriminations de M. Bessone. Des extraits de ces documents sont donc mentionnés dans cet article.

L’épistémologie naïve est celle de chacun, les gens tels qu’ils sont, avec leur dires et gestes approximatifs, improbables (d’où notre prise en compte des « émotions épistémiques ») et empreintes de préjugés (d’où notre prise en compte des discriminations épistémiques).

L’objectif initial de cet article est de reconsidérer l’approche plutôt normative de certains chercheurs à propos de l’épistémologie quotidienne des gens utilisant certains mots et pas d’autres, pas toujours les « bons » selon la définition des chercheurs en sciences cognitives (ex : Usage judicieux d’un terme factif (Je sais, je vois) ou non factif (je crois, je pense)).

C’est une très forte hypothèse épistémique que de considérer qu’un « naïf » maîtrise et utilise à bon escient le « vocabulaire épistémique ».

De plus, des chercheurs disent qu’il y a « « trop » d’utilisation du terme « savoir » » ou que d’autres mots sont « mal » utilisés. Pour dire « trop » ou « mal » il faut se situer dans un référentiel, un référentiel permettant de comparer (« trop ») ou permettant de classer et même de juger (« mal »). Quel référentiel ? Et dans quelle langue ?

Pour considérer l’épistémologie « naïve » de chacun, notre article propose d’abord un autre référentiel que ce « vocabulaire épistémique » et c’est ce référentiel qui est ensuite mobilisé pour qualifier de croyance, de connaissance, d’intuition, d’imagination, … tout entendement, idée ou édifice d’idées énoncées et reçues.

Pour construire ce référentiel adapté à une épistémologie naïve prenant en compte les émotions et discriminations épistémiques, notre première prémisse est l’hypothèse que chacun souhaite et est en mesure d’exposer quelques idées « qui se tiennent plus ou moins »1 à propos d’une chose. L’objectif du chercheur (mais aussi de chacun !) peut être de qualifier ces idées à propos de cette chose (ex : « est ce un savoir ? une croyance ? Une intuition ? ») puis de considérer les conditions de leur transmission à d’autres en mobilisant notre deuxième prémisse.

Notre deuxième prémisse est une démarche en 2 temps : (1-) considérer la « connaissance » ou entendement exprimé par chacun et les qualifier dans notre référentiel, puis (2-) considérer la perception ou réception par d’autres de la « connaissance » que quelqu’un2 exprime, « connaissance » qu’un autre écoute, accepte jusqu’à en être plus ou moins habité : comment sont perçues, qualifiées, les idées exprimées ? quels sont les facteurs influençant perception, qualification et in fine prise en compte, et ce en se plaçant dans le même référentiel ?

Notre démarche et notre référentiel permettent d’autres objectifs : considérer à nouveaux frais dans cet article les émotions et discriminations épistémiques.

1 Notons les expressions « naïves » : « ce qu’il dit..ça se tient », « .ça tient debout », « .ça ne tient pas debout » : c’est le « standard » naïf, laissé à l’appréciation de chacun (de Rose (1992) parle de « low » ou « high » standard)

2Thèses de l’Invariantisme : le sens (= les conditions de vérité) des attributions de connaissance est invariant (ex : Jason Stanley (2005)) ou thèse du Contextualisme : le sens de « savoir » varie selon les contextes (ex : de Rose 2002)

Article (C-3) Perceptions exprimées et conduites sociales des salariés-question de convictions et de passions

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article fait suite à une thèse1 dont la question principale est :« Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés: question de convictions et de passions ? ».

Avant de présenter les résultats de cette thèse, il rappelle brièvement le contenu de l’article (B-1) Approche critique et interprétative.

Cette approche a pour intérêt de bien distinguer d’une part les énoncés dominants des organisations, ceux élucidés grâce à une approche critique, et les énoncés de chacun concernés par ces organisations, énoncés, dont les majoritaires, pouvant être différents de ceux dominants2. Cette distinction est primordiale et peut conduire à de nouveaux résultats, dont ceux de ma thèse, résultats fondés sur la dialectique entre ces énoncés bien souvent antagonistes, dialectique certes argumentée ou en action, mais aussi dialectique animée par les affects, dont ceux poussant chacun à trouver « bon » tel énoncé et non tel autre.

1Référence du document de thèse : NNT : 2017SACLE026 ; thèse soutenue le 27/09/2017

2Avec notre approche, nulle nécessité de mobiliser « des acteurs sociaux, qui ont besoin de vivre dans l’illusion » comme le reproche B. Latour à la sociologie critique (Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Decouverte (2006) (p 18))

Article (C-2) « travail domestique » et petits boulots

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article a pour objet les « petits boulots », dont le travail domestique. Il propose d’abord quelques prémisses préalables, définitions et postulats, servant de repères pour considérer ensuite les perceptions et conduites des gens, ceux qui travaillent, ceux qui les emploient et les bénéficiaires. Une approche critique, puis interprétative et enfin inventive est utilisée. Cet article s’appuie sur les recherches de l’IDHE.S sur les petits boulots et le travail domestique, et considère les questions suivantes : quels énoncés poussent les uns à faire faire ce qu’ils sont en mesure de faire et d’autres à faire pour d’autres ces « petit boulots ».

Article (C-1-c) Logique financière vs logique productive

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Par une approche critique, cet article analyse les énoncés réglant la subsomption de la logique financière sur la logique de production et MàD de richesses (biens et services), puis il considère la perception de cette subsomption par les salariés (approche interprétative) et il expose enfin d’autres logiques de production (approche inventive).

Les rapports de force qui poussent à maintenir, au mépris de toute justice, des règles d’appropriation des moyens de production totalement favorables aux actionnaires (voir Article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur les procédés d’acquisition et d’enrichissement) sont certainement les mêmes que ceux qui subsument la logique de production et mise à disposition de biens et de services à une logique financière.

En effet, au delà d’une logique de production souvent mise en avant en sociologie du travail, il y a une autre logique, une logique financière qui parasite une logique de production et sa fâcheuse et désagréable lourdeur comme l’écrit Karl Marx.

Dans les séminaires de sociologie suivis, dont les notes prises sont résumées dans cet article, il est souvent question de production et de financiarisation mais sans suffisamment distinguer les logiques qui les distinguent. Dans le chapitre « Élucidation des prémisses fondamentales, de production et d’accumulation », nous montrons que chacune de ces logiques conduit à des organisations, à des procédures et des critères de performances différents. Dans le chapitre « Approche interprétative des salariés » nous indiquons que ces procédures et critères sont en général bien distingués par les salariés. Enfin, dans le chapitre « Approche inventive » nous montrons que bien évidemment d’autres modes de production sont possibles.

Article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article repose sur les 2 articles « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose » (toute raison à propos d’une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qui est perçu comme des nécessités de la nature de la chose et de sa nature, et des prémisses poussées in fine par les sentiments1) et « (B-1) Approche critique et interprétative ».

1Dans tout cet article, le mots « sentiment », traduction de Spinoza par Guerinot, est utilisé et non affect (Misrahi) ou passion (Apphun)

L’hypothèse principale de cet article est que chacun, humain mais aussi institution humaine, se fonde, pour vivre, en « pour », ou en « contre », ou en « indifférent » par rapport à des énoncés. Ces énoncés sont en partie les prémisses assurant la cohérence et la complétude, toujours imparfaite, de la raison de chacun à propos d’une chose (voir article (A-1)). L’objectif de cet article est double :

(A-) établir un cadre, un référentiel dont nous proposons les composantes suivantes  : (1-) Conatus (ou effort de persévérer dans son être), (2-) sentiments, (3-) reconnaissance et appartenance, (4-) raison et décision, (5-) mise à disposition de biens et de services, (6-) politique&social.

(B-) proposer sur chaque composante quelques énoncés déclaratifs ou performatifs1 fondamentaux compréhensibles par tous, chercheurs et humains concernés par leurs recherches, énoncés parfois antagonistes2. Ces énoncés sont déduits d’études empiriques (voir article (B-1)).

Remarquons que pour le chercheur-observateur « toutes les raisons se valent », du moins à priori. Cette posture n’a rien à voir avec celle prêtée à des individus par hypothèse désabusés, au contraire d’après notre thèse : chacun est susceptible d’être attaché affectivement à sa raison à propos d’une chose, surtout si cette chose a trait à une nécessité de sa nature. Par contre, le chercheur, comme le sage, s’attache à considérer la raison de chacun avec les outils « spinozistes » que nous proposons dans l’ « article (A-2) Prise en compte de raisons multiples dans les écrits de Spinoza » ou (A-3) pour en faire une analyse critique.

1En mobilisant John L. Austin (« Quand dire c’est faire »), les énoncés procédant de ce qui est perçu comme nécessité de la nature sont dits déclaratifs, les énoncés poussés par les sentiments, les désirs, les volitions, sont dits « performatifs ».

2Ex : « chacun pour moi » et « solidarité » sur la composante politique&social ; « mérite élitiste » et « justice sociale » sur la composante mise à disposition de biens et de services.

Tous ces énoncés fondamentaux sont considérés d’une part comme les prémisses potentielles1 sur lesquelles la plupart des humains fondent leur comportements et donc, d’autres part, considérés comme les prémisses fondamentales pour toute recherche en SHS, dans une objectif de cohérence et de complétude. Nous considérons que cet objectif de cohérence et de complétude est mieux atteint en mobilisant ce cadre car ces prémisses peuvent être vérifiées assez facilement comme étant comprises sinon partagées par les humains des terrains étudiés.

1Ce référentiel épistémique permet potentiellement de prendre en compte ou d’imaginer des prémisses variées, contradictoires et antagonistes, dont certaines classées par le chercheur comme « prénotions » (Durkheim), « sens commun », « doxa » et « illusio » (Bourdieu), « préjugés », etc…