Article (C-1-e) Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Cet article (C-1-e) Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste est fondé sur plusieurs articles de notre carnet de recherche : Article (D-6), articles de la rubrique Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles dont il fait partie.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

A l’occasion de la publication de l’ouvrage « le choix de la guerre civile, une autre histoire du néolibéralisme »1, cet article propose tout d’abord une brève histoire des discours marxistes sur le Capitalisme : en partant des premiers discours de Marx, il mentionne les discours marxistes prolongeant ses analyses relatives à la valeur, à la plus-value, à son extraction et accaparement. Il souligne ensuite la tendance des marxistes actuels à ne considérer le « néolibéralisme » (le capitalisme actuel) qu’au prisme de l’État et de la sphère politique en général : comme l’ouvrage cité, le manifeste des économistes atterrés montre la même tendance en ne se polarisant que sur la finance vs l’État (et l’Europe) et des ouvrages plus militants comme celui de B. Friot (« vaincre Macron ») ou d’ATTAC (« l’imposture Macron ») illustrent cette même tendance.

Pour résumer, les discours marxistes décrivent et dénoncent ce que permet la puissance du capitaliste (assujettissement des populations et de l’État pour « faire du fric »2) mais ne décrivent ni ne dénoncent les lois et procédés qui lui assurent cette puissance.

En ne considérant que la perspective du Capitaliste de « faire du fric », le chapitre « Genèse et perpétuation du capitalisme » raconte une histoire passée et présente pour montrer que l’État et ses organisations ne sont que des instruments au main de la puissance du Capital, que cet État soit de droite ou de gauche. Il montre également que l’exploitation des travailleurs et l’accaparement de la plus-value n’est qu’une partie de l’accaparement : le principal accaparement est celui, exclusif, des moyens de production et c’est cet accaparement exclusif qui fonde la puissance et le pouvoir du capitaliste autant sur le politique que sur ceux qui n’ont que leur force de travail.

Le chapitre « Sortie du capitalisme » raconte une histoire future possible, une histoire « résolument de gauche »3 puisqu’elle casse l’exclusivité du capitaliste à posséder les moyens de production.

Ces deux histoires reposent en effet sur ce que nous considérons être LA caractéristique principale du capitalisme : les procédés d’appropriation des moyens de production « à but lucratif » par les seuls actionnaires, procédés qui les rendent propriétaires exclusifs de ces moyens quelles que soient leurs contributions à ceux-ci. Ce n’est donc pas la propriété des moyens de production qui est en cause mais l’exclusivité de celle-ci.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Sont annexées à cet article une analyse du manifeste des économistes atterrés et les thèses communes mobilisées dans beaucoup d’articles de notre carnet de recherche, dont celui-ci.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI

1Pierre Dardot, Haud Guéguen, Christian Laval, Pierre Sauvêtre : « le choix de la guerre civile, une autre histoire du néolibéralisme » (Lux edition, Collection : Futur proche, 328 pages, Parution en Europe : 8 avril 2021

2Comme l’écrit Marx, « Geldmacherei ist das treibende Motiv »

3Nous reprenons l’expression de P. Dardot lors de la présentation de l’ouvrage cité le 13-04-2021.

Article (C-1-d) sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquer ICI

Cet article reprend nos articles (C-1-1), (C-1-a) et (C-1-b) afin de discuter les propositions de B. Friot1 et F. Lordon2 pour sortir du capitalisme, et ensuite pour esquisser des propositions complémentaires, notamment à propos de la rupture initiale à faire (très peu évoquée par l’un et l’autre) et des discours à tenir pour obtenir l’adhésion déterminée de presque tous durant cette rupture. Cette rupture initiale a pour seul objectif la remise en cause des « rapports sociaux d’appropriation » des moyens de production à but lucratif, à savoir casser le monopole d’appropriation par les actionnaires en permettant au collectif de travail de s’approprier les moyens de production au prorata de sa contribution à ceux-ci.

A propos des propositions de Friot-Lordon, cet article aborde quatre points : (1-) argumentaire de la transformation, (2-) acceptabilité de leur solution, (3-) interrogations sur l’anthropologie citoyenne retenue implicitement, (4-) quels sont les « équilibres » économiques à respecter ?

A propos de nos propositions, à peu près les mêmes points sont abordés en soulignant également que la rupture initiale proposée est une étape nécessaire préalable aux propositions de Friot-Lordon ou à des variantes de celles-ci, y compris ne rien prévoir de plus avant d’avoir analysé les conséquences de cette rupture.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquer ICI

1B. Friot : « vaincre Macron », « Puissances du salariat », « Et la cotisation sociale créera l’emploi »

2F. Lordon : « Vivre Sans » et « figures du communisme » chez « La Fabrique », blog « pompe à phynance » du monde diplomatique. Divers entretiens et interviews à propos de ces ouvrages.

D-6-Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquez ICI

Notre article part (1-) d’une citation de Marx sur la lourdeur et la pesanteur de la production que doit subir le capitaliste pour « faire du fric » et (2-) d’une citation de Keynes disant que l’incertitude économique est non probabilisable.

La production de biens et de services procède d’une mise en œuvre, sous la conduite de la raison, d’organisations, de procédures, de prévisions. Même si elle est soumise à des aléas (ex : les « forces majeures » précisées dans les contrats), cette production est assez prévisible. Pourtant, l’économie, dont la production de biens et de services jusqu’à leur mise à disposition est la part essentielle, est soumise à des crises, des soubresauts imprévisibles. Il y a là une contradiction.

Pour comprendre cette apparente contradiction entre ces deux citations de Marx et Keynes, notre article décrit l’origine des liens très déséquilibrés en faveur de la sphère financière sur la sphère de mise à disposition (MàD) de biens et de services : l’introduction du concept de « responsabilité limitée » dans les lois en France (de 1863 et 1867) et en UK (de 1856 à 1862).

La prise en compte de ce concept permet d’abord de bien différencier la logique de la sphère financière de la logique intrinsèque de la sphère de MàD de biens et de services, puis de considérer ces liens déséquilibrés permettant à la finance de subsumer l’économie réelle  :

(a-) La logique financière est uniquement fondée sur des prémisses poussées par les affects, les désirs des capitalistes, bien peu nombreux et jouant chacun pour eux. Elle est donc aussi imprévisible que leurs affects. La sphère financière n’est pas « ancrée dans l’économie réelle » : elle n’épouse pas, loin sans faut, ses finalités et ses contraintes.

(b-) La logique de MàD de biens et de services a forcément des prémisses fondées sur des « nécessités de la nature », parmi ces nécessités les besoins et les désirs des clients, et les difficultés de toutes sortes bien réelles pour produire ce qui est attendu. Elle a donc une certaine prévisibilité. Toutefois, elle subit les prémisses et l’imprévisibilité de la sphère financière du fait des liens dominants de celle-ci .

Notre thèse est donc de dire que ce sont ces liens dominants, domination permise par ce concept de « responsabilité limitée » inscrit dans les lois, qui expliquent le point de vue de Keynes et qui provoquent cette incertitude économique non probabilisable et les crises de toutes sortes.

Après avoir décrit les quelques caractéristiques pertinentes pour notre propos de chaque sphère (MàD de biens et de services et finance) et les quelques liens entre ces deux sphères, notre article propose, en préalable à toute autre mesure dont celles proposées par le manifeste des économistes atterrés, un fort rééquilibrage des liens entre l’économie réelle et la Finance, un fort ancrage dans l’économie réelle de cette Finance par la mesure suivante :

la « responsabilité limitée » (qui est de fait un simple transfert du risque financier de l’actionnaire à l’entreprise mais SANS transfert, en échange, de propriété de l’actionnaire à l’entreprise1) est remplacée par la « responsabilité ET propriété partagées » entre actionnaires et entreprise (son collectif de travail). Pour cela, il faut que l’entreprise devienne personne morale et sujet de droit comme une association loi 1901. Cette modification anodine corrige les lois sur la « responsabilité limitée » des années 1860 : à l’époque, le concept de personne morale n’existait pas encore.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquez ICI

1Alors que le partage du risque entre actionnaires associés s’accompagne du partage de la propriété au prorata du risque financier pris par chacun, à savoir sa mise : achat d’actions.

Article (C-1-b) Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

La première caractéristique du capitaliste est son objectif d’accumulation monétaire. Pour cela, la première chose à faire est l’acquisition des moyens de production (qui sont alors à but lucratif).

La deuxième caractéristique du capitalisme est relative aux règles, aux méthodes d’acquisition de ses moyens de production à but lucratif.

Le principe de propriété et les droits qui vont avec, profondément et largement partagés, gravés dans toutes les déclarations de droits de l’homme et dans les constitutions de tous les pays, entraînent la subordination des travailleurs-salariés aux propriétaires.

La première caractéristique conduit à l’exploitation des travailleurs, sujet largement étudié.

La deuxième caractéristique conduit au rapport salarial actuel du fait de la concentration de plus en plus grande des patrimoines, concentration largement constatée sans pour autant considérer les règles d’acquisition qui en sont la cause, comme si elles allaient de soi, naturellement.

L’objectif de cet article est donc de proposer les mêmes règles d’acquisition pour tout bien, dont les moyens de production à but lucratif, à savoir les règles déjà appliquées pour l’acquisition des biens de consommation ou des moyens de production à but non lucratif.

L’application de ces règles aurait pour conséquence un large partage des patrimoines entre actionnaires et collectif de travail et donc un pouvoir de décision tout aussi partagé, bien que toujours attaché aux « droits de propriété », dont on ne peut ignorer la force, de tout temps.

Cet article (1-) rappelle tout d’abord les règles d’acquisition des moyens de production à but lucratif, règles très différentes de celles appliquées pour l’appropriation des autres biens, dont les moyens de production à but non lucratif, puis (2-) en présente quelques grands effets et enfin (3-) propose l’application des mêmes règles d’acquisition pour tout bien, permettant alors à la société-entreprise et aux actionnaires d’être propriétaires des moyens de production (donc dépositaires des droits qui vont avec), chacun au prorata de leur contributions respectives à ceux-ci.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

C’est le premier objet de cet article que de questionner ces règles d’acquisition rendant les actionnaires seuls propriétaires des moyens de production à but lucratif et donc dépositaires des droits qui vont avec, droits contestés du fait de cette concentration et non en tant que tels.

Le second objet de cet article est de discuter les discours, très proches, actionnarial et marxistes sur ces procédés et l’impact de tout cela sur les évolutions à venir, l’objet de l’article (C-1-b) Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution étant une proposition d’évolution, et l’objet de l’article (C-1-c) Logique financière vs logique productive étant de bien caractériser dans les process de production la logique de production et la logique financière.

Plus précisément, cet article (1-) distingue les deux parties prenantes de cette production lorsqu’elle est à but lucratif, à savoir les actionnaires et le collectif de salariés de l’entreprise, (2-) distingue les « moyens de production » et les « biens et services » produits et mis à disposition grâce à ces moyens, (3-) présente quelques procédés d’acquisition montrant la maigre contribution de l’actionnaire pourtant seul propriétaire, (4-) explicite l’artifice juridique permettant cela, (5-) discute quelques discours quant à la rentabilité du capital, (6-) discute quelques écrits de Marx et de marxistes pour montrer l’aporie de leurs discours quant aux règles d’acquisition des moyens de production et au rôle du collectif de salariés, (7-) considère des évolutions proposées au regard de tous ces écrits et de notre analyse.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (C-1-1) les trois circuits du capitalisme

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Dans cet article (C-1-1), en mobilisant les écrits de Marx sur l’accumulation « primitive » (ou « initiale ») ainsi que les écrits de R. Luxemburg, H. Arendt, et des féministes historiennes et philosophes comme Silvia Federici, Tithi Bhattacharya1, etc…. sur le même sujet, nous montrons que les procédés confiscatoires du capitalisme initiés lors de l’accumulation primitive sont continuellement en œuvre dans le capitalisme actuel. Ces procédés peuvent se décliner en trois circuits qui fondent le capitalisme actuel : (1-) circuit de production des biens et des services générant la plus-value, (2-) circuit de production et de reproduction de la force de travail, (3-) circuit de production et de reproduction des moyens de production. Les 2.ième et 3.ième circuits on trait à la production et à la reproduction des moyens de production, qu’ils soit humains et sociétaux (moyens de production de la force de travail) ou matériels (locaux, machines). Le « bon » fonctionnement du circuit principal, celui générant la plus-value, est lié aux procédés confiscatoires similaires de ces deux circuits relatifs à tous les moyens de production.

Marx n’a vraiment étudié que le premier circuit, celui de la création de la valeur ajoutée. Il évoque mais sans l’étudier le deuxième. Il résume le troisième aux détours de ses analyses du premier circuit en écrivant à maintes reprises que ce n’est que le capitaliste qui avance une partie de sa fortune pour acheter les machines, payer la matière première et les salaires

1Karl Marx (Le Capital, Livre I, chap 24) ; R. Luxemburg ( L’accumulation du Capital ) ; H. Arendt ( La condition de l’homme moderne ) ; Silvia Federici (Caliban and the Witch : Women, Body and Primitive Accumulation) ; Tithi Bhattacharya (Avant 8 heures, après 17 heures ).

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search