Article (D-k) Trois valorisations et prévention des crises

Cet article (D-k) Trois valorisations et prévention des crises est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Le désir d’écrire cet article est provoqué par la lecture de l’ouvrage de A. Orléan (l’empire de la valeur Seuil, La Couleur des idées ( 20/10/2011)) et d’articles analysant cet ouvrage.

À l’instar de A. Orléan, cet article adopte une approche spinoziste et prend donc acte que la personne, dont sa raison, est profondément poussée par ses affects (thèses 0 et 2), y compris dans son évaluation des choses. Nous adhérons donc à l’approche de A. Orléan.

Par contre, nous ne rejetons aucune valorisation : nous considérons les trois valorisations en utilisant la même approche, puis nous replaçons chacune dans la sphère-activité dans laquelle elle semble avoir été définie : (1-) sphère-activité de production et de distribution, (2-) sphère-activité de l’échange marchand pour utilisation ou consommation, (3-) sphère-activité échange marchand pour spéculation (sphère financière).

Ensuite, nous expliquons les causes structurelles permettant aux affects de se manifester presque sans entrave dans la sphère financière, alors qu’ils semblent plus maîtrisés dans les deux autres.

Enfin, nous proposons une évolution, fondée sur le strict respect de la propriété, dont l’étape « acquisition initiale », pour que le « rappel au réel », dans la sphère financière, soit beaucoup plus présent afin de minimiser l’occurrence des crises, quels que soient les affects de certains.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-j) analyse critique de quelques concepts de Marx et de leur utilisation actuelle

Pour accéder immédiatement à cet article, cliquez ICI.

Le désir d’écrire cet article est poussé par la parution d’un article de Stephen Bouquin (« Pour éviter le désastre : défendre le « travail vivant » et le bien commun ») et d’un ouvrage d’Emmanuel Renault (« abolir l’exploitation ») au titre plutôt militant et programmatique, mais qui, néanmoins, ne proposent pas grand-chose de consistant pour changer les choses (« éviter le désastre » pour l’un et « abolir l’exploitation » pour l’autre) en commençant par le début, à savoir en partant de la situation actuelle.

Ils font abondamment référence à Marx et à ses concepts, en particulier pour montrer sa clairvoyance anticipatrice sur l’écologie, le patriarcat, etc.. etc.

Nous nous étendons non sur les dénonciations que ces écrits font des réalités économiques (elles sont très pertinentes), mais sur leurs références obligées à Marx, et les concepts qu’ils mobilisent, ex: travail « concret » ou « abstrait », travail « vivant » ou « mort », « exploitation », dialectique « capital-travail », « capital », « capitaliste », etc.

Nous proposons tout d’abord une lecture critique de passages du Le Capital 1 mobilisant les concepts cités ci-dessus au regard du fonctionnement actuel de l’économie et, si nécessaire, au regard des concepts que nous mettons en avant dans tous nos articles, à savoir : « collectif de salariés », « acquisition initiale » et des deux autres circuits du capitalisme (production et reproduction (1-) de la force de travail et (2-) des moyens de production.).

Nous proposons ensuite, dans la thèse de Ulysse Lojkine (« définir l’exploitation »), dans l’article de Stephen Bouquin et l’ouvrage d’Emmanuel Renault, une analyse critique de l’usage de ces concepts marxistes pour considérer les problématiques actuelles, problématiques économiques mais aussi de nouvelles, celles relatives à la nature, au patriarcat, à la race, etc….

En bref, cet article souligne que certains concepts de Marx étaient adéquats pour appréhender et dénoncer les activités capitalistes de son époque, le sont moins aujourd’hui et le sont encore moins pour appréhender des sujets comme l’écologie, les biens communs, les questions de patriarcat et de race dans l’économie capitaliste. Pour ces sujets là, d’autres concepts, plus récents et appropriés, sont aussi à mobiliser.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI.

Article (D-i) casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

Cet article (D-i) casser le capitalisme avec les libertariens et Locke est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Mobiliser les libertariens pour « casser » le capitalisme peut paraître surprenant. Nous les mobilisons pour deux raisons :

(1-) les libertariens sont des ardents défenseurs de la propriété privée, jusqu’à justifier un « État minimal » dont les fonctions seraient uniquement de protéger contre la violence et contre toute atteinte aux droits d’acquisition, dont l’acquisition initiale, et de propriété ;

(2-) tous nos articles de notre carnet de recherche L’économie au prisme des moyens de production montrent que la caractéristique du capitalisme est l’exclusivité d’acquisition des moyens de production par les actionnaires, quelle que soit leur contribution à ceux-ci.

Cette exclusivité viole les trois principes édictés par les libertariens en général et R. Nozick en particulier, dont le premier, sur l’acquisition, déterminant qui est l’acquéreur légitime de biens et des ressources.

Pour montrer cette violation, cet article considère trois outils financiers, analysés dans les autres articles de notre carnet, au regard de ces trois principes : (a-) l’effet de levier, (b-) le rachat d’actions, (c-) le bilan comptable.

Mais auparavant, nous rappelons la vision de Marx sur l’acquisition et la propriété des moyens de production, puis les visions des libertariens et de Locke sur ces mêmes sujets.

En conclusion, nous soulignons des contradictions des libertariens : ils dénoncent le moindre « État providence » tout en étant indifférents aux violations permanentes des trois principes relatifs à l’acquisition et à la propriété que devrait défendre son « État minimal », dont le premier sur l’acquisition, par les actionnaires de toute société anonyme dite à « responsabilité limitée ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (C-1-n) remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Cet article mobilise le riche article « L’histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité » de Jean-Fabien Spitz publié pour la première fois le 20 octobre 2022 dans le quotidien AOC (Analyse Opinion Critique), en ajoutant des remarques aux sept extraits cités.

Toutes ces remarques se rapportent à « l’égalité des droits » que « la droite conservatrice » trouve suffisante et que J-F Spitz trouve insuffisante pour répondre aux légitimes aspirations d’émancipation de tous. Dans notre article, nous considérons que les droits concernés par cette égalité sont les droits fondamentaux garantis par les droits de l’homme et maintes constitutions.

A propos de la propriété, nous disons que cette égalité n’existe ni en droit, ni dans les faits, au contraire de ce qui est admis aussi bien par « la droite conservatrice » que par J-F Spitz. Lorsqu’il s’agit d’acquérir des moyens de production, le collectif de salariés, plus gros contributeurs, et de loin, de ces moyens, ne peut en être propriétaire au prorata de sa contribution car il n’existe pas juridiquement : il n’est pas sujet de droit. L’actionnaire, alors qu’il n’a misé que très peu pour « limiter » son risque, est le propriétaire exclusif, et ce grâce aux lois sur la « responsabilité limitée » des années 1860.

La moindre des revendications, aussi bien de « la droite conservatrice » que de la gauche serait donc d’affirmer et de militer pour cette égalité quant aux droits de propriété avant de débattre de la suffisance ou non de cette égalité plus complète.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI

Article (C-1-0) caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

La première caractéristique attribuée au capitalisme est son objectif d’accumulation monétairei, objectif nécessitant la propriété des moyens de production « à but lucratif ».

La deuxième caractéristique du capitalisme mise en avant est le rapport salarialii : subordination de ceux n’ayant que leur force de travail à ceux qui possèdent les moyens de production.

Pour nous, cette deuxième caractéristique n’est que la cause immédiate d’une caractéristique plus fondamentale : le monopole d’acquisition par l’actionnaire des moyens de production à but lucratif. Quelle que soit la contribution effective de l’actionnaire et de l’entreprise aux moyens de production, seul l’actionnaire peut en être propriétaire car l’entreprise n’est pas sujet de droit : juridiquement, elle n’est rien et ne peut donc rien posséder, malgré sa contribution.1.

Ce monopole d’acquisition par l’actionnaireiii des moyens de production à but lucratif est pour nous LA deuxième caractéristique.C’est ce monopole d’acquisition qui perpétue indéfiniment le rapport salarial en un rapport de subordination à une minorité possédante.

C’est ce monopole de l’ère capitalisteiv qui explique aussi la fameuse formule r>g que Piketty répète comme un mantrav pour expliquer la concentration de plus en plus grande des patrimoines.

C’est ce même monopole d’acquisition qui explique durant presque toute l’histoire la concentration des patrimoines qu’expose Piketty, concentration dont les protagonistes sont déjà classés par Marx et Engels en oppresseurs et oppressésvi. Cette oppression a le même fondement : le monopole d’acquisition des moyens de production par le maître, le seigneur, le capitaliste – esclaves, serfs et entreprises n’étant pas sujets de droits, donc ne pouvant acquérir les moyens de production auxquels ils contribuaient ou contribuent largementvii.

A cette époque des esclaves et des serfs, la spoliation dont ils étaient victimes du fait de ce monopole étaient invisibilisée car ils n’étaient pas sujets de droit quant à la propriété. Dans cette longue histoire, le capitalisme a pris la suite, toujours avec cette invisibilisation ayant la même cause : juridiquement, l’entreprise n’est rienviii et donc cette spoliation n’est pas contestée.

Casser ce monopole, c’est casser le capitalisme. Ces changements ne remettent pas en cause le principe de propriété et les droits qui vont avec, principes et droits profondément et largement partagés, gravés dans toutes les déclarations de droits de l’hommeix et dans les constitutions de tous les pays. Au contraire, ils les confirment en les rendant similaires pour tous : chacun (personne physique ou morale toutes sujets de droit) est propriétaire de n’importe quel bien, dont des moyens de production, en fonction de sa contribution effective à ce bien, règle admise par tous.

L’accumulation, première caractéristique du capitalisme, pousse à l’exploitation des travailleurs, sujet largement étudié, exploitation d’autant plus aisée qu’ils sont subordonnés du fait de la deuxième caractéristique : le monopole d’acquisition par le capitaliste.

Ces deux caractéristiques sont donc bien les structurantes, surtout la deuxième qui entraîne la concentration des biens et du pouvoir de subordination en moins en moins de mains.

Pour montrer cela, cet article (1-) explique la genèse du capitalisme par le désir du capitaliste comme l’ont fait Orléan&Lordon pour expliquer la genèse de la monnaiex par le désir marchand, puis (2-) présente quelques propositions nécessaires, en discours et en actes, pour sortir du capitalisme, de ce qui le caractérise, afin de construire autre chose.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

1L’ouvrage de P.-L. Brodier (La VAD valeur ajoutée directe-Une approche de la gestion fondée sur la distinction entre société et entreprise– Eyrolles 12-2001) montre bien, par sa méthode comptable, que la V.A.D. créée par l’entreprise, le collectif de travail, paye TOUT : salaires, dividendes, moyens de production, emprunts, charges et taxes.

i« Geldmachen ist das treibende Motiv » (Marx (« Das Kapital, Band 2, Abschnitt 1, 1.4 Der Gesamtkreislauf»)

iiVoir tous les écrits des Marx, Engels, marxistes, ex : F. Lordon (dans l’article Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle) « Or qu’est-ce que le capital ? Piketty..ne peut en donner qu’une conception des plus superficielles : patrimoniale. Le capital, c’est la fortune des fortunés. Pour Marx, le capital est tout autre chose : c’est un mode de production, c’est-à-dire un rapport social… Un rapport social complexe qui, au rapport monétaire des simples économies marchandes, ajoute —c’est le cœur de toute l’affaire — le rapport salarial, constitué autour de la propriété privée des moyens de production ».

iiiCe monopole, malgré la permanente contribution de l’entreprise aux moyens de production, peut aussi être vu comme une expropriation permanente dans la continuité de l’accumulation ou plutôt expropriation primitive faite violemment (des terres, moyens de production) d’après Marx (capital, livre 1, chap 24) revue par R. Luxemburg ( L’accumulation du Capital ) et H. Arendt ( La condition de l’homme moderne ). Sachant que d’après H. Arendt, «l’expropriation et l’aliénation par rapport au monde coïncident » nous concluons que le monopole d’acquisition par le capitaliste est une aliénation dont le fondement juridique est que l’entreprise, son collectif de travail, n’est pas sujet de droit : elle n’est rien.

ivVoir l’article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production un article sur wikipedia

vF. Lordon dans « Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle » : « On peut bien répéter, avec constance et sur mille pages, que les inégalités croissent quand r (le taux de profit) est supérieur à g (le taux de croissance) [« simples identités comptables »], on n’a rien expliqué tant qu’on n’a pas donné les déterminants du taux de profit et du taux de croissance propres à chaque période ». Pour nous, le déterminant principal est le monopole d’acquisition des moyens de production par l’actionnaire quel que soit le capital qu’il a misé au départ, d’où un taux de profit croissant de ce capital du fait de la croissance des moyens de production dont il est toujours seul propriétaire.

Le patrimoine du capitaliste, essentiellement des moyens de production, procède beaucoup plus de son monopole d’acquisition des moyens de production (car la plus grosse part est due à la contribution du collectif de travail) que des dividendes perçus qu’il réinvestit. Néanmoins, ces dividendes croissent structurellement à « capital social » constant justement du fait de ce monopole et lui permettent de réinvestir ailleurs, ce que permet également les « rachats d’actions ».

viMarx&Engels (Manifest der Kommunistischen Partei) : « Freier und Sklave, Patrizier und Plebejer, Baron und Leibeigener, Zunftbürger und Gesell, kurz, Unterdrücker und Unterdrückte… »

viiDit autrement : il y a concentration des patrimoines dès qu’une partie significative des contributeurs aux moyens de production n’existe pas juridiquement pour les acquérir en fonction de sa contribution. C’est le cas lorsque la seule contribution reconnue est celle de l’actionnaire ou l’associé, seule personne existant juridiquement, l’entreprise n’étant « rien » juridiquement.

viiiPar contre, les autres sévices subis étaient et sont assez visibles et combattus car ils relèvent d’un autre droit (droit moral, droits fondamentaux) dans lequel les personnes (esclaves, serfs, salariés) sont un peu plus sujets de droit.

ixEx : la DUDH 1789 définit les 4 droits «naturels et imprescriptibles» : la liberté, la propriété, la sûreté, la résistance à l’oppression

x Orléan&Lordon « genèse de l’état et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis » (Juin 2006)

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

article (C-1-l) analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Notre article analyse et complète un peu la thèse en économie de Th. Dallery, thèse tout à fait éclairante sur les objectifs et le fonctionnement du capitalisme financier et montrant que la logique financière n’a que peu à voir avec la logique de production de biens et de services.

Cette thèse remet en cause la doxa dominante, y compris marxiste, que les « profits » des actionnaires procèdent d’une croissance profitable de l’économie, croissance profitable grâce aux investissements et aux risques qui seraient pris par les actionnaires-investisseurs et croissance bénéfique pour tous, en particulier pour les salariés.

Le résumé de cette thèse présente le constat que « la financiarisation conduit …. à une réorientation vers les exigences de rentabilité actionnariales, au détriment .. de l’accumulation du capital, de la sécurité financière (endettement) et réelle (utilisation des capacités), ainsi qu’en défaveur des salariés (salaire réel) »  puis se termine par « Nous montrons alors que la distribution de dividendes et le rachat d’actions permettent, dans les limites autorisées par l’endettement, d’alimenter la consommation des rentiers, et de réaliser la rentabilité exigée [par « les rentiers » ou actionnaires], malgré le ralentissement de l’accumulation ».

Dans cette thèse, l’auteur décrit les astuces financières mises en œuvre pour assouvir le désir lucratif des actionnaires, notamment « effet de levier » et « rachat d’actions ». Comme l’indique le titre de cette thèse, l’objectif de l’auteur et de constater, avec force équations, le « divorce » entre rentabilité pour l’actionnaire et croissance économique. Par contre, il ne montre pas ce qui permet ces astuces financières sauf le fait que les actionnaires s’appuient sur leurs droits de propriété. Notre propos est de compléter légèrement cette thèse pour y mentionner ce qui, dans le cadre de la propriété, permet tout ce qui est montré dans cette thèse.

Comme le montre les autres articles de notre carnet, les fondements de tout ce qui est mis en œuvre pour assouvir ce désir des actionnaires sont les lois sur la « responsabilité limitée » et l’inexistence juridique de l’entreprise : elles permettent à l’actionnaire d’être propriétaire exclusif des moyens de production alors même qu’il n’y contribue que très peu, beaucoup moins que l’entreprise.

Ce sont les règles ou procédés d’appropriation qu’il faut interroger, et pas forcément la propriété qui, avec la dette, n’est en rien une caractéristique du capitalisme.D’après nous, l’entreprise, son collectif de salariés, devrait, comme une association loi 1901, être propriétaire des moyens de production, au même titre que les actionnaires, à savoir chacun au prorata de sa contribution, nommé capital. Pour que sa propriété soit reconnue, l’entreprise devrait donc, comme une association, être sujet de droit.

Notre analyse est faite « au prisme des moyens de production » et est donc fondée sur la classification marxiste : Ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer à ces possédants.

Notre analyse est faite en ayant toujours deux questions à l’esprit : (1-) qui contribue et qui possède les moyens de production (qui = actionnaires et/ou collectif de salariés) ; (2-) quels sont les risques pris ou imposés à chacun, actionnaires et collectif de salariés.

Cette analyse, conduisant parfois à proposer quelques compléments à cette thèse, aborde les sujets suivants : (1-) Quid des moyens de production, (2-) Effets de levier et rachat d’actions, (3-) Que nomme-t-on « capital » ? (4-) L’endettement : qui s’endette ou fait s’endetter et dans quel but, qui rembourse, (5-) De quoi procèdent les « profits » et pour qui ? (6-) Fin de l’exclusivité d’appropriation des moyens de production.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel

Cet article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Nos articles des rubriques Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles et Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production de nos carnets de recherche mobilisent les propos de Marx sur l’acquisition des moyens de production par le capitaliste et plus généralement sur sa totale contribution financière1 et soulignent la prise en compte littérale de ces propos ou l’ignorance de leur non-actualité par les militants marxistes et les économistes « de gauche » actuels, alors même que la littérature financière décrit sans détours des procédés ou astuces permettant à l’actionnaire d’investir le moins possible pour posséder exclusivement les moyens de production.

Cet article commente dix propositions2 de E. Mandel, économiste marxiste reconnu, qui fondent son ouvrage majeur Le troisième Age du capitalisme, dans lequel il s’attache à montrer la pertinence de l’analyse marxiste, dont celle à propos de l’acquisition des moyens de production, pour prendre en compte d’autres théories de référence comme celles de Kondratieff (théorie des ondes longues), Schumpeter (les cycles d’innovation), Rostow (Les cinq étapes de la croissance économique).

Ces dix propositions de E. Mandel embrassent les sujets les plus importants à propos du capitalisme et nos commentaires permettent ensuite de souligner l’obstacle stratégique à toute remise en cause durable du capitalisme, à savoir une remise en cause qui soit in fine acceptée par tous sans nécessité de coercition permanente. Cet obstacle stratégique est la non dénonciation de la méthode capitaliste d’appropriation des moyens de production, méthode à remplacer, en première étape, par l’appropriation libérale de ceux-ci par le collectif de salariés, enfin sujet de droit.

1Dans Travail salarié et Capital, Marx écrit : « Le capitaliste lui [à l’ouvrier tisserand] fournit le métier à tisser et le fil » et plus loin «  Le capitaliste achète avec une partie de sa fortune actuelle, de son capital, la force de travail du tisserand tout comme il a acquis, avec une autre partie de sa fortune, la matière première, le fil, et l’instrument de travail, le métier à tisser ». Dans Le Capital 1,Chap. V – Procès de travail et procès de valorisation, Marx décrit un capitaliste qui paye de sa fortune : « Revenons maintenant à notre capitaliste. Nous l’avions laissé alors qu’il venait d ‘acheter sur le marché tous les facteurs nécessaires au procès de travail, les facteurs objectifs ou moyens de production, le facteur personnel ou force de travail ».

2Dans un texte paru dans Social Science Information, 24, 3, 1985 ; reproduit dans Ulf Himmelstrand (ed.), Interfaces in Economic & Social Analysis, Routledge, 1992. Ce texte (Variables partiellement indépendantes et logique interne dans l’analyse économique marxiste classique) a été publié en annexe de la réédition française du Troisième Age du capitalisme (Les Editions de la Passion, Paris, 1997)

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

(C-1-j) Les trois jalons caractérisant le capitalisme

Cet article (C-1-j) Les trois jalons caractérisant le capitalisme est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Les activités économiques et financières sont des activités profondément humaines poussées par les désirs des humains, en particulier des plus puissants.

Selon Marx, dans « Das Kapital, Band 2, Abschnitt 1, 1.4 Der Gesamtkreislauf» :

« Gagner de l’argent est le motif moteur. Pour cela, la production n’apparaît que comme un mal nécessaire ». … à défaut de pouvoir se défaire de ce mal ou d’en rêver, comme il le précise ensuite :

« Toutes les nations capitalistes ont périodiquement une chimère, celle de pouvoir faire du fric en se passant d’une production pesante ennuyeuse »

Également, selon Marx, pour avoir le pouvoir sur ces activités économiques et financières afin d’assouvir ce désir de faire du fric, il faut posséder et maîtriser les moyens de production.

Enfin, pour vraiment faire de l’argent, il faut d’abord limiter le risque en dépensant le moins possible pour acquérir ces moyens, les accroître, les améliorer, les entretenir, etc…

Dans cet article, nous présentons les trois jalons favorisant ces deux exigences, le pouvoir exclusif et l’investissement minimum. La compréhension et la remise en cause de ces trois jalons est la clé de toute transformation ou abolition du capitalisme.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Cet article présente donc ce que nous considérons être les trois jalons caractérisant le capitalisme :

Premier jalon, du 15. ième au 19. ième siècle : accumulation initiale

Deuxième jalon, années 1860 : Responsabilité limitée et inexistence juridique de l’entreprise

Troisième jalon en 1998 : « Rachat » d’actions par les entreprises

Ces trois jalons relèvent de la même astuce juridique : accaparer la contribution aux moyens de production de personnes morales (hier : communauté de paysans, aujourd’hui : entreprise et son collectif de salariés) qui n’ont pas d’existence juridique, qui ne sont pas sujets de droit.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (C-1-e) Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Cet article (C-1-e) Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste est fondé sur plusieurs articles de notre carnet de recherche : Article (D-6), articles de la rubrique Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles dont il fait partie.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

A l’occasion de la publication de l’ouvrage « le choix de la guerre civile, une autre histoire du néolibéralisme »1, cet article propose tout d’abord une brève histoire des discours marxistes sur le Capitalisme : en partant des premiers discours de Marx, il mentionne les discours marxistes prolongeant ses analyses relatives à la valeur, à la plus-value, à son extraction et accaparement. Il souligne ensuite la tendance des marxistes actuels à ne considérer le « néolibéralisme » (le capitalisme actuel) qu’au prisme de l’État et de la sphère politique en général : comme l’ouvrage cité, le manifeste des économistes atterrés montre la même tendance en ne se polarisant que sur la finance vs l’État (et l’Europe) et des ouvrages plus militants comme celui de B. Friot (« vaincre Macron ») ou d’ATTAC (« l’imposture Macron ») illustrent cette même tendance.

Pour résumer, les discours marxistes décrivent et dénoncent ce que permet la puissance du capitaliste (assujettissement des populations et de l’État pour « faire du fric »2) mais ne décrivent ni ne dénoncent les lois et procédés qui lui assurent cette puissance.

En ne considérant que la perspective du Capitaliste de « faire du fric », le chapitre « Genèse et perpétuation du capitalisme » raconte une histoire passée et présente pour montrer que l’État et ses organisations ne sont que des instruments au main de la puissance du Capital, que cet État soit de droite ou de gauche. Il montre également que l’exploitation des travailleurs et l’accaparement de la plus-value n’est qu’une partie de l’accaparement : le principal accaparement est celui, exclusif, des moyens de production et c’est cet accaparement exclusif qui fonde la puissance et le pouvoir du capitaliste autant sur le politique que sur ceux qui n’ont que leur force de travail.

Le chapitre « Sortie du capitalisme » raconte une histoire future possible, une histoire « résolument de gauche »3 puisqu’elle casse l’exclusivité du capitaliste à posséder les moyens de production.

Ces deux histoires reposent en effet sur ce que nous considérons être LA caractéristique principale du capitalisme : les procédés d’appropriation des moyens de production « à but lucratif » par les seuls actionnaires, procédés qui les rendent propriétaires exclusifs de ces moyens quelles que soient leurs contributions à ceux-ci. Ce n’est donc pas la propriété des moyens de production qui est en cause mais l’exclusivité de celle-ci.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Sont annexées à cet article une analyse du manifeste des économistes atterrés et les thèses communes mobilisées dans beaucoup d’articles de notre carnet de recherche, dont celui-ci.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI

1Pierre Dardot, Haud Guéguen, Christian Laval, Pierre Sauvêtre : « le choix de la guerre civile, une autre histoire du néolibéralisme » (Lux edition, Collection : Futur proche, 328 pages, Parution en Europe : 8 avril 2021

2Comme l’écrit Marx, « Geldmacherei ist das treibende Motiv »

3Nous reprenons l’expression de P. Dardot lors de la présentation de l’ouvrage cité le 13-04-2021.

Article (C-1-d) sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquer ICI

Cet article reprend nos articles (C-1-1), (C-1-a) et (C-1-b) afin de discuter les propositions de B. Friot1 et F. Lordon2 pour sortir du capitalisme, et ensuite pour esquisser des propositions complémentaires, notamment à propos de la rupture initiale à faire (très peu évoquée par l’un et l’autre) et des discours à tenir pour obtenir l’adhésion déterminée de presque tous durant cette rupture. Cette rupture initiale a pour seul objectif la remise en cause des « rapports sociaux d’appropriation » des moyens de production à but lucratif, à savoir casser le monopole d’appropriation par les actionnaires en permettant au collectif de travail de s’approprier les moyens de production au prorata de sa contribution à ceux-ci.

A propos des propositions de Friot-Lordon, cet article aborde quatre points : (1-) argumentaire de la transformation, (2-) acceptabilité de leur solution, (3-) interrogations sur l’anthropologie citoyenne retenue implicitement, (4-) quels sont les « équilibres » économiques à respecter ?

A propos de nos propositions, à peu près les mêmes points sont abordés en soulignant également que la rupture initiale proposée est une étape nécessaire préalable aux propositions de Friot-Lordon ou à des variantes de celles-ci, y compris ne rien prévoir de plus avant d’avoir analysé les conséquences de cette rupture.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquer ICI

1B. Friot : « vaincre Macron », « Puissances du salariat », « Et la cotisation sociale créera l’emploi »

2F. Lordon : « Vivre Sans » et « figures du communisme » chez « La Fabrique », blog « pompe à phynance » du monde diplomatique. Divers entretiens et interviews à propos de ces ouvrages.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search