Article (D-9) trois processus sociaux universels déterminants

Cet article (D-9) trois processus sociaux universels déterminants est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article présente ce que nous considérons être les trois processus sociaux universels les plus déterminants de toute société humaine : processus (1-) de production et mise à disposition de biens et de services, (2-) de reproduction humaine, (3-) d’appartenance. Ces processus déterminants de toute société humaine ne sont possibles que s’il y a association entre les gens, bien souvent sous la conduite de la raison.

Cette présentation repose sur l’hypothèse que toute société humaine, et donc ces trois processus sociaux universels déterminants, est fondée sur des prémisses fondamentales dont certaines sont plus déterminantes que d’autres : celles relatives aux « nécessités de la nature et de sa nature » et celles relatives à « l’appartenance ».

Remarque : Nous considérons les prémisses relatives aux « droits fondamentaux », au « sacré » et aux « énoncés moraux » comme moins déterminantes que celles relatives aux « nécessités de la nature et de sa nature » et celles relatives à « l’appartenance ».

Cet article souligne que, pour ces trois processus aussi déterminants, l’association des personnes est bien souvent fondée sur des rapports de force et des dominations, rapports de force et dominations tous aussi universels et qui relèvent pour nous d’une anthropologie politique machiavellienne.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (C-1-1) les trois circuits du capitalisme

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Dans cet article (C-1-1), en mobilisant les écrits de Marx sur l’accumulation « primitive » (ou « initiale ») ainsi que les écrits de R. Luxemburg, H. Arendt, et des féministes historiennes et philosophes comme Silvia Federici, Tithi Bhattacharya1, etc…. sur le même sujet, nous montrons que les procédés confiscatoires du capitalisme initiés lors de l’accumulation primitive sont continuellement en œuvre dans le capitalisme actuel. Ces procédés peuvent se décliner en trois circuits qui fondent le capitalisme actuel : (1-) circuit de production des biens et des services générant la plus-value, (2-) circuit de production et de reproduction de la force de travail, (3-) circuit de production et de reproduction des moyens de production. Les 2.ième et 3.ième circuits on trait à la production et à la reproduction des moyens de production, qu’ils soit humains et sociétaux (moyens de production de la force de travail) ou matériels (locaux, machines). Le « bon » fonctionnement du circuit principal, celui générant la plus-value, est lié aux procédés confiscatoires similaires de ces deux circuits relatifs à tous les moyens de production.

Marx n’a vraiment étudié que le premier circuit, celui de la création de la valeur ajoutée. Il évoque mais sans l’étudier le deuxième. Il résume le troisième aux détours de ses analyses du premier circuit en écrivant à maintes reprises que ce n’est que le capitaliste qui avance une partie de sa fortune pour acheter les machines, payer la matière première et les salaires

1Karl Marx (Le Capital, Livre I, chap 24) ; R. Luxemburg ( L’accumulation du Capital ) ; H. Arendt ( La condition de l’homme moderne ) ; Silvia Federici (Caliban and the Witch : Women, Body and Primitive Accumulation) ; Tithi Bhattacharya (Avant 8 heures, après 17 heures ).

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search