article (B-4) discussions de nos approches

Cet article (B-4) discussions de nos approches est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Des présentations de nos approches ont été faites au séminaire du laboratoire CPN d’Evry. Cet article en reprend les discussions pour répondre à l’objection principale faite : une approche relevant de l’individualisme méthodologique et supposant le libre-arbitre de chacun.

Nos approches comprennent deux approches « terrain », l’un dite interprétative (article (B-1) Approche critique et interprétative), l’autre dite « par scénario plausible » (article (B-3) Approche « par scénarios plausibles »).

Pour ces deux approches, le chercheur doit toujours avoir à l’esprit que tout humain et toute organisation humaine pensent et agissent en se fondant sur des prémisses que nous résumons en huit thèses (article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS et article (B-2-a) Thèses communes pour toute SHS).

Cet article (B-4) discussions de nos approches résume d’abord nos deux approches « terrain », puis nos huit thèses et répond ensuite à la critique principale qui a été faite et enfin, à titre d’exemple, montre l’application de ces thèses pour analyser le système économique capitaliste en commençant par démystifier la complexité mise en avant rendant difficile toute contestation.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (B-1) Approche critique et interprétative

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article repose sur l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits (la raison de chacun à propos d’une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qu’il perçoit comme des nécessités de la nature de la chose et de sa propre nature et des prémisses poussées in fine par ses sentiments). La thèse défendue dans cet article (A-3) conduit à privilégier une approche interprétative du terrain sociologique. Notre anthropologie sociologique est celle de E.P. Thompson : les gens, même « ordinaires » et opprimés, pensent et peuvent être conduits par la raison, leur raison.

L’épistémologie proposée repose sur la première hypothèse que toutes les organisations et toutes les personnes, agents ou non de ces organisations, désirant être et agir avec une certaine cohérence (sous la conduite de la raison, avec des idées et des actes « qui se tiennent ») sont nécessairement inspirées par des énoncés déclaratifs et performatifs1 plus ou moins complexes. Ces énoncés sont posés à priori, implicitement ou explicitement, par ces organisations et personnes et ils sont indémontrables par la logique qu’ils inspirent. Ces énoncés donnent le sens de cette logique, logique nommée parfois « rationalité », « pragmatisme », « efficacité », etc.. Ceci pour insister sur le fait qu’il n’y a pas de rationalité, de pragmatisme, d’efficacité « bonne » en soi.

Cette première hypothèse repose sur des considérations philosophiques mobilisant Spinoza, Popper et Kuhn, Hume, etc développées dans l’article « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose ». Cette hypothèse conduit à adopter à priori l’anthropologie de E.P. Thompson1 pour qui chaque personne pense, qu’elle soit dominée ou dominante, et qu’elle n’est donc pas forcément aliénée2 ou qu’un ventre affamé ou plein.

Notre deuxième hypothèse est que les énoncés inspirant des organisations sont à priori différents des énoncés inspirant les personnes concernées par ces organisations, dont les agents de celles-ci. Aussi, les « accords » entre personnes, entre organisations et personnes et entre organisations3, toutes conduites par des raisons à priori différentes, peuvent aussi bien être obtenus par adhésion ou soumission à un rapport de force ou une violence.

1 E.P. Thomson : « I am seeking to rescue the poor … from the enormous condescension of posterity » dans la préface de The Making of the English Working Class.

2Avec notre approche critique, nulle nécessité de mobiliser « des acteurs sociaux, qui ont besoin de vivre dans l’illusion » comme le reproche B. Latour à la sociologie critique (Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Decouverte (2006) (p 18))

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (A-4) prise en compte de raisons multiples dans nos approches en SHS

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article (A-4) résume les thèses défendues dans les articles (A-1) à (A-3) puis les mobilise pour présenter nos approches de toute recherche en SHS à savoir (1-) une approche critique et interprétative, fondamentalement abductive (article (B-1)), (2-) un référentiel de prémisses ainsi que les énoncés dans ce référentiel de quelques prémisses déterminantes sur lesquelles sont fondées les vies des personnes et des institutions ( article (B-2)) et (3-) une approche « par scénarios plausibles » mêlant raisons et affects pour expliquer une situation actuelle ou imaginer des situations futures (article (B-3)).

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (B-3) Approche « par scénarios plausibles »

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article décrit une approche pour imaginer des histoires, des scénarios « affections → affects humains1 → idées et actions → affections », sur tout sujet, scénarios qui se sont passés ou auraient pu se passer jusqu’à une situation sociale existante ou ayant existé ou qui aurait pu exister, ou scénarios qui pourraient advenir. Dans ces scénarios, la temporalité n’est qu’ordinale (avant, pendant, après) et non cardinale (ni durée, ni datation), sauf à raccrocher des événements avérés à ces scénarios.

Notre approche adapte les propos de P. Ricoeur2 à propos de l’histoire : « l’histoire [le scénario plausible] n’a pas pour ambition de faire revivre, mais de re-composer, de re-constituer, c’est-à-dire de composer, de constituer un enchaînement rétrospectif. L’objectivité de l’histoire [du scénario plausible] consiste précisément .. dans cette ambition d’élaborer des enchaînements de faits au niveau d’une intelligence historienne », avec la précision suivante : les enchaînements de faits comprennent les affects provoqués par des faits, des affections, les faits étant eux soit provoqués par des nécessités ou lois de la nature, soit poussés par les affects des individus et institutions.

Cette approche « par scénarios plausibles » est inspirée de celle de Orléan&Lordon dans leur article « genèse de la monnaie »3. Notre article mobilise cette approche sur huit exemples.

Les articles Approche critique et interprétative et Prémisses fondamentales pour toute SHS sont associés à cet article, le premier en proposant une approche interprétative pour toute étude sociologique, le deuxième en proposant des prémisses fondamentales poussées par les affects (les sentiments) et un référentiel à mobiliser pour toute SHS, prémisses mobilisées dans cet article pour fonder des scénarios.

Ces trois articles sont présentés dans l’article prise en compte de raisons multiples dans nos approches en SHS.

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

1Ex : désir de ., crainte de …, révolte contre ….

2P. Ricoeur « Objectivité et subjectivité en histoire », p. 30

3A. Orléan et F. Lordon « Genèse de l’État et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis» (Juin 2006 http://www.parisschoolofeconomics.com/orlean-andre/depot/publi/Spinoza0612.pdf)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search