Article (C-5) Trois énoncés moraux déterminants

Cet article (C-5) Trois énoncés moraux déterminants est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder immédiatement à cet article, cliquez ICI.

Par définition, les énoncés moraux règlent les mœurs, les relations entre les personnes physiques et/ou morales (thèse (0-)). D’après notre thèse (5-), ces énoncés sont moins déterminants que ceux relatifs aux « nécessités de la nature et de sa nature », à « l’appartenance », aux « droits fondamentaux » et au « sacré ».

Toutefois, les visées relatives à ces autres énoncés, quels qu’ils soient, ne peuvent être approchées ou atteintes que dans le cadre d’une intersubjectivité tenant compte de la raison de chacun (thèse (4-)) et de la mise en œuvre de relations fondées sur des énoncés moraux, quels qu’ils soient.

Parmi tous les énoncés moraux possibles, notre thèse (5-) en retient trois déterminants, sorte d’énoncés types réglant les relations humaines : « chacun pour moi », « chacun pour soi », « cohésion-solidarité ».

Ces énoncés moraux réglant les relations humaines sont complétés par d’autres énoncés moraux réglant la répartition des « richesses » de toute sorte (économique, sociale, symbolique, etc..), liste non exhaustive : égalité, « à chacun selon ses besoins », justice sociale selon J. Rawls ou J.S. Mills, « à chacun selon son mérite contributif ou élitiste » et plus généralement distinctions sociales fondées sur l’utilité commune selon l’article 1 de la DUDHC de 1789.

Bien entendu, les trois énoncés moraux déterminants (« chacun pour moi », « chacun pour soi », « cohésion-solidarité ») existent de manière plus ou moins prononcée et selon les circonstances chez les individus. Nous en prenons acte sans nous étendre sur le sujet.

En effet, l’objectif de notre article est de montrer que ces trois énoncés existent également dans des institutions et organisations, exemples :

(1-) « chacun pour moi » est un énoncé caractérisant le capitalisme, les relations entre les actionnaires et le collectif de salariés de l’entreprise, et les rapports de force entre possédants,

(2-) « chacun pour soi », souvent associé à «  mérite contributif ou élitiste », est un énoncé caractérisant le libéralisme politique,

(3-) « cohésion-solidarité », souvent associé à « justice sociale » ou « à chacun selon ses besoins », est un énoncé inspirant une majorité de personnes physiques et également la plupart des spiritualités et religions, car c’est celui perçu le plus adéquat pour une vie bonne avec d’autres.

Notre article montre également que le « chacun pour moi » institutionnalisé nécessite le non respect des droits fondamentaux (« Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. » selon l’article 2 de la DUDHC de 1789) ou du droit préalable à ces droits fondamentaux : être sujet de droit (art 1 de la DUDHC de 1789). Il est, en effet, impossible, légalement, de se prévaloir d’un droit, même « mérité », si on n’est pas d’abord un sujet de droit.

Cet article montre enfin les mesures nécessaires pour assurer la domination de ces énoncés :

(1-) « chacun pour moi » suppose la mise en œuvre d’une domination offensive, organisée, s’appuyant sur les droits fondamentaux ET la non existence juridique de personnes physiques et morales, principales victimes, car ne pouvant pas se prévaloir de ces droits,

(2-) « chacun pour soi » suppose la mise en œuvre permanente de mesures défensives contre des des velléités permanentes de dominations, mais au moins dans le cadre d’un État de droit libéral dans lequel les personnes sont toutes supposées être sujets de droit,

(3-) « cohésion-solidarité » suppose un fort État de droit (droits fondamentaux complétés par des lois sociales) et la mise en œuvre permanente de procédures empêchant tout égoïsme (ex : corporatismes, dans les activités économiques et financières).

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire

Cet article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Le titre de cet article renvoie à la « philosophie du langage ordinaire » et à un de ses concepts clé, les « jeux de langage », concept que nous analysons avec notre concept de « raison ordinaire » ou « logique ordinaire » permettant de se prémunir du « préjugé de la pureté cristalline » de la logique que dénonce Wittgenstein1.

Cette analyse est faite en mobilisant nos thèses établies à partir de notre lecture de Spinoza et qui constituent notre référentiel épistémique pour aborder de nombreux sujets de sciences humaines en se fondant donc sur une « philosophie pratique »2 mobilisant Spinoza. Ces thèses sont établies et présentées dans nos articles Prémisses fondamentales pour toute SHS et Thèses communes pour toute SHS.

À partir des articles cités et de nos thèses, le présent article développe, dans une première partie, les concepts clés suivants : « vrai » extrinsèque et intrinsèque, nécessités de la nature, savoir et scientificité, croyance, intuition, imagination. Ces concepts permettent de prendre acte que les raisons et les logiques sont de toute sorte, difficiles à qualifier ou non d’« ordinaires ».

Ensuite, dans une deuxième partie et à partir de ces concepts posés, cet article discute l’approche philosophique mobilisant les concepts de « langage ordinaire » et de « jeux de langage », au regard de ce qu’ils permettent d’exprimer, à savoir des raisons et des logiques de toute sorte, « ordinaires » ou non.

Enfin, les « raisons ou logiques ordinaires » ainsi établies étant exprimées par des gens à priori « ordinaires », le dernier chapitre analyse l’usage et l’évolution de leur langue et langage à priori « ordinaire » pour « mieux » exprimer leurs « raisons ou logiques ordinaires ».

Cette deuxième partie mobilise beaucoup Ch. Chauviré pour aborder plus facilement Wittgenstein. Dans certains des articles cités, Ch. Chauviré associe Wittgenstein et Peirce3. Cela nous conduit, dans l’annexe raison « ordinaire » ou « vague » ou « de vivre », à considérer rapidement Peirce au regard de nos thèses.

La thèse principale qui sous-tend notre article est que les « raisons ou logiques ordinaires » déterminent le « langage ordinaire », et non l’inverse, de même qu’elles déterminent toutes les autres activités et « formes de vie »4. Ainsi, nous substituons une philosophie de la « raison ou logique ordinaire » à une philosophie « du langage ordinaire ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

1Wittgenstein : Investigations philosophiques, 107-108

2Deleuze : Spinoza philosophie pratique (Edition de minuit, 1981)

3Notamment dans Peirce et la signification(1995) et Rorty lecteur de Peirce et Wittgenstein (Sur un article de jeunesse de Rorty) Dans Revue française d’études américaines 2010/2 (n° 124)

4« Le mot «jeu de langage» doit faire ressortir ici que le parler du langage fait partie d’une activité ou d’une forme de vie » (Wittgenstein, Ibid).

Article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer

Cet article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Les analyses des problématiques titres (connaissance vérité certitude chez Spinoza) présentées dans cet article mobilisent principalement deux auteurs, F. Alquié1 et M. A. Gleizer2 3, du fait de la pertinence et de la richesse de leurs apports pour nous éclairer sur la raison, la vérité, chez Spinoza.

Toutefois, ces analyses sont faites dans le cadre de nos thèses établies à partir de notre propre lecture de Spinoza et qui constituent notre référentiel épistémologique pour aborder de nombreux sujets de sciences humaines en se fondant donc sur une « philosophie pratique »4 mobilisant Spinoza. Ces thèses sont établies et présentées dans nos deux articles Prémisses fondamentales pour toute SHS et Thèses communes pour toute SHS.

Ces deux articles, exposant nos thèses, mobilisent nos deux articles fondateurs à propos de la raison chez Spinoza : Critique de la Raison chez Spinoza et raisons multiples à propos d’une chose et Introduction de raisons multiples dans les écrits de Spinoza.

À partir de ces deux articles, de nos thèses, des 7 axiomes de E1 et des « notions communes », et des analyses de F. Alquié et M.A. Gleizer, notre article développe les quelques concepts clés suivants : nécessités de la nature, savoir et scientificité, croyance, intuition, imagination.

Remarque : De F. Alquié et M.A. Gleizer nous mobilisons surtout deux grands sujets traités par ceux-ci : (1-) les deux aspects complémentaires du concept de vérité que sont l’adaequatio et la convenientia (« L’idée vraie, pour être pleinement vraie, doit satisfaire à une double condition : être adéquate (cohérente) et s’accorder avec son objet ») surtout traité par M.A. Gleizer5, (2-) les quatre genres de connaissances (par « expérience vague », premier au troisième genre6), surtout traité par F. Alquié.

Il analyse ensuite les conditions de partage d’une connaissance.

Enfin, cet article ébauche une analyse l’Éthique de Spinoza au prisme des notions communes et des 7 axiomes de E1.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI.

1Alquié, F., Le Rationalisme de Spinoza, PUF, col. Épiméthée, Paris, 1981 ; chap 12. connaissance et expérience, chap 13. connaissance et vérité, chap 14 la science intuitive

2M. A. Gleizer, « Remarques sur le problème de la vérité chez Spinoza », Philonsorbonne [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 03/02/2013 :

3M. A. Gleizer, Landim Filho (Raul), « Préface », Vérité et Certitude chez Spinoza, Classiques Garnier, p. 11-16

4Deleuze : Spinoza philosophie pratique (Edition de minuit, 1981)

5M. A. Gleizer, « Remarques sur le problème de la vérité chez Spinoza », Philonsorbonne [En ligne], 5 | 2011, 03/02/2013

6Spinoza E2-P40 scolie 2

Article (D-4) Scientificité des recherches à propos du genre et idéologie militante de leurs détracteurs

Cet article (D-4) scientificité des recherches à propos du genre et idéologie militante de leurs détracteurs est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article est poussé par le désir de remettre en cause des discours universitaires et du monde politique et social, notamment religieux, prétendant que les études ou « théories » à propos du genre seraient « militantes », « idéologiques » et non « scientifiques », donc qu’elles n’auraient pas leur place dans les enceintes académiques.

L’approche que nous proposons permet de montrer l’inverse. Ces études et ces théories sont des édifices d’idées qui se tiennent, édifices qui reposent sur des bases beaucoup plus solides que les discours qui les disqualifient. En se fondant sur leurs prémisses, nous montrons que ce sont plutôt ces discours disqualifiant qui relèvent d’une idéologie et plus trivialement de préjugés, de prénotions, de subsomptions de la « nature » ou du « divin » sur le social facilement contestables. Par contre, l’examen des prémisses des théories et des recherches à propos du genre montrent que celles-ci relèvent vraiment d’une recherche scientifique.

J. Butler résume bien cette volonté de recherche : « Interroger le genre, c’est-à-dire interroger la façon dont la société est organisée en fonction du genre, avec tout ce que cela implique au regard de la compréhension des corps, des expériences vécues, des relations amoureuses et du plaisir, revient à lancer une sorte d’enquête publique et de recherche, en refusant les positions sociales dogmatiques qui cherchent à arrêter et inverser les changements émancipatoires. »1.

C’est un fait que le concept et les théorie du genre provoquent des « débats » passionnés. Pourquoi ? Parce que de part et d’autres, des prémisses de la catégorie « nécessités de la nature et de sa nature »2 et « appartenance »3, complétées par des prémisses « droits fondamentaux » et « sacré » sont mobilisées pour fonder les argumentations. Hors, selon nos thèses, ces prémisses, qui tiennent à cœur, sont déterminantes, car leur respect et surtout le fait qu’elles soient ignorées et bafouées provoquent les affects les plus intenses pouvant pousser à des décisions, actions ou soumissions, dramatiques.

C’est en considérant les prémisses des discours des unes et des autres et en pesant leur bien fondé et leur importance que cet article propose des règles pour poser des énoncés et pour arbitrer en cas de conflit, avec deux objectifs : (1-) apprécier la scientificité, la rigueur, des discours, (2-) proposer des prémisses favorisant « les changements émancipatoires » que souhaite J. Butler.

Enfin, en considérant les prémisses des unes et des autres, cet article se demande pourquoi des atteintes très dramatiques à l’intégrité de la personne (agressions sexuelles, viols, inceste, pédophilie, etc..), provoquant des affects intenses surtout sur les victimes, ont pu être si longtemps passées sous silence.

1J. Butler dans the Guardian – Londres et publié le 06/02/2022 dans Courrier International.

2Ex : reproduction humaine, orientation sexuelle, se vivre plutôt «masculin» ou «féminin»

3Ex : le milieu de son enfance : famille, amis, voisinage, quartier, club sportif

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

article (B-4) discussions de nos approches

Cet article (B-4) discussions de nos approches est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Des présentations de nos approches ont été faites au séminaire du laboratoire CPN d’Evry. Cet article en reprend les discussions pour répondre à l’objection principale faite : une approche relevant de l’individualisme méthodologique et supposant le libre-arbitre de chacun.

Nos approches comprennent deux approches « terrain », l’un dite interprétative (article (B-1) Approche critique et interprétative), l’autre dite « par scénario plausible » (article (B-3) Approche « par scénarios plausibles »).

Pour ces deux approches, le chercheur doit toujours avoir à l’esprit que tout humain et toute organisation humaine pensent et agissent en se fondant sur des prémisses que nous résumons en huit thèses (article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS et article (B-2-a) Thèses communes pour toute SHS).

Cet article (B-4) discussions de nos approches résume d’abord nos deux approches « terrain », puis nos huit thèses et répond ensuite à la critique principale qui a été faite et enfin, à titre d’exemple, montre l’application de ces thèses pour analyser le système économique capitaliste en commençant par démystifier la complexité mise en avant rendant difficile toute contestation.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-b) discussion de « Les épreuves de la vie » de Pierre Rosanvallon

Cet article (D-b) discussion de « Les épreuves de la vie » de Pierre Rosanvallon est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Le dernier essai de P. Rosanvallon1 est, selon les médias, très novateur. D’après son sous-titre, il s’agit de « comprendre autrement les Français », à savoir autrement que par « les grandes théories ou les moyennes statistiques [dont les sondages] ». Plus précisément « Pierre Rosanvallon cherche à mesurer le niveau de l’anxiété française »2

Pour « Le Monde » du 24/08/21 il s’agit d’« un essai dans lequel il entend décrypter les attentes, les colères et les peurs des Français à travers l’analyse des épreuves auxquelles ils sont confrontés ».

Pour Philomag3, « Son nouvel essai.. se veut une ébauche de reconceptualisation sociologique. »

Nous adhérons à l’approche novatrice proposée par Rosanvallon, approche « partant de la perception que les Français ont de leur situation personnelle et de l’état de la société »4. Cette approche est en effet très similaire au premier niveau de notre approche interprétative, un autre niveau de notre approche étant de prendre en compte les affects éprouvés (ceux mentionnés par P. Rosanvallon, ceux définis dans Spinoza E3) car nous considérons aussi que la prise en compte des affects (émotions, sentiments) est absolument nécessaire pour mieux cerner tout fait social.

Notre approche a été élaborée lors d’une thèse5 dont la question principale est :« Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés: question de convictions et de passions ? ». Notre article (B-1) Approche critique et interprétative expose également cette approche en mobilisant de nombreux auteurs6 et notre article (C-3) Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés_question de convictions et de passions résume l’approche de la thèse citée et en présente ses résultats.

Depuis cette thèse, notre approche a été complétée en mobilisant Spinoza pour poser, de manière empirique dans l’article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS, les prémisses fondamentales sur lesquelles se fondent les vies des personnes physiques et morales. Un ensemble de huit thèses est déduit de ces travaux et sont mobilisées dans divers articles du carnet de recherche Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences humaines et sociales.

C’est en mobilisant ces huit thèses , rappelées en annexe de cet article, que nous proposons d’analyser les types d’épreuves répertoriés par P. Rosanvallon.

Notre analyse aboutit à quatre remarques principales :

(1-) P. Rosanvallon oppose les luttes de classes du passé, qui s’estomperaient car les « lignes de fracture » (à savoir « Ces oppositions au fondement de la lutte des classes » ) existeraient « toujours mais dans une moindre mesure »7, aux épreuves d’aujourd’hui provoquant des affectssans appliquer son approche aux souffrances et aux épreuves du passé qui ont conduit à ces théories.

(2-) Il n’y a pas que les épreuves qui provoquent des affects (émotions) pouvant pousser à des comportements. A tout instant de sa vie l’humain éprouve de multiples sentiments provoqués par toutes sortes d’affections8 (ex : épreuves, contexte de vie (familial, professionnel, voisinage, etc..)). Ne parler de la vie qu’en terme « d’épreuve » est trop réducteur.

(3-) La typologie des épreuves retenue par P. Rosanvallon (mépris, injustice, discrimination, incertitude) ne permet pas de prendre en compte l’intensité des affects provoqués par ces quatre types d’épreuves (ou par toute autre affection que ces épreuves mises en exergue). Cette intensité est à considérer au regard de l’impact perçu par la personne de ce qui est déterminant pour elle du fait de ces affections.

(4-) Au regard de chaque type d’épreuve, P. Rosanvallon propose « les émotions suscitées en réaction » et selon Philo mag9 « comment celles-ci structurent aujourd’hui de nouveaux communs » car « Son nouvel essai.. se veut une ébauche de reconceptualisation sociologique. ».

Une « reconceptualisation sociologique » n’est possible que parce que ces épreuves, du passé et actuelles, provoquent des affects qui poussent in fine à être sous la conduite de raisons, celles-ci se concrétisant par des théories, des décisions, des organisations qui sont à peu près « logiques », compréhensibles, au moins pour le chercheur !

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

1P. Rosanvallon : « Les épreuves de la vie (comprendre autrement les Français) », Seuil (Le compte à rebours), 19/08/21

2https://www.livreshebdo.fr/article/pierre-rosanvallon-les-epreuves-de-la-vie-comprendre-autrement-les-francais-seuil-sous-le

3P. Rosanvallon, propos recueillis par Charles Perragin publié le 23 septembre 2021 par philomag (https://www.philomag.com/articles/les-epreuves-de-la-vie-comprendre-autrement-les-francais-de-pierre-rosanvallon )

4Dans l’introduction de cet essais, paragraphe Les Français à l’épreuve.

5Référence du document de thèse : NNT : 2017SACLE026 ; thèse soutenue le 27/09/2017

6M. Walzer (Critique et sens commun, trad. de Joël Roman, Paris, La Découverte, 1990), A. Giddens (.duality of structure in The Constitution of Society (1984) – (La Constitution de la société, publié en France par les Presses Universitaires de France).), etc….

7P. Rosanvallon : interview à « La Vie » du 16/09/21

8« J’ai eu le sentiment qu’on ne pouvait pas en rester simplement au constat des affects. Il fallait voir quelle était la fabrication des affects. » (Pierre Rosanvallon à France Culture, la grande table idées, le 06/09/21)

9P. Rosanvallon, propos recueillis par Charles Perragin publié le 23 septembre 2021 par philomag (https://www.philomag.com/articles/les-epreuves-de-la-vie-comprendre-autrement-les-francais-de-pierre-rosanvallon )

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-7)-Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Reprise de l’article « rationalité » sur Wikipedia, la citation suivante permet de résumer notre point de vue avant de proposer une lecture critique plus argumentée des différentes rationalités présentées par Max Weber et mobilisées par des sociologues comme Raymond Boudon.

« Dans sa « théorie générale de la rationalité », Raymond Boudon estime que toute action humaine se produit car les hommes sont « naturellement rationnels ». Selon lui, la rationalité n’est pas seulement celle développée par les économistes néoclassiques, qui réduisent toute action à un calcul d’intérêt. La rationalité peut être liée aux valeurs. Par exemple quelqu’un qui sacrifie sa vie pour une cause noble est rationnel. Il faut parler alors de rationalité axiologique. Estimant par conséquent que les valeurs sont « universelles », Boudon combat le relativisme dans les sciences sociales1. ».

Au regard des mots clés (raison, valeurs, universel, relativisme), nous disons que :

(1-) la plupart des hommes désirent, pour toutes sortes de « raisons », être sous la conduite de leur raison

(2-) à propos de toute chose, chacun, dont le chercheur, désire construire SA raison ou faire sienne une raison d’un autre, à savoir un édifice qui se tient avec des idées cohérentes, consistantes et pas trop incomplètes à propos de cette chose. Cela n’est possible que si, consciemment ou non, cet édifice d’idées est fondé sur des prémisses qui, in fine2, dérivent de ce qu’il perçoit comme nécessités de la nature de cette chose et ses propres nécessités ou sont poussées par ses sentiments, ses désirs

Remarque 1 : « in fine » car des prémisses peuvent être des propositions issues d’un raisonnement d’une raison en amont, cette raison en amont étant elle-même fondée sur des prémisses, et ainsi de suite récursivement jusqu’à remonter aux prémisses les plus en amont qui ne procèdent alors que de ce qui est perçu comme nécessité de la nature (ex : un phénomène) ou d’affects (ex : désir de ..). Ainsi pour David Hume3, les énoncés moraux sont poussés par les sentiments et non déduits d’une raison.

Remarque 2 : Dans l’annexe : philosophie morale au prisme de la raison et des affects nous décrivons les édifices d’idées qui se tiennent des trois types d’éthiques (« conséquentialiste », « des vertus » et «déontologique-téléologique») lorsqu’elles sont vécues sous la conduite de la raison

(3-) certaines prémisses de leur raison à propos d’une chose sont liées à des énoncés moraux ou « valeurs » (exemples : (1-) abnégation jusqu’à « sacrifier sa vie pour une cause noble » ; (2-) « chacun pour moi » jusqu’à sacrifier la vie des autres pour assouvir ses désirs),

(4-) les « valeurs » étant de toutes sortes et diversement partagées, seules des études empiriques, avec une approche interprétative, permettent de statuer sur l’ universalité de certaines ou tout au moins sur la présence majoritaire de celle-ci ou minoritaire de celle-là ,

(5-) Individus et organisations, peuvent tenir passionnément à leurs raisons et leurs valeurs en particulier à celles qui fondent leurs raisons, et ne pas du tout les considérer comme « relatives », ni même discutables. Cela peut conduire à toutes sortes d’accords,

(6-) le chercheur en SHS doit s’attacher à être « neutre » et sans jugement de valeur lorsqu’il considère les valeurs qui animent les acteurs sociaux, individus et organisations, par une approche critique et interprétative.

(7-) (a-) Une idée est appréciée comme « vraie » si elle est cohérente avec les prémisses procédant de ce qui est perçu comme des nécessités de la nature, dont les nécessités de TOUTES les personnes concernées. (b-) Une idée est appréciée comme « juste » ou non par chacun concernée si elle est cohérente ou non avec SES prémisses poussées in fine par ses affects. « Chacun » comprend TOUTES les personnes, physiques ou morales en général sous la conduite d’une certaine raison4, concernées à savoir étant ou ayant été affectées, ces affections leur provoquant toutes sortes d’affects. Le chercheur-observateur en SHS est aussi une personne concernée mais ce n’est pas la seule !

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

1Raymond Boudon, Essais sur la théorie générale de la rationalité, PUF, 2007

2Se reporter à l’article (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose

3David Hume : Traité de la Nature Humaine., III i 1 6

4Parmi les personnes morales, certains souhaitent y inclure la « nature » et en tout cas les générations futures (ex : H. Jonas)

5Catherine Colliot-Thélène : « retour sur les rationalités chez max weber » La Documentation française | « Les Champs de Mars » 2011/2 N° 22 | pages 13 à 30

6Raymond Boudon : (1-) La « rationalité axiologique » : une notion essentielle pour l’analyse des phénomènes normatifs dans La sociologie et les sciences sociales : une affaire de discipline(s)? Volume 31, numéro 1, 1999 ; (2-) la rationalité axiologique, Presses Universitaires de France | « Sociologies », 1998 | pages 13 à 57

Article (D-2) épistémologie ordinaire et émotions épistémiques au prisme de Spinoza

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Les questions traitées dans cet article procèdent de séminaires à l’EHESS et à la Sorbonne Paris 1 suivis de 2018 à 2023 ainsi que de la documentation associée transmise par les professeures citées : (1-) émotions épistémiques de G. Origgi et A. Godber, (2-) épistémologie naïve de P. Engel et J.Dokic, (3-) les discriminations de M. Bessone et (4-) du séminaire de G. Origgi Épistémologie sociale et politique les enjeux de la diversité. Des extraits de ces documents sont donc mentionnés dans cet article.

L’épistémologie ordinaire1 est celle de chacun, les gens tels qu’ils sont, avec leurs dires et gestes approximatifs, improbables (d’où notre prise en compte des « émotions épistémiques »), épistémologie souvent empreinte de préjugés (d’où notre prise en compte des discriminations épistémiques).

1Le terme épistémologie ordinaire, au lieu de naïve, est un clin d’œil au « langage ordinaire » mis en avant par Wittgenstein. Voir notre article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire.

L’objectif initial de cet article est de reconsidérer l’approche plutôt normative de certains chercheurs à propos de l’épistémologie quotidienne des gens utilisant certains mots et pas d’autres, pas toujours les « bons » selon la définition des chercheurs en sciences cognitives (ex : Usage judicieux d’un terme factif (Je sais, je vois) ou non factif (je crois, je pense)).

C’est une très forte hypothèse épistémique que de considérer qu’un « naïf » maîtrise et utilise à bon escient le « vocabulaire épistémique ».

De plus, des chercheurs disent qu’il y a « « trop » d’utilisation du terme « savoir » » ou que d’autres mots sont « mal » utilisés. Pour dire « trop » ou « mal » il faut se situer dans un référentiel, un référentiel permettant de comparer (« trop ») ou permettant de classer et même de juger (« mal »). Quel référentiel ? Et dans quelle langue ?

Pour considérer l’épistémologie « ordinaire » de chacun, notre article pose d’abord des prémisses fondamentales, constituant un référentiel permettant de s’affranchir de ce « vocabulaire épistémique ».

Ces prémisses sont ensuite mobilisées pour analyser tout entendement, idée ou édifice d’idées énoncées et reçues, et le qualifier de croyance, de connaissance, d’intuition, d’imagination,

Enfin, dans une troisième partie, notre article traite plus précisément des modes de perception et émotions épistémiques.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

1 Notons les expressions « naïves » : « ce qu’il dit..ça se tient », « .ça tient debout », « .ça ne tient pas debout » : c’est le « standard » naïf, laissé à l’appréciation de chacun (de Rose (1992) parle de « low » ou « high » standard)

2Thèses de l’Invariantisme : le sens (= les conditions de vérité) des attributions de connaissance est invariant (ex : Jason Stanley (2005)) ou thèse du Contextualisme : le sens de « savoir » varie selon les contextes (ex : de Rose 2002)

Article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquer ICI

Cet article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Cet article repose sur les 2 articles « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose » (toute raison à propos d’une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qui est perçu comme des nécessités de la nature de la chose et de sa nature, et des prémisses poussées in fine par les sentiments1) et « (B-1) Approche critique et interprétative ».

1Dans tout cet article, le mots « sentiment », traduction de Spinoza par Guerinot, est utilisé et non affect (Misrahi) ou passion (Apphun)

L’hypothèse principale de cet article est que chacun, humain ou institution humaine, (1-) éprouve des affects à propos de toute affection qu’il vit et à propos de ce qu’il perçoit qu’il pourrait vivre, (2-) se fonde pour vivre en « pour » ou en « contre » ou en « indifférent » par rapport à des énoncés. Les affects éprouvés sont déterminés par le respect ou non de ces énoncés lors de l’affection vécue ou susceptible d’être vécu. Ces énoncés sont en partie les prémisses assurant la cohérence et la complétude, toujours imparfaite, de la raison de chacun à propos d’une chose (voir articles (A-1) et (A-3)).

L’objectif de cet article est triple :

(A-) établir un cadre, un référentiel dont nous proposons les composantes ou catégories suivantes  : (0-) anthropologie spinoziste et Conatus (effort de persévérer dans son être), (1-) affects et raisons, (2-) nécessités de la nature et de sa nature, (3-) appartenance et reconnaissance, (4-) droits fondamentaux, (5-) sacré, (6-) énoncés moraux et estime sociale.

(B-) proposer dans chaque catégorie quelques énoncés déclaratifs ou performatifs1 fondamentaux compréhensibles par tous, chercheurs et humains concernés par leurs recherches, énoncés parfois antagonistes2. Ces énoncés sont déduits d’études empiriques (voir article (B-1)).

(C-) compte tenu de la variété des gens et des institutions quant à leurs affects et leurs raisons, envisager toutes les procédures « d’accords » possibles, de la délibération habermassienne à la contrainte violente.

Remarquons que pour le chercheur-observateur « toutes les raisons se valent », du moins à priori. Cette posture n’a rien à voir avec celle prêtée à des individus désabusés, au contraire d’après notre thèse : chacun est susceptible d’être attaché affectivement à sa raison à propos d’une chose, surtout si cette chose a trait à une nécessité de sa nature. Par contre, le chercheur s’attache à considérer la raison de chacun avec les outils « spinozistes » que nous proposons dans l’ « article (A-3)pour en faire une analyse critique.

1En mobilisant John L. Austin (« Quand dire c’est faire »), les énoncés procédant de ce qui est perçu soit comme des nécessité de la nature ou comme des faits avérés sont dits déclaratifs, les énoncés poussés par des sentiments de désirs, de volitions, sont dits « performatifs ».

2Ex : « chacun pour moi » et « solidarité » ; « mérite élitiste » et « justice sociale » dans la catégorie des énoncés moraux 

Tous ces énoncés fondamentaux sont considérés d’une part comme les prémisses potentielles1 sur lesquelles la plupart des humains fondent leur comportements et donc, d’autres part, considérés comme les prémisses fondamentales pour toute recherche en SHS, dans une objectif de cohérence et de complétude. Nous considérons que cet objectif de cohérence et de complétude est mieux atteint en mobilisant ce cadre car ces prémisses peuvent être vérifiées assez facilement comme étant comprises sinon partagées par les humains des terrains étudiés.

1Ce référentiel épistémique permet potentiellement de prendre en compte ou d’imaginer des prémisses variées, contradictoires et antagonistes, dont certaines classées par le chercheur comme « prénotions » (Durkheim), « sens commun », « doxa » et « illusio » (Bourdieu), « préjugés », etc…

Pour accéder maintenant à cet article, cliquer ICI

Article (A-1) Critique de la Raison chez Spinoza et raisons multiples à propos d’une chose

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

De nos jours, il est courant de parler de LA Raison, de lier Raison avec objectivité et de lier idées-croyances avec subjectivité. Néanmoins, depuis longtemps, les Raisons ou modèles, les édifices logiques d’idées ayant trait à des choses humaines (sciences humaines) ou de la nature (sciences « dures ») sont multiples, imparfaits, comme le montrent les travaux de Popper et Kuhn. Depuis le 19. siècle, on sait qu’il en est de même en mathématique et depuis Gödel on sait également qu’il est impossible de concevoir une mathématique parfaitement cohérente et complète.

De même, pour Spinoza, la raison, telle qu’elle est définie en E2-P40 et prise en compte dans E4 (ex : E4-P351), semble unique, enveloppe toutes les choses de la Nature et permet même de juger ce qui est bon ou mauvais pour tous ceux sous sa conduite. Avec cette Raison forcément commune, ce qui est bon pour un homme est convenu bon pour tout homme, ce qui conduit de fait à un comportement social fondé sur le soucis du bien commun, de la justice, du secours mutuel, car favoriser le bien commun favoriserait également son propre bien, sa puissance d’être.

Cet article montre qu’à propos de toute chose singulière, chacun est susceptible d’avoir sa raison et que donc, à propos d’une même chose, il peut exister de multiples raisons, comme dans les sciences dites exactes.

Notre argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose singulière est composée des paragraphes suivants :

Les notions communes et les 7 axiomes de E1

analyse critique de la caractérisation de la Raison par Spinoza à l’aune des 7 axiomes de E1,

argumentation pour la prise en compte de Raisons multiples à propos d’une chose singulière,

philosophes modernes2 suggérant un lien entre Raison(s) et affects

démonstration de Raisons multiples selon ses affects3 et nécessité de sa nature.

Cet article conduit à l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits..

Suite à ces deux articles, notre article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS développe les prémisses (notions plus ou moins communes) déterminantes susceptibles de fonder toute société humaine et notre article (B-2-a) Thèses communes pour toute SHS les résume.

1E4-P35 : « Dans la mesure seulement où les hommes vivent sous la conduite de la Raison, ils conviennent nécessairement toujours par nature. » ;

2Spinoza (1632, 1677), Hume (1711, 1776), Pascal (1623, 1662)

3Dans tout cet article, le mot « affect » (Misrahi) est utilisé et non « sentiment », traduction de Guerinot, ou passion (Apphun)

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search