Article (D-j) analyse critique de quelques concepts de Marx et de leur utilisation actuelle

Pour accéder immédiatement à cet article, cliquez ICI.

Le désir d’écrire cet article est poussé par la parution d’un article de Stephen Bouquin (« Pour éviter le désastre : défendre le « travail vivant » et le bien commun ») et d’un ouvrage d’Emmanuel Renault (« abolir l’exploitation ») au titre plutôt militant et programmatique, mais qui, néanmoins, ne proposent pas grand-chose de consistant pour changer les choses (« éviter le désastre » pour l’un et « abolir l’exploitation » pour l’autre) en commençant par le début, à savoir en partant de la situation actuelle.

Ils font abondamment référence à Marx et à ses concepts, en particulier pour montrer sa clairvoyance anticipatrice sur l’écologie, le patriarcat, etc.. etc.

Nous nous étendons non sur les dénonciations que ces écrits font des réalités économiques (elles sont très pertinentes), mais sur leurs références obligées à Marx, et les concepts qu’ils mobilisent, ex: travail « concret » ou « abstrait », travail « vivant » ou « mort », « exploitation », dialectique « capital-travail », « capital », « capitaliste », etc.

Nous proposons tout d’abord une lecture critique de passages du Le Capital 1 mobilisant les concepts cités ci-dessus au regard du fonctionnement actuel de l’économie et, si nécessaire, au regard des concepts que nous mettons en avant dans tous nos articles, à savoir : « collectif de salariés », « acquisition initiale » et des deux autres circuits du capitalisme (production et reproduction (1-) de la force de travail et (2-) des moyens de production.).

Nous proposons ensuite, dans la thèse de Ulysse Lojkine (« définir l’exploitation »), dans l’article de Stephen Bouquin et l’ouvrage d’Emmanuel Renault, une analyse critique de l’usage de ces concepts marxistes pour considérer les problématiques actuelles, problématiques économiques mais aussi de nouvelles, celles relatives à la nature, au patriarcat, à la race, etc….

En bref, cet article souligne que certains concepts de Marx étaient adéquats pour appréhender et dénoncer les activités capitalistes de son époque, le sont moins aujourd’hui et le sont encore moins pour appréhender des sujets comme l’écologie, les biens communs, les questions de patriarcat et de race dans l’économie capitaliste. Pour ces sujets là, d’autres concepts, plus récents et appropriés, sont aussi à mobiliser.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI.

Article (C-1-1) les trois circuits du capitalisme

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Dans cet article (C-1-1), en mobilisant les écrits de Marx sur l’accumulation « primitive » (ou « initiale ») ainsi que les écrits de R. Luxemburg, H. Arendt, et des féministes historiennes et philosophes comme Silvia Federici, Tithi Bhattacharya1, etc…. sur le même sujet, nous montrons que les procédés confiscatoires du capitalisme initiés lors de l’accumulation primitive sont continuellement en œuvre dans le capitalisme actuel. Ces procédés peuvent se décliner en trois circuits qui fondent le capitalisme actuel : (1-) circuit de production des biens et des services générant la plus-value, (2-) circuit de production et de reproduction de la force de travail, (3-) circuit de production et de reproduction des moyens de production. Les 2.ième et 3.ième circuits on trait à la production et à la reproduction des moyens de production, qu’ils soit humains et sociétaux (moyens de production de la force de travail) ou matériels (locaux, machines). Le « bon » fonctionnement du circuit principal, celui générant la plus-value, est lié aux procédés confiscatoires similaires de ces deux circuits relatifs à tous les moyens de production.

Marx n’a vraiment étudié que le premier circuit, celui de la création de la valeur ajoutée. Il évoque mais sans l’étudier le deuxième. Il résume le troisième aux détours de ses analyses du premier circuit en écrivant à maintes reprises que ce n’est que le capitaliste qui avance une partie de sa fortune pour acheter les machines, payer la matière première et les salaires

1Karl Marx (Le Capital, Livre I, chap 24) ; R. Luxemburg ( L’accumulation du Capital ) ; H. Arendt ( La condition de l’homme moderne ) ; Silvia Federici (Caliban and the Witch : Women, Body and Primitive Accumulation) ; Tithi Bhattacharya (Avant 8 heures, après 17 heures ).

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search