Article (C-1-0) caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

La première caractéristique attribuée au capitalisme est son objectif d’accumulation monétairei, objectif nécessitant la propriété des moyens de production « à but lucratif ».

La deuxième caractéristique du capitalisme mise en avant est le rapport salarialii : subordination de ceux n’ayant que leur force de travail à ceux qui possèdent les moyens de production.

Pour nous, cette deuxième caractéristique n’est que la cause immédiate d’une caractéristique plus fondamentale : le monopole d’acquisition par l’actionnaire des moyens de production à but lucratif. Quelle que soit la contribution effective de l’actionnaire et de l’entreprise aux moyens de production, seul l’actionnaire peut en être propriétaire car l’entreprise n’est pas sujet de droit : juridiquement, elle n’est rien et ne peut donc rien posséder, malgré sa contribution.1.

Ce monopole d’acquisition par l’actionnaireiii des moyens de production à but lucratif est pour nous LA deuxième caractéristique.C’est ce monopole d’acquisition qui perpétue indéfiniment le rapport salarial en un rapport de subordination à une minorité possédante.

C’est ce monopole de l’ère capitalisteiv qui explique aussi la fameuse formule r>g que Piketty répète comme un mantrav pour expliquer la concentration de plus en plus grande des patrimoines.

C’est ce même monopole d’acquisition qui explique durant presque toute l’histoire la concentration des patrimoines qu’expose Piketty, concentration dont les protagonistes sont déjà classés par Marx et Engels en oppresseurs et oppressésvi. Cette oppression a le même fondement : le monopole d’acquisition des moyens de production par le maître, le seigneur, le capitaliste – esclaves, serfs et entreprises n’étant pas sujets de droits, donc ne pouvant acquérir les moyens de production auxquels ils contribuaient ou contribuent largementvii.

A cette époque des esclaves et des serfs, la spoliation dont ils étaient victimes du fait de ce monopole étaient invisibilisée car ils n’étaient pas sujets de droit quant à la propriété. Dans cette longue histoire, le capitalisme a pris la suite, toujours avec cette invisibilisation ayant la même cause : juridiquement, l’entreprise n’est rienviii et donc cette spoliation n’est pas contestée.

Casser ce monopole, c’est casser le capitalisme. Ces changements ne remettent pas en cause le principe de propriété et les droits qui vont avec, principes et droits profondément et largement partagés, gravés dans toutes les déclarations de droits de l’hommeix et dans les constitutions de tous les pays. Au contraire, ils les confirment en les rendant similaires pour tous : chacun (personne physique ou morale toutes sujets de droit) est propriétaire de n’importe quel bien, dont des moyens de production, en fonction de sa contribution effective à ce bien, règle admise par tous.

L’accumulation, première caractéristique du capitalisme, pousse à l’exploitation des travailleurs, sujet largement étudié, exploitation d’autant plus aisée qu’ils sont subordonnés du fait de la deuxième caractéristique : le monopole d’acquisition par le capitaliste.

Ces deux caractéristiques sont donc bien les structurantes, surtout la deuxième qui entraîne la concentration des biens et du pouvoir de subordination en moins en moins de mains.

Pour montrer cela, cet article (1-) explique la genèse du capitalisme par le désir du capitaliste comme l’ont fait Orléan&Lordon pour expliquer la genèse de la monnaiex par le désir marchand, puis (2-) présente quelques propositions nécessaires, en discours et en actes, pour sortir du capitalisme, de ce qui le caractérise, afin de construire autre chose.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

1L’ouvrage de P.-L. Brodier (La VAD valeur ajoutée directe-Une approche de la gestion fondée sur la distinction entre société et entreprise– Eyrolles 12-2001) montre bien, par sa méthode comptable, que la V.A.D. créée par l’entreprise, le collectif de travail, paye TOUT : salaires, dividendes, moyens de production, emprunts, charges et taxes.

i« Geldmachen ist das treibende Motiv » (Marx (« Das Kapital, Band 2, Abschnitt 1, 1.4 Der Gesamtkreislauf»)

iiVoir tous les écrits des Marx, Engels, marxistes, ex : F. Lordon (dans l’article Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle) « Or qu’est-ce que le capital ? Piketty..ne peut en donner qu’une conception des plus superficielles : patrimoniale. Le capital, c’est la fortune des fortunés. Pour Marx, le capital est tout autre chose : c’est un mode de production, c’est-à-dire un rapport social… Un rapport social complexe qui, au rapport monétaire des simples économies marchandes, ajoute —c’est le cœur de toute l’affaire — le rapport salarial, constitué autour de la propriété privée des moyens de production ».

iiiCe monopole, malgré la permanente contribution de l’entreprise aux moyens de production, peut aussi être vu comme une expropriation permanente dans la continuité de l’accumulation ou plutôt expropriation primitive faite violemment (des terres, moyens de production) d’après Marx (capital, livre 1, chap 24) revue par R. Luxemburg ( L’accumulation du Capital ) et H. Arendt ( La condition de l’homme moderne ). Sachant que d’après H. Arendt, «l’expropriation et l’aliénation par rapport au monde coïncident » nous concluons que le monopole d’acquisition par le capitaliste est une aliénation dont le fondement juridique est que l’entreprise, son collectif de travail, n’est pas sujet de droit : elle n’est rien.

ivVoir l’article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production un article sur wikipedia

vF. Lordon dans « Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle » : « On peut bien répéter, avec constance et sur mille pages, que les inégalités croissent quand r (le taux de profit) est supérieur à g (le taux de croissance) [« simples identités comptables »], on n’a rien expliqué tant qu’on n’a pas donné les déterminants du taux de profit et du taux de croissance propres à chaque période ». Pour nous, le déterminant principal est le monopole d’acquisition des moyens de production par l’actionnaire quel que soit le capital qu’il a misé au départ, d’où un taux de profit croissant de ce capital du fait de la croissance des moyens de production dont il est toujours seul propriétaire.

Le patrimoine du capitaliste, essentiellement des moyens de production, procède beaucoup plus de son monopole d’acquisition des moyens de production (car la plus grosse part est due à la contribution du collectif de travail) que des dividendes perçus qu’il réinvestit. Néanmoins, ces dividendes croissent structurellement à « capital social » constant justement du fait de ce monopole et lui permettent de réinvestir ailleurs, ce que permet également les « rachats d’actions ».

viMarx&Engels (Manifest der Kommunistischen Partei) : « Freier und Sklave, Patrizier und Plebejer, Baron und Leibeigener, Zunftbürger und Gesell, kurz, Unterdrücker und Unterdrückte… »

viiDit autrement : il y a concentration des patrimoines dès qu’une partie significative des contributeurs aux moyens de production n’existe pas juridiquement pour les acquérir en fonction de sa contribution. C’est le cas lorsque la seule contribution reconnue est celle de l’actionnaire ou l’associé, seule personne existant juridiquement, l’entreprise n’étant « rien » juridiquement.

viiiPar contre, les autres sévices subis étaient et sont assez visibles et combattus car ils relèvent d’un autre droit (droit moral, droits fondamentaux) dans lequel les personnes (esclaves, serfs, salariés) sont un peu plus sujets de droit.

ixEx : la DUDH 1789 définit les 4 droits «naturels et imprescriptibles» : la liberté, la propriété, la sûreté, la résistance à l’oppression

x Orléan&Lordon « genèse de l’état et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis » (Juin 2006)

article (C-1-l) analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Notre article analyse et complète un peu la thèse en économie de Th. Dallery, thèse tout à fait éclairante sur les objectifs et le fonctionnement du capitalisme financier et montrant que la logique financière n’a que peu à voir avec la logique de production de biens et de services.

Cette thèse remet en cause la doxa dominante, y compris marxiste, que les « profits » des actionnaires procèdent d’une croissance profitable de l’économie, croissance profitable grâce aux investissements et aux risques qui seraient pris par les actionnaires-investisseurs et croissance bénéfique pour tous, en particulier pour les salariés.

Le résumé de cette thèse présente le constat que « la financiarisation conduit …. à une réorientation vers les exigences de rentabilité actionnariales, au détriment .. de l’accumulation du capital, de la sécurité financière (endettement) et réelle (utilisation des capacités), ainsi qu’en défaveur des salariés (salaire réel) »  puis se termine par « Nous montrons alors que la distribution de dividendes et le rachat d’actions permettent, dans les limites autorisées par l’endettement, d’alimenter la consommation des rentiers, et de réaliser la rentabilité exigée [par « les rentiers » ou actionnaires], malgré le ralentissement de l’accumulation ».

Dans cette thèse, l’auteur décrit les astuces financières mises en œuvre pour assouvir le désir lucratif des actionnaires, notamment « effet de levier » et « rachat d’actions ». Comme l’indique le titre de cette thèse, l’objectif de l’auteur et de constater, avec force équations, le « divorce » entre rentabilité pour l’actionnaire et croissance économique. Par contre, il ne montre pas ce qui permet ces astuces financières sauf le fait que les actionnaires s’appuient sur leurs droits de propriété. Notre propos est de compléter légèrement cette thèse pour y mentionner ce qui, dans le cadre de la propriété, permet tout ce qui est montré dans cette thèse.

Comme le montre les autres articles de notre carnet, les fondements de tout ce qui est mis en œuvre pour assouvir ce désir des actionnaires sont les lois sur la « responsabilité limitée » et l’inexistence juridique de l’entreprise : elles permettent à l’actionnaire d’être propriétaire exclusif des moyens de production alors même qu’il n’y contribue que très peu, beaucoup moins que l’entreprise.

Ce sont les règles ou procédés d’appropriation qu’il faut interroger, et pas forcément la propriété qui, avec la dette, n’est en rien une caractéristique du capitalisme.D’après nous, l’entreprise, son collectif de salariés, devrait, comme une association loi 1901, être propriétaire des moyens de production, au même titre que les actionnaires, à savoir chacun au prorata de sa contribution, nommé capital. Pour que sa propriété soit reconnue, l’entreprise devrait donc, comme une association, être sujet de droit.

Notre analyse est faite « au prisme des moyens de production » et est donc fondée sur la classification marxiste : Ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer à ces possédants.

Notre analyse est faite en ayant toujours deux questions à l’esprit : (1-) qui contribue et qui possède les moyens de production (qui = actionnaires et/ou collectif de salariés) ; (2-) quels sont les risques pris ou imposés à chacun, actionnaires et collectif de salariés.

Cette analyse, conduisant parfois à proposer quelques compléments à cette thèse, aborde les sujets suivants : (1-) Quid des moyens de production, (2-) Effets de levier et rachat d’actions, (3-) Que nomme-t-on « capital » ? (4-) L’endettement : qui s’endette ou fait s’endetter et dans quel but, qui rembourse, (5-) De quoi procèdent les « profits » et pour qui ? (6-) Fin de l’exclusivité d’appropriation des moyens de production.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search