article (B-4) discussions de nos approches

Cet article (B-4) discussions de nos approches est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Des présentations de nos approches ont été faites au séminaire du laboratoire CPN d’Evry. Cet article en reprend les discussions pour répondre à l’objection principale faite : une approche relevant de l’individualisme méthodologique et supposant le libre-arbitre de chacun.

Nos approches comprennent deux approches « terrain », l’un dite interprétative (article (B-1) Approche critique et interprétative), l’autre dite « par scénario plausible » (article (B-3) Approche « par scénarios plausibles »).

Pour ces deux approches, le chercheur doit toujours avoir à l’esprit que tout humain et toute organisation humaine pensent et agissent en se fondant sur des prémisses que nous résumons en huit thèses (article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS et article (B-2-a) Thèses communes pour toute SHS).

Cet article (B-4) discussions de nos approches résume d’abord nos deux approches « terrain », puis nos huit thèses et répond ensuite à la critique principale qui a été faite et enfin, à titre d’exemple, montre l’application de ces thèses pour analyser le système économique capitaliste en commençant par démystifier la complexité mise en avant rendant difficile toute contestation.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

(C-1-j) Les trois jalons caractérisant le capitalisme

Cet article (C-1-j) Les trois jalons caractérisant le capitalisme est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Les activités économiques et financières sont des activités profondément humaines poussées par les désirs des humains, en particulier des plus puissants.

Selon Marx, dans « Das Kapital, Band 2, Abschnitt 1, 1.4 Der Gesamtkreislauf» :

« Gagner de l’argent est le motif moteur. Pour cela, la production n’apparaît que comme un mal nécessaire ». … à défaut de pouvoir se défaire de ce mal ou d’en rêver, comme il le précise ensuite :

« Toutes les nations capitalistes ont périodiquement une chimère, celle de pouvoir faire du fric en se passant d’une production pesante ennuyeuse »

Également, selon Marx1, pour avoir le pouvoir sur ces activités économiques et financières afin d’assouvir ce désir de faire du fric, il faut posséder et maîtriser les moyens de production.

Enfin, pour vraiment faire de l’argent, il faut d’abord limiter le risque en en dépensant le moins possible pour acquérir ces moyens, les accroître, les améliorer, les entretenir, etc…

Dans cet article, nous présentons les trois jalons favorisant ces deux exigences, le pouvoir exclusif et l’investissement minimum. La compréhension et la remise en cause de ces trois jalons est la clé de toute transformation ou abolition du capitalisme.

Cette article présente donc ce que nous considérons être les trois jalons caractérisant le capitalisme :

Premier jalon, du 15. ième au 19. ième siècle : accumulation initiale

Deuxième jalon, années 1860 : Responsabilité limitée et inexistence juridique de l’entreprise

Troisième jalon en 1998 : « Rachat » d’actions par les entreprises

Ces trois jalons relèvent de la même astuce juridique : accaparer la contribution aux moyens de production de personnes morales (hier : communauté de paysans, aujourd’hui : entreprise et son collectif de salariés) qui n’ont pas d’existence juridique, qui ne sont pas sujets de droit.

1Et selon la plupart des économistes et juristes !

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search