Article (D-b) discussion de « Les épreuves de la vie » de Pierre Rosanvallon

Cet article (D-b) discussion de « Les épreuves de la vie » de Pierre Rosanvallon est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

Le dernier essai de P. Rosanvallon1 est, selon les médias, très novateur. D’après son sous-titre, il s’agit de « comprendre autrement les Français », à savoir autrement que par « les grandes théories ou les moyennes statistiques [dont les sondages] ». Plus précisément « Pierre Rosanvallon cherche à mesurer le niveau de l’anxiété française »2

Pour « Le Monde » du 24/08/21 il s’agit d’« un essai dans lequel il entend décrypter les attentes, les colères et les peurs des Français à travers l’analyse des épreuves auxquelles ils sont confrontés ».

Pour Philomag3, « Son nouvel essai.. se veut une ébauche de reconceptualisation sociologique. »

Nous adhérons à l’approche novatrice proposée par Rosanvallon, approche « partant de la perception que les Français ont de leur situation personnelle et de l’état de la société »4. Cette approche est en effet très similaire au premier niveau de notre approche interprétative, un autre niveau de notre approche étant de prendre en compte les affects éprouvés (ceux mentionnés par P. Rosanvallon, ceux définis dans Spinoza E3) car nous considérons aussi que la prise en compte des affects (émotions, sentiments) est absolument nécessaire pour mieux cerner tout fait social.

Notre approche a été élaborée lors d’une thèse5 dont la question principale est :« Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés: question de convictions et de passions ? ». Notre article (B-1) Approche critique et interprétative expose également cette approche en mobilisant de nombreux auteurs6 et notre article (C-3) Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés_question de convictions et de passions résume l’approche de la thèse citée et en présente ses résultats.

Depuis cette thèse, notre approche a été complétée en mobilisant Spinoza pour poser, de manière empirique dans l’article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS, les prémisses fondamentales sur lesquelles se fondent les vies des personnes physiques et morales. Un ensemble de huit thèses est déduit de ces travaux et sont mobilisées dans divers articles du carnet de recherche Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences humaines et sociales.

C’est en mobilisant ces huit thèses , rappelées en annexe de cet article, que nous proposons d’analyser les types d’épreuves répertoriés par P. Rosanvallon.

Notre analyse aboutit à quatre remarques principales :

(1-) P. Rosanvallon oppose les luttes de classes du passé, qui s’estomperaient car les « lignes de fracture » (à savoir « Ces oppositions au fondement de la lutte des classes » ) existeraient « toujours mais dans une moindre mesure »7, aux épreuves d’aujourd’hui provoquant des affectssans appliquer son approche aux souffrances et aux épreuves du passé qui ont conduit à ces théories.

(2-) Il n’y a pas que les épreuves qui provoquent des affects (émotions) pouvant pousser à des comportements. A tout instant de sa vie l’humain éprouve de multiples sentiments provoqués par toutes sortes d’affections8 (ex : épreuves, contexte de vie (familial, professionnel, voisinage, etc..)). Ne parler de la vie qu’en terme « d’épreuve » est trop réducteur.

(3-) La typologie des épreuves retenue par P. Rosanvallon (mépris, injustice, discrimination, incertitude) ne permet pas de prendre en compte l’intensité des affects provoqués par ces quatre types d’épreuves (ou par toute autre affection que ces épreuves mises en exergue). Cette intensité est à considérer au regard de l’impact perçu par la personne de ce qui est déterminant pour elle du fait de ces affections.

(4-) Au regard de chaque type d’épreuve, P. Rosanvallon propose « les émotions suscitées en réaction » et selon Philo mag9 « comment celles-ci structurent aujourd’hui de nouveaux communs » car « Son nouvel essai.. se veut une ébauche de reconceptualisation sociologique. ».

Une « reconceptualisation sociologique » n’est possible que parce que ces épreuves, du passé et actuelles, provoquent des affects qui poussent in fine à être sous la conduite de raisons, celles-ci se concrétisant par des théories, des décisions, des organisations qui sont à peu près « logiques », compréhensibles, au moins pour le chercheur !

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

1P. Rosanvallon : « Les épreuves de la vie (comprendre autrement les Français) », Seuil (Le compte à rebours), 19/08/21

2https://www.livreshebdo.fr/article/pierre-rosanvallon-les-epreuves-de-la-vie-comprendre-autrement-les-francais-seuil-sous-le

3P. Rosanvallon, propos recueillis par Charles Perragin publié le 23 septembre 2021 par philomag (https://www.philomag.com/articles/les-epreuves-de-la-vie-comprendre-autrement-les-francais-de-pierre-rosanvallon )

4Dans l’introduction de cet essais, paragraphe Les Français à l’épreuve.

5Référence du document de thèse : NNT : 2017SACLE026 ; thèse soutenue le 27/09/2017

6M. Walzer (Critique et sens commun, trad. de Joël Roman, Paris, La Découverte, 1990), A. Giddens (.duality of structure in The Constitution of Society (1984) – (La Constitution de la société, publié en France par les Presses Universitaires de France).), etc….

7P. Rosanvallon : interview à « La Vie » du 16/09/21

8« J’ai eu le sentiment qu’on ne pouvait pas en rester simplement au constat des affects. Il fallait voir quelle était la fabrication des affects. » (Pierre Rosanvallon à France Culture, la grande table idées, le 06/09/21)

9P. Rosanvallon, propos recueillis par Charles Perragin publié le 23 septembre 2021 par philomag (https://www.philomag.com/articles/les-epreuves-de-la-vie-comprendre-autrement-les-francais-de-pierre-rosanvallon )

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

Article (D-9) trois processus sociaux universels déterminants

Cet article (D-9) trois processus sociaux universels déterminants est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

Cet article présente ce que nous considérons être les trois processus sociaux universels les plus déterminants de toute société humaine : processus (1-) de production et mise à disposition de biens et de services, (2-) de reproduction humaine, (3-) d’appartenance. Ces processus déterminants de toute société humaine ne sont possibles que s’il y a association entre les gens, bien souvent sous la conduite de la raison.

Cette présentation repose sur l’hypothèse que toute société humaine, et donc ces trois processus sociaux universels déterminants, est fondée sur des prémisses fondamentales dont certaines sont plus déterminantes que d’autres : celles relatives aux « nécessités de la nature et de sa nature » et celles relatives à « l’appartenance »1.

Remarque : Nous considérons les prémisses relatives aux « droits fondamentaux », au « sacré » et aux « énoncés moraux » comme moins déterminantes que celles relatives aux « nécessités de la nature et de sa nature » et celles relatives à « l’appartenance ».

Cet article souligne que, pour ces trois processus aussi déterminants, l’association des personnes est bien souvent fondée sur des rapports de force et des dominations, rapports de force et dominations tous aussi universels et qui relèvent pour nous d’une anthropologie politique machiavellienne2.

1Voir notre article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS et nos huit thèses

2Machiavel (discours de la première décade de Tite-Live) : « Sans doute à ne considérer que ces deux ordres de citoyens – les Grands et le Peuple -,on est obligé de convenir qu’il y a, dans le premier, un grand désir (une humeur) de dominer ; et, dans le second, le désir (l’humeur) seulement de ne pas être dominé, par conséquent plus de volonté de vivre libre. ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search