Article (C-4) Sociétés multicommunautaires: du débat passionné à l’arbitrage

Cet article (C-4) Sociétés multi-communautaires Du débat passionné à l’arbitrage est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Il écrit à partir d’un mémoire de master 2 accessible ICI.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI ou sur HAL

L’introduction générale évoque quatre sujets actuels (Conception de la vie humaine, statut de la femme, les signes distinctifs d’une religion, l’alimentation) ayant suscités bien des débats montrant la diversité des approches et même des visions du monde de différentes communautés qui s’expriment.

L’approche théorique aborde trois sujets  : (1-) les affections provoquant les affects les plus intenses, (2-) les organisations et communautés, (3-) les différentes « délibérations ». Cette approche conduit à des propositions de règles d’arbitrages lors de délibérations, que celles-ci soient formellement organisées ou impromptues dans la vie de tous les jours. Cette approche est faite en tenant compte des résultats de travaux ultérieurs au mémoire d’origine en s’appuyant sur les articles (B-1) et (B-2) résumés dans les thèses à mobiliser pour toute recherche empirique en sciences sociales.

Dans le mémoire cité et dans cet article, cette approche mobilise Rawls, Habermas et Ch. Taylor (Se reporter également à l’article Discussion avec Rawls, Habermas).

La conclusion de cette approche théorique est que toute délibération entre communautés différentes d’un même État doit être fondée sur les prémisses préalables suivantes, prémisses ou position originelle qui doivent faire consensus :

une société multi-communautés dont la communauté dominante, celle qui semble avoir le plus inspiré la législation (constitution, droits fondamentaux, lois et règles écrites ou non, etc..), n’a pas plus de prérogatives que les autres,

Délibération habermassienne (cette procédure permet d’aborder tout sujet et les décisions prises ont une « transcendance faible »1) avec toutes les parties prenantes : toute communauté accepte (1-) cette procédure démocratique, (2-) d’être non essentialiste et de ne pas avoir des préjugés, dont essentialistes, à propos des autres communauté,

Délibération si possible raisonnable, chacun ayant SA raison avec ses prémisses, en mettant en œuvre un processus de délibération tenant compte de cette pluralité des raisons et donc des conflits possibles sur un sujet donné (voir Annexe : délibération habermassienne entre raisons multiples),

avec, compte tenu de la confrontation de multiples raisons sur le sujet à débattre et des conflits à gérer,

une nécessaire détermination et approbation par toutes les communautés de la priorisation entre sphères dans lesquelles sont exprimées les prémisses des raisons de chacun : (1-) de ce qui est perçu comme nécessité de sa nature et de la nature, (2-) de l’appartenance2, (3-) des droits considérés comme fondamentaux, (4-) du « sacré », (5-) d’énoncés moraux, (6-) d’estime sociale,

et une application de la règle de priorisation suivante : toute décision à propos d’un litige dans une sphère (ex : sphère du « sacré ») doit concerner cette sphère ou une sphère moins prioritaire mais ne doit en aucun cas avoir des effets négatifs dans une sphère plus prioritaire (sphère des droits fondamentaux, de l’appartenance, de nécessités de sa nature, ex : le « blasphème » ne doit pas entraîner une condamnation pénale, l’exclusion de sa communauté ou la mort,

Cette article présente enfin des exemples d’arbitrage, sur les quatre sujets évoqués dans l’introduction générale ainsi que sur les réfugiés-immigrés, en s’appuyant sur ce consensus préalable et sur nos thèses.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI ou sur HAL

1D’après Muriel Ruol citant Habermas in Revue Philosophique de Louvain. Quatrième série, Tome 98, N°1, 2000

2Ainsi, selon J.J. Sarfati (« sphères de Justice de M. Walzer, Critiques et propositions d’interprétation ») : « S’il n’existe pas de biens qui transcendent tous les autres, il en est qui sont premiers au sens de la fondation initiale de la personne. Tel est bien, pour Michaël Walzer, comme pour Ricoeur qui le rejoint sur ce point, l’appartenance à une communauté. Sans elle, l’agent apatride « court d’infinis dangers» ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search