Article (C-1-e) Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Cet article (C-1-e) Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste est fondé sur plusieurs articles de notre carnet de recherche : Article (D-6), articles de la rubrique Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles dont il fait partie.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI ou sur HAL

A l’occasion de la publication de l’ouvrage « le choix de la guerre civile, une autre histoire du néolibéralisme »1, cet article propose tout d’abord une brève histoire des discours marxistes sur le Capitalisme : en partant des premiers discours de Marx, il mentionne les discours marxistes prolongeant ses analyses relatives à la valeur, à la plus-value, à son extraction et accaparement. Il souligne ensuite la tendance des marxistes actuels à ne considérer le « néolibéralisme » (le capitalisme actuel) qu’au prisme de l’État et de la sphère politique en général : comme l’ouvrage cité, le manifeste des économistes atterrés montre la même tendance en ne se polarisant que sur la finance vs l’État (et l’Europe) et des ouvrages plus militants comme celui de B. Friot (« vaincre Macron ») ou d’ATTAC (« l’imposture Macron ») illustrent cette même tendance.

Pour résumer, les discours marxistes décrivent et dénoncent ce que permet la puissance du capitaliste (assujettissement des populations et de l’État pour « faire du fric »2) mais ne décrivent ni ne dénoncent les lois et procédés qui lui assurent cette puissance.

En ne considérant que la perspective du Capitaliste de « faire du fric », le chapitre « Genèse et perpétuation du capitalisme » raconte une histoire passée et présente pour montrer que l’État et ses organisations ne sont que des instruments au main de la puissance du Capital, que cet État soit de droite ou de gauche. Il montre également que l’exploitation des travailleurs et l’accaparement de la plus-value n’est qu’une partie de l’accaparement : le principal accaparement est celui, exclusif, des moyens de production et c’est cet accaparement exclusif qui fonde la puissance et le pouvoir du capitaliste autant sur le politique que sur ceux qui n’ont que leur force de travail.

Le chapitre « Sortie du capitalisme » raconte une histoire future possible, une histoire « résolument de gauche »3 puisqu’elle casse l’exclusivité du capitaliste à posséder les moyens de production.

Ces deux histoires reposent en effet sur ce que nous considérons être LA caractéristique principale du capitalisme : les procédés d’appropriation des moyens de production « à but lucratif » par les seuls actionnaires, procédés qui les rendent propriétaires exclusifs de ces moyens quelles que soient leurs contributions à ceux-ci. Ce n’est donc pas la propriété des moyens de production qui est en cause mais l’exclusivité de celle-ci.

Sont annexées à cet article une analyse du manifeste des économistes atterrés et les thèses communes mobilisées dans beaucoup d’articles de notre carnet de recherche, dont celui-ci.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI ou sur HAL

1Pierre Dardot, Haud Guéguen, Christian Laval, Pierre Sauvêtre : « le choix de la guerre civile, une autre histoire du néolibéralisme » (Lux edition, Collection : Futur proche, 328 pages, Parution en Europe : 8 avril 2021

2Comme l’écrit Marx, « Geldmacherei ist das treibende Motiv »

3Nous reprenons l’expression de P. Dardot lors de la présentation de l’ouvrage cité le 13-04-2021.

Article (C-1-d) sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquer ICI  ou sur HAL

Cet article reprend nos articles (C-1-1), (C-1-a) et (C-1-b) afin de discuter les propositions de B. Friot1 et F. Lordon2 pour sortir du capitalisme, et ensuite pour esquisser des propositions complémentaires, notamment à propos de la rupture initiale à faire (très peu évoquée par l’un et l’autre) et des discours à tenir pour obtenir l’adhésion déterminée de presque tous durant cette rupture. Cette rupture initiale a pour seul objectif la remise en cause des « rapports sociaux d’appropriation » des moyens de production à but lucratif, à savoir casser le monopole d’appropriation par les actionnaires en permettant au collectif de travail de s’approprier les moyens de production au prorata de sa contribution à ceux-ci.

A propos des propositions de Friot-Lordon, cet article aborde quatre points : (1-) argumentaire de la transformation, (2-) acceptabilité de leur solution, (3-) interrogations sur l’anthropologie citoyenne retenue implicitement, (4-) quels sont les « équilibres » économiques à respecter ?

Pour accéder maintenant à cet article, cliquer ICI  ou sur HAL

1B. Friot : « vaincre Macron », « Puissances du salariat », « Et la cotisation sociale créera l’emploi »

2F. Lordon : « Vivre Sans » et « figures du communisme » chez « La Fabrique », blog « pompe à phynance » du monde diplomatique. Divers entretiens et interviews à propos de ces ouvrages.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search