Chères lectrices et lecteurs

Le titre de ce carnet de recherche (« actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales ») est certainement présomptueux.

Ce carnet prolonge une recherche menée par son initiateur depuis sa reprise d’études académiques à l’université d’Evry aboutissant à un doctorat en sociologie du travail, soutenu en Septembre 2017, et parallèlement à Sorbonne Paris 1 aboutissant à un master 2 recherche en philosophie sociale relatif au multi-culturalisme, soutenu en Septembre 2015.

Le document de thèse est accessible en cliquant ICI, l’article (C-3) Perceptions exprimées et conduites des salariés convictions et passions en étant un résumé.

Le document de master (Sociétés multicommunautaires: sentiments et émotions dans les délibérations) est accessible en cliquant ICI et un article en cours en sera un résumé.

Ces deux recherches initiales ont mobilisé de nombreux philosophes dont Spinoza, en particulier ses enseignements sur la Raison et les affects.

Bien des philosophes ont déjà mobilisé Spinoza dans les sciences sociales et l’initiateur de ce carnet a la chance et le plaisir d’assister, depuis ses années de reprise d’études académiques, aux séminaires de Chantal Jaquet et de Frédéric Lordon, de faire connaissance avec leurs œuvres et d’apprécier la mobilisation qu’ils font de Spinoza dans les sciences sociales.

De même que ces auteurs, avec de nombreux autres, ce carnet mobilise des concepts spinozistes très éclairants pour les sciences sociales, ex : conatus, nécessités de la nature et libre-nécessité, imitation des affects, puissance de la multitude, affects, Raison, etc., y compris en élargissant ces concepts aux institutions humaines.

L’actualisation que propose ce carnet avant de mobiliser la philosophie de Spinoza (actualisation mentionnée dans le sous-titre : « introduction du concept de raisons multiples poussées par les affects ») semble anodine, d’autant que Spinoza a déjà préparé le terrain : même s’il n’appelle « Raison » que la connaissance du 2. genre, les quatre types de connaissance qu’il énonce dans l’Éthique (connaissance vague et les trois genres de connaissances), ainsi que les quatre modes de perception de l’entendement qu’il expose dans le TRE, conduisent à envisager des raisons ou connaissances très diverses à propos d’une chose, diversité à la mesure de la diversité des gens tels qu’ils sont.

Comme essaye de le montrer l’article (D-2) epistemologie naïve et émotions épistémiques au prisme de Spinoza et comme le montrent les sciences cognitives en général, les liens entre raisons et connaissances d’une part et les affects d’autres parts sont intimes. En premier lieu, chacun (humain ou institution humaine) est poussé par ses affects (de désir, de crainte, etc..) à construire ou à adopter une raison et pas une autre à propos d’une chose. Cela peut conduire à des délibérations raisonnables, feutrées et polies, mais également à des conflits passionnés et même violents entre individus ou entre individus et institutions, en particulier lorsque les nécessités de la nature qui fondent les raisons des uns ne sont pas reconnues par les raisons d’autres.

C’est l’objectif de ce carnet, avec la contribution de vous tous lectrices et lecteurs, que de développer de nombreux sujets de sciences sociales en mobilisant Spinoza et l’actualisation que nous en faisons à propos de la raison.

Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles

Les articles de cette sous-rubrique ne s’attardent que très peu sur le sujet “production et répartition de la richesse produite; plus-value, valeur ajoutée, etc…”, sujet largement traité par tous les économistes, marxistes ou non, à propos de toute organisation économique. Nous souhaitons montrer ce qui fonde vraiment le capitalisme : l’appropriation des moyens de production et donc leur propriété et maîtrise totale par le “capitaliste” . Ce sont les procédés d’appropriation des moyens de production qui sont à discuter en premier lieu, depuis l’accumulation “primitive” selon Marx, en passant par le concept de « responsabilité limitée » (dont Y.N. Harari souligne l’ingéniosité pour le développement du capitalisme) et en considérant tous les procédés que ce concept permet jusqu’à nos jours pour acquérir et maîtriser tous les moyens de production en y misant que bien peu.

Comme nous le montrons dans nos différents articles, ce sont ces procédés qui entraînent la maîtrise d’un rapport salarial de subordination et la concentration des patrimoines en de moins en moins de mains.

Aussi, ceux qui souhaitent changer le capitalisme doivent d’abord remplacer ce concept de “responsabilité limitée” par un concept de “responsabilité et propriété partagées” entre les actionnaires et le collectif de travail, chacun selon sa contribution effective, en rendant ce collectif personne morale et sujet de droit quant à la propriété.

Tous les articles de cette rubrique sont sous Creative Commons BY-SA 4.0. :

Trois nouveaux articles : 

L’un montrant la permanence, depuis au moins le Moyen Âge, de l’appropriation “sans scrupules”, cause de la domination actuelle des “capitalistes” :

Permanence de l’appropriation initiale sans scrupules

L’autre remettant en cause l’approche “capital-travail”:

Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme

Enfin, un article analysant les résultats de l’année 2022 ou 2023 de grandes sociétés du CAC 40, pour illustrer les articles suivants :

Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

puis un article résumant notre approche du capitalisme :

Qui paye et qui s’approprie les moyens de production

puis

Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Qui paye et qui s’approprie les moyens de production

caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

Les trois circuits du capitalisme

Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production

Critique des discours entrepreneuriaux

Analyse de projets de propriété collective du capital par les salariés

and its english version : analysis of employee collective ownership projects

Lecture critique des Principes d’economie politique (Charles Gide, 1931)

Analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery

Remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle

Spéculation et rendement du capital avec ou sans croissance

Capitalisme au 19. Siècle – deux évolutions juridiques déterminantes

Les trois jalons caractérisant le capitalisme

Sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

Avec Lordon, Piketty et tous les autres économistes, pas de danger pour le capital au XXIe siècle

Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

Transition nécessaire pour sortir du capitalisme

Compléments aux propositions libérales de Valérie Charolles

 

 

D-6-Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquez ICI

Notre article part (1-) d’une citation de Marx sur la lourdeur et la pesanteur de la production que doit subir le capitaliste pour « faire du fric » et (2-) d’une citation de Keynes disant que l’incertitude économique est non probabilisable.

La production de biens et de services procède d’une mise en œuvre, sous la conduite de la raison, d’organisations, de procédures, de prévisions. Même si elle est soumise à des aléas (ex : les « forces majeures » précisées dans les contrats), cette production est assez prévisible. Pourtant, l’économie, dont la production de biens et de services jusqu’à leur mise à disposition est la part essentielle, est soumise à des crises, des soubresauts imprévisibles. Il y a là une contradiction.

Pour comprendre cette apparente contradiction entre ces deux citations de Marx et Keynes, notre article décrit l’origine des liens très déséquilibrés en faveur de la sphère financière sur la sphère de mise à disposition (MàD) de biens et de services : l’introduction du concept de « responsabilité limitée » dans les lois en France (de 1863 et 1867) et en UK (de 1856 à 1862).

La prise en compte de ce concept permet d’abord de bien différencier la logique de la sphère financière de la logique intrinsèque de la sphère de MàD de biens et de services, puis de considérer ces liens déséquilibrés permettant à la finance de subsumer l’économie réelle  :

(a-) La logique financière est uniquement fondée sur des prémisses poussées par les affects, les désirs des capitalistes, bien peu nombreux et jouant chacun pour eux. Elle est donc aussi imprévisible que leurs affects. La sphère financière n’est pas « ancrée dans l’économie réelle » : elle n’épouse pas, loin sans faut, ses finalités et ses contraintes.

(b-) La logique de MàD de biens et de services a forcément des prémisses fondées sur des « nécessités de la nature », parmi ces nécessités les besoins et les désirs des clients, et les difficultés de toutes sortes bien réelles pour produire ce qui est attendu. Elle a donc une certaine prévisibilité. Toutefois, elle subit les prémisses et l’imprévisibilité de la sphère financière du fait des liens dominants de celle-ci .

Notre thèse est donc de dire que ce sont ces liens dominants, domination permise par ce concept de « responsabilité limitée » inscrit dans les lois, qui expliquent le point de vue de Keynes et qui provoquent cette incertitude économique non probabilisable et les crises de toutes sortes.

Après avoir décrit les quelques caractéristiques pertinentes pour notre propos de chaque sphère (MàD de biens et de services et finance) et les quelques liens entre ces deux sphères, notre article propose, en préalable à toute autre mesure dont celles proposées par le manifeste des économistes atterrés, un fort rééquilibrage des liens entre l’économie réelle et la Finance, un fort ancrage dans l’économie réelle de cette Finance par la mesure suivante :

la « responsabilité limitée » (qui est de fait un simple transfert du risque financier de l’actionnaire à l’entreprise mais SANS transfert, en échange, de propriété de l’actionnaire à l’entreprise1) est remplacée par la « responsabilité ET propriété partagées » entre actionnaires et entreprise (son collectif de travail). Pour cela, il faut que l’entreprise devienne personne morale et sujet de droit comme une association loi 1901. Cette modification anodine corrige les lois sur la « responsabilité limitée » des années 1860 : à l’époque, le concept de personne morale n’existait pas encore.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquez ICI

1Alors que le partage du risque entre actionnaires associés s’accompagne du partage de la propriété au prorata du risque financier pris par chacun, à savoir sa mise : achat d’actions.

C-6-D’un populisme à une politique-approche spinoziste

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquez ICI

Le premier objectif de cet article est de caractériser « populisme », « populisme de gauche », « populisme de droite » et « leader et parti populiste », étant entendu que les « leaders et partis populistes » peuvent embrasser ou récupérer des idées « populistes » de droite comme de gauche.

Par une analyse spinoziste, le deuxième objectif est de montrer qu’un « populisme de droite » peut être mis en œuvre par un « leader » d’un parti populiste, mise en œuvre pouvant aboutir à un régime très autoritaire, sinon dictatorial. Par contre, un « populisme de gauche» ne peut pas être mis en œuvre par un « leader » d’un parti populiste : soit ce leader et ce parti réintègre le jeux démocratique dominant, au grand dam d’une bonne partie de ses sympathisants, en espérant favoriser une « vraie politique de gauche », soit il reste dans une opposition qui est déclinante si elle ne suscite pas un espoir suffisant.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquez ICI

Actualité et réflexions en cours

Actualisations en fin avril 2024

Article (C-1-r) Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme

Article (d-h) Justice distributive et droits d’acquérir et de propriété

Article (D-i) casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

Article (C-1-q) Permanence de l’appropriation initiale sans scrupules

Article (C-1-p) Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Article (D-k) Trois valorisations et prévention des crises

Article (D-j) analyse-critique-de-quelques-concepts-de-Marx-et-de-leur-utilisation-actuelle

Article (C-1-s) Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

article (C-5) Trois énoncés moraux déterminants

Actualisation du 23 octobre 2023

Cette actualisation touche principalement les articles de la rubrique Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles

Cette mise à jour est motivée par la prise en compte des éléments argumentaires suivants :

(1-) Le bilan comptable, présentant très clairement la contribution de l’actionnaire (le « capital social ») et celle du collectif de salariés (tout le reste) aux « actifs » de l’entreprise (à ses moyens de production), et montrant donc que l’actionnaire est propriétaire de tout bien qu’il mise très peu et que le collectif de salariés finance presque tout, tout en étant propriétaire de rien, car il n’est pas sujet de droit.

(2-) L’existence possible depuis 1917 de sociétés anonymes de production ouvrières (SAPO) dans lesquelles le collectif de salariés est sujet de droit et propriétaire collectif de quelques actions, mais sans que cette attribution d’actions soit conforme à à leur contribution que montre le bilan,

(3-) Le biais épistémique de la dialectique « capital – travail ». Notre principale critique à cette dialectique est qu’elle associe quelque chose de tangible, le capital, à un process qui n’existe que lorsqu’il est en cours, le travail. Dans tous nos articles, à propos des moyens de production, nous utilisons la dialectique « capital » – « part du produit du travail consacrée aux moyens de production », part que le bilan comptable permet d’évaluer.

Actualisation en début juillet 2023

Cette actualisation a uniquement trait à la raison, à la vérité, en croisant la Raison selon Spinoza et d’autres philosophes comme Wittgenstein avec la raison « ordinaire » de chacun, raison poussée par ses affects, certes imparfaite, toujours discutable, mais dont il faut prendre acte dans tout sujet de SHS.

Cette mise en perspective est faite à l’aune des concepts de « notions communes » de Spinoza et des 7 axiomes de la première partie de l’Éthique, mais également en mobilisant les concepts de « langage ordinaire » et de « jeux de langage » de Wittgenstein.

Deux nouveaux articles sont mis en ligne :

Article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer

Cet article analyse les approches de F. Alquié et M.A. Gleizer à propos de la raison et du « vrai » chez Spinoza, en tenant compte des 7 axiomes de E1 et de nos thèses.

article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire

Cet article discute les approches de Wittgenstein et de Peirce au regard de nos thèses déduites de notre lecture de Spinoza et esquisse une philosophie de la « raison ordinaire » se substituant à la philosophie du « langage ordinaire ».

Ces deux nouveaux articles complètent l’article (D-2) epistemologie ordinaire et émotions épistémiques au prisme de Spinoza qui traite de la raison « ordinaire » de chacun dont il faut prendre acte dans tout sujet de SHS.

Ces trois articles prennent en compte l’article (A-1) Critique de la Raison chez Spinoza et raisons multiples à propos d’une chose, qui analyse la raison de Spinoza au prisme des « notions communes » et des 7 axiomes de la première partie de l’Éthique et conclut qu’à propos d’une chose, chacun peut avoir sa raison.

Rappel : les prémisses de la raison de chacun à propos d’une chose sont analysées dans notre article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS.

Pour mémoire, quatre nouveaux articles avaient été mis en ligne en février 2023

(1-) Article (C-0) qui paye et qui s’approprie les moyens de production

Cet article résume en deux chapitres notre approche des activités économiques « au prisme des moyens de production ».

Il mentionne une structure juridique, la société anonyme à participation ouvrière (SAPO) (lois du 26/04/1917, modifiée par la loi n° 77-748 du 8 juillet 1977) dans laquelle le collectif de salariés est sujet de droit et possède collectivement des actions de l’entreprise. Cette structure juridique est mobilisée dans toutes nos propositions.

(2-) article (C-1-o) lecture critique des Principes d’economie politique (Charles Gide, 1931)

Cet article interroge l’ouvrage majeur de Charles Gide (1931) Principes d’économie politique, en posant simplement deux questions : Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

(3-) Article (C-1-m) analyse de projets de propriété collective du capital par les salariés

and in english: Article (C-1-m) analysis of employee collective ownership projects

Cet article analyse les projets de propriété d’une fraction des actions par le collectif de salariés, projet mis en œuvre en Suède et envisagé en UK et USA.

La mise en œuvre juridique est très proche de ce que nous proposons dans nos articles de la rubrique Sortir du capitalisme (au prisme des moyens de production) de notre carnet L’économie au prisme des moyens de production .

Malheureusement, ces projets sont fondés sur des énoncés moraux (justice sociale, solidarité), qui les rendent très fragiles en face des droits fondamentaux de propriété, alors que nos propositions, juridiquement très similaires, s’appuient sur les droits de propriété du collectif de salariés, droits mérités grâce à leur forte contribution aux investissements, aux moyens de production.

(4-) article (C-1-n) remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Cet article analyse un article de J.F. Spitz opposant “la droite conservatrice”, pour laquelle “l’égalité des droits” est suffisante, car chacun doit se prendre en charge, et la gauche, pour laquelle cette égalité est insuffisante : des mesures de justice sociale et de solidarité doivent être mises en œuvre pour ceux qui n’ont que leurs forces de travail à proposer.

Notre principale critique repose sur le simple constat qu’il n’y pas “égalité des droits” (ce qu’admet J.F. Spitz tout en disant que c’est insuffisant), en particulier des droits de propriété : comme le montre tous nos articles de la rubrique Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production , le capitaliste a l’exclusivité d’appropriation des moyens de production, alors qu’il y contribue beaucoup moins que le collectif de salariés avec sa force de travail.

Les articles suivants ont été modifiés :

article (C-1-f) transition necessaire pour sortir du capitalisme

et

article (C-1-b) Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

Dans ces deux articles, la mise en oeuvre de nos propositions pour que le collectif de salariés soit, au même titre que les actionnaires, propriétaire des moyens de production au prorata de sa contribution à ceux-ci, est beaucoup plus claire et montre que ces propositions ne provoquent, par elles-mêmes, aucune rupture.

Article (D-9) trois processus sociaux universels déterminants

Suite aux séminaires à Sorbonne Paris 1 suivis (Théorie critique de la race et master genre), d’autres auteurs sont mobilisés dans notre article, notamment Paola Talbet pour qui la reproduction humaine est à considérer comme un processus social, Sally Haslanger qui préconise  « Une analyse socio-constructiviste de la race » et enfin Michael Hardimon.

Enfin, de nombreux articles de nos rubriques Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles et discussions-dautres-approches-et-sujets ont été mis à jour.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search