Article (D-2) épistémologie ordinaire et émotions épistémiques au prisme de Spinoza

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Les questions traitées dans cet article procèdent de séminaires à l’EHESS et à la Sorbonne Paris 1 suivis de 2018 à 2023 ainsi que de la documentation associée transmise par les professeures citées : (1-) émotions épistémiques de G. Origgi et A. Godber, (2-) épistémologie naïve de P. Engel et J.Dokic, (3-) les discriminations de M. Bessone et (4-) du séminaire de G. Origgi Épistémologie sociale et politique les enjeux de la diversité. Des extraits de ces documents sont donc mentionnés dans cet article.

L’épistémologie ordinaire1 est celle de chacun, les gens tels qu’ils sont, avec leurs dires et gestes approximatifs, improbables (d’où notre prise en compte des « émotions épistémiques »), épistémologie souvent empreinte de préjugés (d’où notre prise en compte des discriminations épistémiques).

1Le terme épistémologie ordinaire, au lieu de naïve, est un clin d’œil au « langage ordinaire » mis en avant par Wittgenstein. Voir notre article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire.

L’objectif initial de cet article est de reconsidérer l’approche plutôt normative de certains chercheurs à propos de l’épistémologie quotidienne des gens utilisant certains mots et pas d’autres, pas toujours les « bons » selon la définition des chercheurs en sciences cognitives (ex : Usage judicieux d’un terme factif (Je sais, je vois) ou non factif (je crois, je pense)).

C’est une très forte hypothèse épistémique que de considérer qu’un « naïf » maîtrise et utilise à bon escient le « vocabulaire épistémique ».

De plus, des chercheurs disent qu’il y a « « trop » d’utilisation du terme « savoir » » ou que d’autres mots sont « mal » utilisés. Pour dire « trop » ou « mal » il faut se situer dans un référentiel, un référentiel permettant de comparer (« trop ») ou permettant de classer et même de juger (« mal »). Quel référentiel ? Et dans quelle langue ?

Pour considérer l’épistémologie « ordinaire » de chacun, notre article pose d’abord des prémisses fondamentales, constituant un référentiel permettant de s’affranchir de ce « vocabulaire épistémique ».

Ces prémisses sont ensuite mobilisées pour analyser tout entendement, idée ou édifice d’idées énoncées et reçues, et le qualifier de croyance, de connaissance, d’intuition, d’imagination,

Enfin, dans une troisième partie, notre article traite plus précisément des modes de perception et émotions épistémiques.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

1 Notons les expressions « naïves » : « ce qu’il dit..ça se tient », « .ça tient debout », « .ça ne tient pas debout » : c’est le « standard » naïf, laissé à l’appréciation de chacun (de Rose (1992) parle de « low » ou « high » standard)

2Thèses de l’Invariantisme : le sens (= les conditions de vérité) des attributions de connaissance est invariant (ex : Jason Stanley (2005)) ou thèse du Contextualisme : le sens de « savoir » varie selon les contextes (ex : de Rose 2002)

Article (C-3) Perceptions exprimées et conduites sociales des salariés-question de convictions et de passions

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article fait suite à une thèse1 dont la question principale est :« Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés: question de convictions et de passions ? ».

Avant de présenter les résultats de cette thèse, il rappelle brièvement le contenu de l’article (B-1) Approche critique et interprétative.

Cette approche a pour intérêt de bien distinguer d’une part les énoncés dominants des organisations, ceux élucidés grâce à une approche critique, et les énoncés de chacun concernés par ces organisations, énoncés, dont les majoritaires, pouvant être différents de ceux dominants2. Cette distinction est primordiale et peut conduire à de nouveaux résultats, dont ceux de ma thèse, résultats fondés sur la dialectique entre ces énoncés bien souvent antagonistes, dialectique certes argumentée ou en action, mais aussi dialectique animée par les affects, dont ceux poussant chacun à trouver « bon » tel énoncé et non tel autre.

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

1Référence du document de thèse : NNT : 2017SACLE026 ; thèse soutenue le 27/09/2017

2Avec notre approche, nulle nécessité de mobiliser « des acteurs sociaux, qui ont besoin de vivre dans l’illusion » comme le reproche B. Latour à la sociologie critique (Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Decouverte (2006) (p 18))

Article (C-2) « travail domestique » et petits boulots

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article a pour objet les « petits boulots », dont le travail domestique. Il propose d’abord quelques prémisses préalables, définitions et postulats, servant de repères pour considérer ensuite les perceptions et conduites des gens, ceux qui travaillent, ceux qui les emploient et les bénéficiaires. Une approche critique, puis interprétative et enfin inventive est utilisée. Cet article s’appuie sur les recherches de l’IDHE.S sur les petits boulots et le travail domestique, et considère les questions suivantes : quels énoncés poussent les uns à faire faire ce qu’ils sont en mesure de faire et d’autres à faire pour d’autres ces « petit boulots ».

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (C-1-c) Logique financière vs logique productive

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Par une approche critique, cet article analyse les énoncés réglant la subsomption de la logique financière sur la logique de production et MàD de richesses (biens et services), puis il considère la perception de cette subsomption par les salariés (approche interprétative) et il expose enfin d’autres logiques de production (approche inventive).

Les rapports de force qui poussent à maintenir, au mépris de toute justice, des règles d’appropriation des moyens de production totalement favorables aux actionnaires (voir Article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur les procédés d’acquisition et d’enrichissement) sont certainement les mêmes que ceux qui subsument la logique de production et mise à disposition de biens et de services à une logique financière.

En effet, au delà d’une logique de production souvent mise en avant en sociologie du travail, il y a une autre logique, une logique financière qui parasite une logique de production et sa fâcheuse et désagréable lourdeur comme l’écrit Karl Marx.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquer ICI

Cet article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Cet article repose sur les 2 articles « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose » (toute raison à propos d’une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qui est perçu comme des nécessités de la nature de la chose et de sa nature, et des prémisses poussées in fine par les sentiments1) et « (B-1) Approche critique et interprétative ».

1Dans tout cet article, le mots « sentiment », traduction de Spinoza par Guerinot, est utilisé et non affect (Misrahi) ou passion (Apphun)

L’hypothèse principale de cet article est que chacun, humain ou institution humaine, (1-) éprouve des affects à propos de toute affection qu’il vit et à propos de ce qu’il perçoit qu’il pourrait vivre, (2-) se fonde pour vivre en « pour » ou en « contre » ou en « indifférent » par rapport à des énoncés. Les affects éprouvés sont déterminés par le respect ou non de ces énoncés lors de l’affection vécue ou susceptible d’être vécu. Ces énoncés sont en partie les prémisses assurant la cohérence et la complétude, toujours imparfaite, de la raison de chacun à propos d’une chose (voir articles (A-1) et (A-3)).

L’objectif de cet article est triple :

(A-) établir un cadre, un référentiel dont nous proposons les composantes ou catégories suivantes  : (0-) anthropologie spinoziste et Conatus (effort de persévérer dans son être), (1-) affects et raisons, (2-) nécessités de la nature et de sa nature, (3-) appartenance et reconnaissance, (4-) droits fondamentaux, (5-) sacré, (6-) énoncés moraux et estime sociale.

(B-) proposer dans chaque catégorie quelques énoncés déclaratifs ou performatifs1 fondamentaux compréhensibles par tous, chercheurs et humains concernés par leurs recherches, énoncés parfois antagonistes2. Ces énoncés sont déduits d’études empiriques (voir article (B-1)).

(C-) compte tenu de la variété des gens et des institutions quant à leurs affects et leurs raisons, envisager toutes les procédures « d’accords » possibles, de la délibération habermassienne à la contrainte violente.

Remarquons que pour le chercheur-observateur « toutes les raisons se valent », du moins à priori. Cette posture n’a rien à voir avec celle prêtée à des individus désabusés, au contraire d’après notre thèse : chacun est susceptible d’être attaché affectivement à sa raison à propos d’une chose, surtout si cette chose a trait à une nécessité de sa nature. Par contre, le chercheur s’attache à considérer la raison de chacun avec les outils « spinozistes » que nous proposons dans l’ « article (A-3)pour en faire une analyse critique.

1En mobilisant John L. Austin (« Quand dire c’est faire »), les énoncés procédant de ce qui est perçu soit comme des nécessité de la nature ou comme des faits avérés sont dits déclaratifs, les énoncés poussés par des sentiments de désirs, de volitions, sont dits « performatifs ».

2Ex : « chacun pour moi » et « solidarité » ; « mérite élitiste » et « justice sociale » dans la catégorie des énoncés moraux 

Tous ces énoncés fondamentaux sont considérés d’une part comme les prémisses potentielles1 sur lesquelles la plupart des humains fondent leur comportements et donc, d’autres part, considérés comme les prémisses fondamentales pour toute recherche en SHS, dans une objectif de cohérence et de complétude. Nous considérons que cet objectif de cohérence et de complétude est mieux atteint en mobilisant ce cadre car ces prémisses peuvent être vérifiées assez facilement comme étant comprises sinon partagées par les humains des terrains étudiés.

1Ce référentiel épistémique permet potentiellement de prendre en compte ou d’imaginer des prémisses variées, contradictoires et antagonistes, dont certaines classées par le chercheur comme « prénotions » (Durkheim), « sens commun », « doxa » et « illusio » (Bourdieu), « préjugés », etc…

Pour accéder maintenant à cet article, cliquer ICI

Article (A-1) Critique de la Raison chez Spinoza et raisons multiples à propos d’une chose

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

De nos jours, il est courant de parler de LA Raison, de lier Raison avec objectivité et de lier idées-croyances avec subjectivité. Néanmoins, depuis longtemps, les Raisons ou modèles, les édifices logiques d’idées ayant trait à des choses humaines (sciences humaines) ou de la nature (sciences « dures ») sont multiples, imparfaits, comme le montrent les travaux de Popper et Kuhn. Depuis le 19. siècle, on sait qu’il en est de même en mathématique et depuis Gödel on sait également qu’il est impossible de concevoir une mathématique parfaitement cohérente et complète.

De même, pour Spinoza, la raison, telle qu’elle est définie en E2-P40 et prise en compte dans E4 (ex : E4-P351), semble unique, enveloppe toutes les choses de la Nature et permet même de juger ce qui est bon ou mauvais pour tous ceux sous sa conduite. Avec cette Raison forcément commune, ce qui est bon pour un homme est convenu bon pour tout homme, ce qui conduit de fait à un comportement social fondé sur le soucis du bien commun, de la justice, du secours mutuel, car favoriser le bien commun favoriserait également son propre bien, sa puissance d’être.

Cet article montre qu’à propos de toute chose singulière, chacun est susceptible d’avoir sa raison et que donc, à propos d’une même chose, il peut exister de multiples raisons, comme dans les sciences dites exactes.

Notre argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose singulière est composée des paragraphes suivants :

Les notions communes et les 7 axiomes de E1

analyse critique de la caractérisation de la Raison par Spinoza à l’aune des 7 axiomes de E1,

argumentation pour la prise en compte de Raisons multiples à propos d’une chose singulière,

philosophes modernes2 suggérant un lien entre Raison(s) et affects

démonstration de Raisons multiples selon ses affects3 et nécessité de sa nature.

Cet article conduit à l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits..

Suite à ces deux articles, notre article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS développe les prémisses (notions plus ou moins communes) déterminantes susceptibles de fonder toute société humaine et notre article (B-2-a) Thèses communes pour toute SHS les résume.

1E4-P35 : « Dans la mesure seulement où les hommes vivent sous la conduite de la Raison, ils conviennent nécessairement toujours par nature. » ;

2Spinoza (1632, 1677), Hume (1711, 1776), Pascal (1623, 1662)

3Dans tout cet article, le mot « affect » (Misrahi) est utilisé et non « sentiment », traduction de Guerinot, ou passion (Apphun)

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (B-1) Approche critique et interprétative

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article repose sur l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits (la raison de chacun à propos d’une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qu’il perçoit comme des nécessités de la nature de la chose et de sa propre nature et des prémisses poussées in fine par ses sentiments). La thèse défendue dans cet article (A-3) conduit à privilégier une approche interprétative du terrain sociologique. Notre anthropologie sociologique est celle de E.P. Thompson : les gens, même « ordinaires » et opprimés, pensent et peuvent être conduits par la raison, leur raison.

L’épistémologie proposée repose sur la première hypothèse que toutes les organisations et toutes les personnes, agents ou non de ces organisations, désirant être et agir avec une certaine cohérence (sous la conduite de la raison, avec des idées et des actes « qui se tiennent ») sont nécessairement inspirées par des énoncés déclaratifs et performatifs1 plus ou moins complexes. Ces énoncés sont posés à priori, implicitement ou explicitement, par ces organisations et personnes et ils sont indémontrables par la logique qu’ils inspirent. Ces énoncés donnent le sens de cette logique, logique nommée parfois « rationalité », « pragmatisme », « efficacité », etc.. Ceci pour insister sur le fait qu’il n’y a pas de rationalité, de pragmatisme, d’efficacité « bonne » en soi.

Cette première hypothèse repose sur des considérations philosophiques mobilisant Spinoza, Popper et Kuhn, Hume, etc développées dans l’article « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose ». Cette hypothèse conduit à adopter à priori l’anthropologie de E.P. Thompson1 pour qui chaque personne pense, qu’elle soit dominée ou dominante, et qu’elle n’est donc pas forcément aliénée2 ou qu’un ventre affamé ou plein.

Notre deuxième hypothèse est que les énoncés inspirant des organisations sont à priori différents des énoncés inspirant les personnes concernées par ces organisations, dont les agents de celles-ci. Aussi, les « accords » entre personnes, entre organisations et personnes et entre organisations3, toutes conduites par des raisons à priori différentes, peuvent aussi bien être obtenus par adhésion ou soumission à un rapport de force ou une violence.

1 E.P. Thomson : « I am seeking to rescue the poor … from the enormous condescension of posterity » dans la préface de The Making of the English Working Class.

2Avec notre approche critique, nulle nécessité de mobiliser « des acteurs sociaux, qui ont besoin de vivre dans l’illusion » comme le reproche B. Latour à la sociologie critique (Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Decouverte (2006) (p 18))

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (A-4) prise en compte de raisons multiples dans nos approches en SHS

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article (A-4) résume les thèses défendues dans les articles (A-1) à (A-3) puis les mobilise pour présenter nos approches de toute recherche en SHS à savoir (1-) une approche critique et interprétative, fondamentalement abductive (article (B-1)), (2-) un référentiel de prémisses ainsi que les énoncés dans ce référentiel de quelques prémisses déterminantes sur lesquelles sont fondées les vies des personnes et des institutions ( article (B-2)) et (3-) une approche « par scénarios plausibles » mêlant raisons et affects pour expliquer une situation actuelle ou imaginer des situations futures (article (B-3)).

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (C-1-b) Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

La première caractéristique du capitaliste est son objectif d’accumulation monétaire. Pour cela, la première chose à faire est l’acquisition des moyens de production (qui sont alors à but lucratif).

La deuxième caractéristique du capitalisme est relative aux règles, aux méthodes d’acquisition de ses moyens de production à but lucratif.

Le principe de propriété et les droits qui vont avec, profondément et largement partagés, gravés dans toutes les déclarations de droits de l’homme et dans les constitutions de tous les pays, entraînent la subordination des travailleurs-salariés aux propriétaires.

La première caractéristique conduit à l’exploitation des travailleurs, sujet largement étudié.

La deuxième caractéristique conduit au rapport salarial actuel du fait de la concentration de plus en plus grande des patrimoines, concentration largement constatée sans pour autant considérer les règles d’acquisition qui en sont la cause, comme si elles allaient de soi, naturellement.

L’objectif de cet article est donc de proposer les mêmes règles d’acquisition pour tout bien, dont les moyens de production à but lucratif, à savoir les règles déjà appliquées pour l’acquisition des biens de consommation ou des moyens de production à but non lucratif.

L’application de ces règles aurait pour conséquence un large partage des patrimoines entre actionnaires et collectif de travail et donc un pouvoir de décision tout aussi partagé, bien que toujours attaché aux « droits de propriété », dont on ne peut ignorer la force, de tout temps.

Cet article (1-) rappelle tout d’abord les règles d’acquisition des moyens de production à but lucratif, règles très différentes de celles appliquées pour l’appropriation des autres biens, dont les moyens de production à but non lucratif, puis (2-) en présente quelques grands effets et enfin (3-) propose l’application des mêmes règles d’acquisition pour tout bien, permettant alors à la société-entreprise et aux actionnaires d’être propriétaires des moyens de production (donc dépositaires des droits qui vont avec), chacun au prorata de leur contributions respectives à ceux-ci.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

C’est le premier objet de cet article que de questionner ces règles d’acquisition rendant les actionnaires seuls propriétaires des moyens de production à but lucratif et donc dépositaires des droits qui vont avec, droits contestés du fait de cette concentration et non en tant que tels.

Le second objet de cet article est de discuter les discours, très proches, actionnarial et marxistes sur ces procédés et l’impact de tout cela sur les évolutions à venir, l’objet de l’article (C-1-b) Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution étant une proposition d’évolution, et l’objet de l’article (C-1-c) Logique financière vs logique productive étant de bien caractériser dans les process de production la logique de production et la logique financière.

Plus précisément, cet article (1-) distingue les deux parties prenantes de cette production lorsqu’elle est à but lucratif, à savoir les actionnaires et le collectif de salariés de l’entreprise, (2-) distingue les « moyens de production » et les « biens et services » produits et mis à disposition grâce à ces moyens, (3-) présente quelques procédés d’acquisition montrant la maigre contribution de l’actionnaire pourtant seul propriétaire, (4-) explicite l’artifice juridique permettant cela, (5-) discute quelques discours quant à la rentabilité du capital, (6-) discute quelques écrits de Marx et de marxistes pour montrer l’aporie de leurs discours quant aux règles d’acquisition des moyens de production et au rôle du collectif de salariés, (7-) considère des évolutions proposées au regard de tous ces écrits et de notre analyse.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search