Article (C-4) Sociétés multicommunautaires: du débat passionné à l’arbitrage

Cet article (C-4) Sociétés multi-communautaires Du débat passionné à l’arbitrage est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Il écrit à partir d’un mémoire de master 2 accessible ICI.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

L’introduction générale évoque quatre sujets actuels (Conception de la vie humaine, statut de la femme, les signes distinctifs d’une religion, l’alimentation) ayant suscités bien des débats montrant la diversité des approches et même des visions du monde de différentes communautés qui s’expriment.

L’approche théorique aborde trois sujets  : (1-) les affections provoquant les affects les plus intenses, (2-) les organisations et communautés, (3-) les différentes « délibérations ». Cette approche conduit à des propositions de règles d’arbitrages lors de délibérations, que celles-ci soient formellement organisées ou impromptues dans la vie de tous les jours. Cette approche est faite en tenant compte des résultats de travaux ultérieurs au mémoire d’origine en s’appuyant sur les articles (B-1) et (B-2) résumés dans les thèses à mobiliser pour toute recherche empirique en sciences sociales.

Dans le mémoire cité et dans cet article, cette approche mobilise Rawls, Habermas et Ch. Taylor (Se reporter également à l’article Discussion avec Rawls, Habermas).

La conclusion de cette approche théorique est que toute délibération entre communautés différentes d’un même État doit être fondée sur les prémisses préalables suivantes, prémisses ou position originelle qui doivent faire consensus :

la communauté dominante d’une société multi-culturelle, celle qui semble avoir le plus inspiré la législation (constitution, droits fondamentaux, lois et règles écrites ou non, etc..), n’a pas plus de prérogatives que les autres,

Délibération habermassienne (cette procédure permet d’aborder tout sujet et les décisions prises ont une « transcendance faible »1) avec toutes les parties prenantes : avec toutes les parties prenantes : toute communauté accepte (1-) cette procédure démocratique, (2-) d’être représentée par toutes ses parties prenantes concernées par le sujet abordé,

Délibération si possible raisonnable, chacun ayant SA raison avec ses prémisses, en mettant en œuvre un processus de délibération tenant compte de cette pluralité des raisons et donc des conflits possibles sur un sujet donné (voir Annexe : délibération habermassienne entre raisons multiples),

avec, compte tenu de la confrontation de multiples raisons sur le sujet à débattre et des conflits à gérer,

une nécessaire détermination et approbation par toutes les communautés de la priorisation entre sphères dans lesquelles sont exprimées les prémisses des raisons de chacun : (1-) de ce qui est perçu comme nécessité de sa nature et de la nature, (2-) de l’appartenance2, (3-) des droits considérés comme fondamentaux, (4-) du « sacré », (5-) d’énoncés moraux, (6-) d’estime sociale,

Et une application de la règle de priorisation suivante : toute décision à propos d’un litige dans une sphère (ex : sphère du « sacré ») doit concerner cette sphère ou une sphère moins prioritaire, mais ne doit en aucun cas avoir des effets négatifs dans une sphère plus prioritaire (sphère des droits fondamentaux, de l’appartenance, de nécessités de sa nature, ex : le « blasphème » ne doit pas entraîner une condamnation pénale, l’exclusion de sa communauté ou la mort,

Cette règle de priorisation conduit à définir un universalisme et un communautarisme partiel.

Cet article présente enfin des exemples d’arbitrage, sur les quatre sujets évoqués dans l’introduction générale, ainsi que sur les réfugiés-immigrés, en s’appuyant sur ce consensus préalable et sur nos thèses.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI

1D’après Muriel Ruol citant Habermas in Revue Philosophique de Louvain. Quatrième série, Tome 98, N°1, 2000

2Ainsi, selon J.J. Sarfati (« sphères de Justice de M. Walzer, Critiques et propositions d’interprétation ») : « S’il n’existe pas de biens qui transcendent tous les autres, il en est qui sont premiers au sens de la fondation initiale de la personne. Tel est bien, pour Michaël Walzer, comme pour Ricoeur qui le rejoint sur ce point, l’appartenance à une communauté. Sans elle, l’agent apatride « court d’infinis dangers» ».

Article (C-1-f) transition nécessaire pour sortir du capitalisme

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

En s’appuyant sur notre approche « par scénario plausible » et en particulier sur nos thèses communes, cet article propose deux scénarios :

« Genèse et perpétuation du capitalisme » raconte une histoire passée et présente pour montrer que l’exploitation des salariés et l’accaparement de la plus-value n’est qu’une partie de l’accaparement : le principal accaparement est celui, exclusif, des moyens de production et c’est cet accaparement exclusif qui fonde la puissance et le pouvoir du capitaliste autant sur le politique que sur ceux qui n’ont que leur force de travail.

« Sortie du capitalisme » raconte une histoire future possible, une histoire « résolument de gauche » puisqu’elle décrit une transition qui casse l’exclusivité du capitaliste à posséder les moyens de production, exclusivité légale qui fonde sa puissance. Cette histoire prend en compte (1-) les sociétés existantes ou nouvelles, (2-) tout type de « production » (industrielle, agricole, immobilière, financière) et (3-) les rapports entre les différents protagonistes (collectif de travail, actionnaires, sphère financière et État). Deux annexes évoquent les changements juridiques nécessaires et détaillent le processus de transition.

Ces deux histoires reposent sur ce que nous considérons être LA caractéristique principale du capitalisme : les procédés d’appropriation des moyens de production « à but lucratif » par les seuls actionnaires, procédés qui les rendent propriétaires exclusifs de ces moyens quelles que soient leurs contributions à ceux-ci.

Ce n’est donc pas la propriété des moyens de production qui est remise en cause mais l’exclusivité de cette propriété.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI

Article (C-1-d) sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquer ICI

Cet article reprend nos articles (C-1-1), (C-1-a) et (C-1-b) afin de discuter les propositions de B. Friot1 et F. Lordon2 pour sortir du capitalisme, et ensuite pour esquisser des propositions complémentaires, notamment à propos de la rupture initiale à faire (très peu évoquée par l’un et l’autre) et des discours à tenir pour obtenir l’adhésion déterminée de presque tous durant cette rupture. Cette rupture initiale a pour seul objectif la remise en cause des « rapports sociaux d’appropriation » des moyens de production à but lucratif, à savoir casser le monopole d’appropriation par les actionnaires en permettant au collectif de travail de s’approprier les moyens de production au prorata de sa contribution à ceux-ci.

A propos des propositions de Friot-Lordon, cet article aborde quatre points : (1-) argumentaire de la transformation, (2-) acceptabilité de leur solution, (3-) interrogations sur l’anthropologie citoyenne retenue implicitement, (4-) quels sont les « équilibres » économiques à respecter ?

A propos de nos propositions, à peu près les mêmes points sont abordés en soulignant également que la rupture initiale proposée est une étape nécessaire préalable aux propositions de Friot-Lordon ou à des variantes de celles-ci, y compris ne rien prévoir de plus avant d’avoir analysé les conséquences de cette rupture.

Les deux questions Qui paye et qui s’approprie les moyens de production, les réponses apportées (lorsque nous analysons les ouvrages à propos de l’activité économique capitaliste actuelle) et les réponses proposées (lorsque nous analysons les ouvrages proposant des évolutions ou lorsque nous en proposons) sont en filigrane de cet article et de tous les autres mentionnés. Ces deux questions, ainsi que les réponses apportées ou proposées sont synthétisées dans notre article Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquer ICI

1B. Friot : « vaincre Macron », « Puissances du salariat », « Et la cotisation sociale créera l’emploi »

2F. Lordon : « Vivre Sans » et « figures du communisme » chez « La Fabrique », blog « pompe à phynance » du monde diplomatique. Divers entretiens et interviews à propos de ces ouvrages.

ACCUEIL

Chères lectrices et chers lecteurs

Le titre de ce carnet de recherche (« actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales ») est certainement présomptueux.

Ce carnet prolonge une recherche menée par son initiateur depuis sa reprise d’études académiques à l’université d’Evry aboutissant à un doctorat en sociologie du travail, soutenu en Septembre 2017, et parallèlement à Sorbonne Paris 1 aboutissant à un master 2 recherche en philosophie sociale relatif au multi-culturalisme, soutenu en Septembre 2015.

Le document de thèse est accessible en cliquant ICI,

l’article Perceptions exprimées et conduites des salariés convictions et passions en étant un résumé.

Le document de master (Sociétés multicommunautaires: sentiments et émotions dans les délibérations) est accessible en cliquant ICI

l’article Sociétés multi-communautaires Du débat passionné à l’arbitrage en étant un résumé.

Ces deux recherches initiales ont mobilisé de nombreux philosophes dont Spinoza, en particulier ses enseignements sur la Raison et les affects.

Bien des philosophes ont déjà mobilisé Spinoza dans les sciences sociales et l’initiateur de ce carnet a la chance et le plaisir d’assister, depuis ses années de reprise d’études académiques, aux séminaires de Chantal Jaquet et de Frédéric Lordon, de faire connaissance avec leurs œuvres et d’apprécier la mobilisation qu’ils font de Spinoza dans les sciences sociales.

De même que ces auteurs, avec de nombreux autres, ce carnet mobilise des concepts spinozistes très éclairants pour les sciences sociales, ex : conatus, nécessités de la nature et libre-nécessité, imitation des affects, puissance de la multitude, affects, Raison, etc., y compris en élargissant ces concepts aux institutions humaines.

L’actualisation que propose ce carnet avant de mobiliser la philosophie de Spinoza (actualisation mentionnée dans le sous-titre : « introduction du concept de raisons multiples poussées par les affects ») semble anodine, d’autant que Spinoza a déjà préparé le terrain : même s’il n’appelle « Raison » que la connaissance du 2. genre, les quatre types de connaissance qu’il énonce dans l’Éthique (connaissance vague et les trois genres de connaissances), ainsi que les quatre modes de perception de l’entendement qu’il expose dans le TRE, conduisent à envisager des raisons ou connaissances très diverses à propos d’une chose, diversité à la mesure de la diversité des gens tels qu’ils sont.

Comme essaye de le montrer l’article epistemologie naïve et émotions épistémiques au prisme de Spinoza et comme le montrent les sciences cognitives en général, les liens entre raisons et connaissances d’une part et les affects d’autres parts sont intimes. En premier lieu, chacun (humain ou institution humaine) est poussé par ses affects (de désir, de crainte, etc..) à construire ou à adopter une raison et pas une autre à propos d’une chose. Cela peut conduire à des délibérations raisonnables, feutrées et polies, mais également à des conflits passionnés et même violents entre individus ou entre individus et institutions, en particulier lorsque les nécessités de la nature qui fondent les raisons des uns ne sont pas reconnues par les raisons d’autres.

C’est l’objectif de ce carnet, avec la contribution de vous tous lectrices et lecteurs, que de développer de nombreux sujets de sciences sociales en mobilisant Spinoza et l’actualisation que nous en faisons à propos de la raison.

Chères lectrices et lecteurs

Le titre de ce carnet de recherche (« actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales ») est certainement présomptueux.

Ce carnet prolonge une recherche menée par son initiateur depuis sa reprise d’études académiques à l’université d’Evry aboutissant à un doctorat en sociologie du travail, soutenu en Septembre 2017, et parallèlement à Sorbonne Paris 1 aboutissant à un master 2 recherche en philosophie sociale relatif au multi-culturalisme, soutenu en Septembre 2015.

Le document de thèse est accessible en cliquant ICI, l’article (C-3) Perceptions exprimées et conduites des salariés convictions et passions en étant un résumé.

Le document de master (Sociétés multicommunautaires: sentiments et émotions dans les délibérations) est accessible en cliquant ICI et un article en cours en sera un résumé.

Ces deux recherches initiales ont mobilisé de nombreux philosophes dont Spinoza, en particulier ses enseignements sur la Raison et les affects.

Bien des philosophes ont déjà mobilisé Spinoza dans les sciences sociales et l’initiateur de ce carnet a la chance et le plaisir d’assister, depuis ses années de reprise d’études académiques, aux séminaires de Chantal Jaquet et de Frédéric Lordon, de faire connaissance avec leurs œuvres et d’apprécier la mobilisation qu’ils font de Spinoza dans les sciences sociales.

De même que ces auteurs, avec de nombreux autres, ce carnet mobilise des concepts spinozistes très éclairants pour les sciences sociales, ex : conatus, nécessités de la nature et libre-nécessité, imitation des affects, puissance de la multitude, affects, Raison, etc., y compris en élargissant ces concepts aux institutions humaines.

L’actualisation que propose ce carnet avant de mobiliser la philosophie de Spinoza (actualisation mentionnée dans le sous-titre : « introduction du concept de raisons multiples poussées par les affects ») semble anodine, d’autant que Spinoza a déjà préparé le terrain : même s’il n’appelle « Raison » que la connaissance du 2. genre, les quatre types de connaissance qu’il énonce dans l’Éthique (connaissance vague et les trois genres de connaissances), ainsi que les quatre modes de perception de l’entendement qu’il expose dans le TRE, conduisent à envisager des raisons ou connaissances très diverses à propos d’une chose, diversité à la mesure de la diversité des gens tels qu’ils sont.

Comme essaye de le montrer l’article (D-2) epistemologie naïve et émotions épistémiques au prisme de Spinoza et comme le montrent les sciences cognitives en général, les liens entre raisons et connaissances d’une part et les affects d’autres parts sont intimes. En premier lieu, chacun (humain ou institution humaine) est poussé par ses affects (de désir, de crainte, etc..) à construire ou à adopter une raison et pas une autre à propos d’une chose. Cela peut conduire à des délibérations raisonnables, feutrées et polies, mais également à des conflits passionnés et même violents entre individus ou entre individus et institutions, en particulier lorsque les nécessités de la nature qui fondent les raisons des uns ne sont pas reconnues par les raisons d’autres.

C’est l’objectif de ce carnet, avec la contribution de vous tous lectrices et lecteurs, que de développer de nombreux sujets de sciences sociales en mobilisant Spinoza et l’actualisation que nous en faisons à propos de la raison.

Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles

Les articles de cette sous-rubrique ne s’attardent que très peu sur le sujet “production et répartition de la richesse produite; plus-value, valeur ajoutée, etc…”, sujet largement traité par tous les économistes, marxistes ou non, à propos de toute organisation économique. Nous souhaitons montrer ce qui fonde vraiment le capitalisme : l’appropriation des moyens de production et donc leur propriété et maîtrise totale par le “capitaliste” . Ce sont les procédés d’appropriation des moyens de production qui sont à discuter en premier lieu, depuis l’accumulation “primitive” selon Marx, en passant par le concept de « responsabilité limitée » (dont Y.N. Harari souligne l’ingéniosité pour le développement du capitalisme) et en considérant tous les procédés que ce concept permet jusqu’à nos jours pour acquérir et maîtriser tous les moyens de production en y misant que bien peu.

Comme nous le montrons dans nos différents articles, ce sont ces procédés qui entraînent la maîtrise d’un rapport salarial de subordination et la concentration des patrimoines en de moins en moins de mains.

Aussi, ceux qui souhaitent changer le capitalisme doivent d’abord remplacer ce concept de “responsabilité limitée” par un concept de “responsabilité et propriété partagées” entre les actionnaires et le collectif de travail, chacun selon sa contribution effective, en rendant ce collectif personne morale et sujet de droit quant à la propriété.

Tous les articles de cette rubrique sont sous Creative Commons BY-SA 4.0. :

Trois nouveaux articles : 

L’un montrant la permanence, depuis au moins le Moyen Âge, de l’appropriation “sans scrupules”, cause de la domination actuelle des “capitalistes” :

Permanence de l’appropriation initiale sans scrupules

L’autre remettant en cause l’approche “capital-travail”:

Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme

Enfin, un article analysant les résultats de l’année 2022 ou 2023 de grandes sociétés du CAC 40, pour illustrer les articles suivants :

Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

puis un article résumant notre approche du capitalisme :

Qui paye et qui s’approprie les moyens de production

puis

Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Qui paye et qui s’approprie les moyens de production

caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

Les trois circuits du capitalisme

Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production

Critique des discours entrepreneuriaux

Analyse de projets de propriété collective du capital par les salariés

and its english version : analysis of employee collective ownership projects

Lecture critique des Principes d’economie politique (Charles Gide, 1931)

Analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery

Remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle

Spéculation et rendement du capital avec ou sans croissance

Capitalisme au 19. Siècle – deux évolutions juridiques déterminantes

Les trois jalons caractérisant le capitalisme

Sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

Avec Lordon, Piketty et tous les autres économistes, pas de danger pour le capital au XXIe siècle

Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

Transition nécessaire pour sortir du capitalisme

Compléments aux propositions libérales de Valérie Charolles

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search