Article (D-4) Scientificité des recherches à propos du genre et idéologie militante de leurs détracteurs

Cet article (D-4) scientificité des recherches à propos du genre et idéologie militante de leurs détracteurs est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article est poussé par le désir de remettre en cause des discours universitaires et du monde politique et social, notamment religieux, prétendant que les études ou « théories » à propos du genre seraient « militantes », « idéologiques » et non « scientifiques », donc qu’elles n’auraient pas leur place dans les enceintes académiques.

L’approche que nous proposons permet de montrer l’inverse. Ces études et ces théories sont des édifices d’idées qui se tiennent, édifices qui reposent sur des bases beaucoup plus solides que les discours qui les disqualifient. En se fondant sur leurs prémisses, nous montrons que ce sont plutôt ces discours disqualifiant qui relèvent d’une idéologie et plus trivialement de préjugés, de prénotions, de subsomptions de la « nature » ou du « divin » sur le social facilement contestables. Par contre, l’examen des prémisses des théories et des recherches à propos du genre montrent que celles-ci relèvent vraiment d’une recherche scientifique.

J. Butler résume bien cette volonté de recherche : « Interroger le genre, c’est-à-dire interroger la façon dont la société est organisée en fonction du genre, avec tout ce que cela implique au regard de la compréhension des corps, des expériences vécues, des relations amoureuses et du plaisir, revient à lancer une sorte d’enquête publique et de recherche, en refusant les positions sociales dogmatiques qui cherchent à arrêter et inverser les changements émancipatoires. »1.

C’est un fait que le concept et les théorie du genre provoquent des « débats » passionnés. Pourquoi ? Parce que de part et d’autres, des prémisses de la catégorie « nécessités de la nature et de sa nature »2 et « appartenance »3, complétées par des prémisses « droits fondamentaux » et « sacré » sont mobilisées pour fonder les argumentations. Hors, selon nos thèses, ces prémisses, qui tiennent à cœur, sont déterminantes, car leur respect et surtout le fait qu’elles soient ignorées et bafouées provoquent les affects les plus intenses pouvant pousser à des décisions, actions ou soumissions, dramatiques.

C’est en considérant les prémisses des discours des unes et des autres et en pesant leur bien fondé et leur importance que cet article propose des règles pour poser des énoncés et pour arbitrer en cas de conflit, avec deux objectifs : (1-) apprécier la scientificité, la rigueur, des discours, (2-) proposer des prémisses favorisant « les changements émancipatoires » que souhaite J. Butler.

Enfin, en considérant les prémisses des unes et des autres, cet article se demande pourquoi des atteintes très dramatiques à l’intégrité de la personne (agressions sexuelles, viols, inceste, pédophilie, etc..), provoquant des affects intenses surtout sur les victimes, ont pu être si longtemps passées sous silence.

1J. Butler dans the Guardian – Londres et publié le 06/02/2022 dans Courrier International.

2Ex : reproduction humaine, orientation sexuelle, se vivre plutôt «masculin» ou «féminin»

3Ex : le milieu de son enfance : famille, amis, voisinage, quartier, club sportif

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-b) discussion de « Les épreuves de la vie » de Pierre Rosanvallon

Cet article (D-b) discussion de « Les épreuves de la vie » de Pierre Rosanvallon est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

Le dernier essai de P. Rosanvallon1 est, selon les médias, très novateur. D’après son sous-titre, il s’agit de « comprendre autrement les Français », à savoir autrement que par « les grandes théories ou les moyennes statistiques [dont les sondages] ». Plus précisément « Pierre Rosanvallon cherche à mesurer le niveau de l’anxiété française »2

Pour « Le Monde » du 24/08/21 il s’agit d’« un essai dans lequel il entend décrypter les attentes, les colères et les peurs des Français à travers l’analyse des épreuves auxquelles ils sont confrontés ».

Pour Philomag3, « Son nouvel essai.. se veut une ébauche de reconceptualisation sociologique. »

Nous adhérons à l’approche novatrice proposée par Rosanvallon, approche « partant de la perception que les Français ont de leur situation personnelle et de l’état de la société »4. Cette approche est en effet très similaire au premier niveau de notre approche interprétative, un autre niveau de notre approche étant de prendre en compte les affects éprouvés (ceux mentionnés par P. Rosanvallon, ceux définis dans Spinoza E3) car nous considérons aussi que la prise en compte des affects (émotions, sentiments) est absolument nécessaire pour mieux cerner tout fait social.

Notre approche a été élaborée lors d’une thèse5 dont la question principale est :« Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés: question de convictions et de passions ? ». Notre article (B-1) Approche critique et interprétative expose également cette approche en mobilisant de nombreux auteurs6 et notre article (C-3) Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés_question de convictions et de passions résume l’approche de la thèse citée et en présente ses résultats.

Depuis cette thèse, notre approche a été complétée en mobilisant Spinoza pour poser, de manière empirique dans l’article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS, les prémisses fondamentales sur lesquelles se fondent les vies des personnes physiques et morales. Un ensemble de huit thèses est déduit de ces travaux et sont mobilisées dans divers articles du carnet de recherche Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences humaines et sociales.

C’est en mobilisant ces huit thèses , rappelées en annexe de cet article, que nous proposons d’analyser les types d’épreuves répertoriés par P. Rosanvallon.

Notre analyse aboutit à quatre remarques principales :

(1-) P. Rosanvallon oppose les luttes de classes du passé, qui s’estomperaient car les « lignes de fracture » (à savoir « Ces oppositions au fondement de la lutte des classes » ) existeraient « toujours mais dans une moindre mesure »7, aux épreuves d’aujourd’hui provoquant des affectssans appliquer son approche aux souffrances et aux épreuves du passé qui ont conduit à ces théories.

(2-) Il n’y a pas que les épreuves qui provoquent des affects (émotions) pouvant pousser à des comportements. A tout instant de sa vie l’humain éprouve de multiples sentiments provoqués par toutes sortes d’affections8 (ex : épreuves, contexte de vie (familial, professionnel, voisinage, etc..)). Ne parler de la vie qu’en terme « d’épreuve » est trop réducteur.

(3-) La typologie des épreuves retenue par P. Rosanvallon (mépris, injustice, discrimination, incertitude) ne permet pas de prendre en compte l’intensité des affects provoqués par ces quatre types d’épreuves (ou par toute autre affection que ces épreuves mises en exergue). Cette intensité est à considérer au regard de l’impact perçu par la personne de ce qui est déterminant pour elle du fait de ces affections.

(4-) Au regard de chaque type d’épreuve, P. Rosanvallon propose « les émotions suscitées en réaction » et selon Philo mag9 « comment celles-ci structurent aujourd’hui de nouveaux communs » car « Son nouvel essai.. se veut une ébauche de reconceptualisation sociologique. ».

Une « reconceptualisation sociologique » n’est possible que parce que ces épreuves, du passé et actuelles, provoquent des affects qui poussent in fine à être sous la conduite de raisons, celles-ci se concrétisant par des théories, des décisions, des organisations qui sont à peu près « logiques », compréhensibles, au moins pour le chercheur !

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

1P. Rosanvallon : « Les épreuves de la vie (comprendre autrement les Français) », Seuil (Le compte à rebours), 19/08/21

2https://www.livreshebdo.fr/article/pierre-rosanvallon-les-epreuves-de-la-vie-comprendre-autrement-les-francais-seuil-sous-le

3P. Rosanvallon, propos recueillis par Charles Perragin publié le 23 septembre 2021 par philomag (https://www.philomag.com/articles/les-epreuves-de-la-vie-comprendre-autrement-les-francais-de-pierre-rosanvallon )

4Dans l’introduction de cet essais, paragraphe Les Français à l’épreuve.

5Référence du document de thèse : NNT : 2017SACLE026 ; thèse soutenue le 27/09/2017

6M. Walzer (Critique et sens commun, trad. de Joël Roman, Paris, La Découverte, 1990), A. Giddens (.duality of structure in The Constitution of Society (1984) – (La Constitution de la société, publié en France par les Presses Universitaires de France).), etc….

7P. Rosanvallon : interview à « La Vie » du 16/09/21

8« J’ai eu le sentiment qu’on ne pouvait pas en rester simplement au constat des affects. Il fallait voir quelle était la fabrication des affects. » (Pierre Rosanvallon à France Culture, la grande table idées, le 06/09/21)

9P. Rosanvallon, propos recueillis par Charles Perragin publié le 23 septembre 2021 par philomag (https://www.philomag.com/articles/les-epreuves-de-la-vie-comprendre-autrement-les-francais-de-pierre-rosanvallon )

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

Article (D-9) trois processus sociaux universels déterminants

Cet article (D-9) trois processus sociaux universels déterminants est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

Cet article présente ce que nous considérons être les trois processus sociaux universels les plus déterminants de toute société humaine : processus (1-) de production et mise à disposition de biens et de services, (2-) de reproduction humaine, (3-) d’appartenance. Ces processus déterminants de toute société humaine ne sont possibles que s’il y a association entre les gens, bien souvent sous la conduite de la raison.

Cette présentation repose sur l’hypothèse que toute société humaine, et donc ces trois processus sociaux universels déterminants, est fondée sur des prémisses fondamentales dont certaines sont plus déterminantes que d’autres : celles relatives aux « nécessités de la nature et de sa nature » et celles relatives à « l’appartenance »1.

Remarque : Nous considérons les prémisses relatives aux « droits fondamentaux », au « sacré » et aux « énoncés moraux » comme moins déterminantes que celles relatives aux « nécessités de la nature et de sa nature » et celles relatives à « l’appartenance ».

Cet article souligne que, pour ces trois processus aussi déterminants, l’association des personnes est bien souvent fondée sur des rapports de force et des dominations, rapports de force et dominations tous aussi universels et qui relèvent pour nous d’une anthropologie politique machiavellienne2.

1Voir notre article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS et nos huit thèses

2Machiavel (discours de la première décade de Tite-Live) : « Sans doute à ne considérer que ces deux ordres de citoyens – les Grands et le Peuple -,on est obligé de convenir qu’il y a, dans le premier, un grand désir (une humeur) de dominer ; et, dans le second, le désir (l’humeur) seulement de ne pas être dominé, par conséquent plus de volonté de vivre libre. ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

Article (D-7)-Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Reprise de l’article « rationalité » sur Wikipedia, la citation suivante permet de résumer notre point de vue avant de proposer une lecture critique plus argumentée des différentes rationalités présentées par Max Weber et mobilisées par des sociologues comme Raymond Boudon.

« Dans sa « théorie générale de la rationalité », Raymond Boudon estime que toute action humaine se produit car les hommes sont « naturellement rationnels ». Selon lui, la rationalité n’est pas seulement celle développée par les économistes néoclassiques, qui réduisent toute action à un calcul d’intérêt. La rationalité peut être liée aux valeurs. Par exemple quelqu’un qui sacrifie sa vie pour une cause noble est rationnel. Il faut parler alors de rationalité axiologique. Estimant par conséquent que les valeurs sont « universelles », Boudon combat le relativisme dans les sciences sociales1. ».

Au regard des mots clés (raison, valeurs, universel, relativisme), nous disons que :

(1-) la plupart des hommes désirent, pour toutes sortes de « raisons », être sous la conduite de leur raison

(2-) à propos de toute chose, chacun, dont le chercheur, désire construire SA raison ou faire sienne une raison d’un autre, à savoir un édifice qui se tient avec des idées cohérentes, consistantes et pas trop incomplètes à propos de cette chose. Cela n’est possible que si, consciemment ou non, cet édifice d’idées est fondé sur des prémisses qui, in fine2, dérivent de ce qu’il perçoit comme nécessités de la nature de cette chose et ses propres nécessités ou sont poussées par ses sentiments, ses désirs

Remarque 1 : « in fine » car des prémisses peuvent être des propositions issues d’un raisonnement d’une raison en amont, cette raison en amont étant elle-même fondée sur des prémisses, et ainsi de suite récursivement jusqu’à remonter aux prémisses les plus en amont qui ne procèdent alors que de ce qui est perçu comme nécessité de la nature (ex : un phénomène) ou d’affects (ex : désir de ..). Ainsi pour David Hume3, les énoncés moraux sont poussés par les sentiments et non déduits d’une raison.

Remarque 2 : Dans l’annexe : philosophie morale au prisme de la raison et des affects nous décrivons les édifices d’idées qui se tiennent des trois types d’éthiques (« conséquentialiste », « des vertus » et «déontologique-téléologique») lorsqu’elles sont vécues sous la conduite de la raison

(3-) certaines prémisses de leur raison à propos d’une chose sont liées à des énoncés moraux ou « valeurs » (exemples : (1-) abnégation jusqu’à « sacrifier sa vie pour une cause noble » ; (2-) « chacun pour moi » jusqu’à sacrifier la vie des autres pour assouvir ses désirs),

(4-) les « valeurs » étant de toutes sortes et diversement partagées, seules des études empiriques, avec une approche interprétative, permettent de statuer sur l’ universalité de certaines ou tout au moins sur la présence majoritaire de celle-ci ou minoritaire de celle-là ,

(5-) Individus et organisations, peuvent tenir passionnément à leurs raisons et leurs valeurs en particulier à celles qui fondent leurs raisons, et ne pas du tout les considérer comme « relatives », ni même discutables. Cela peut conduire à toutes sortes d’accords,

(6-) le chercheur en SHS doit s’attacher à être « neutre » et sans jugement de valeur lorsqu’il considère les valeurs qui animent les acteurs sociaux, individus et organisations, par une approche critique et interprétative.

(7-) (a-) Une idée est appréciée comme « vraie » si elle est cohérente avec les prémisses procédant de ce qui est perçu comme des nécessités de la nature, dont les nécessités de TOUTES les personnes concernées. (b-) Une idée est appréciée comme « juste » ou non par chacun concernée si elle est cohérente ou non avec SES prémisses poussées in fine par ses affects. « Chacun » comprend TOUTES les personnes, physiques ou morales en général sous la conduite d’une certaine raison4, concernées à savoir étant ou ayant été affectées, ces affections leur provoquant toutes sortes d’affects. Le chercheur-observateur en SHS est aussi une personne concernée mais ce n’est pas la seule !

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1Raymond Boudon, Essais sur la théorie générale de la rationalité, PUF, 2007

2Se reporter à l’article (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose

3David Hume : Traité de la Nature Humaine., III i 1 6

4Parmi les personnes morales, certains souhaitent y inclure la « nature » et en tout cas les générations futures (ex : H. Jonas)

5Catherine Colliot-Thélène : « retour sur les rationalités chez max weber » La Documentation française | « Les Champs de Mars » 2011/2 N° 22 | pages 13 à 30

6Raymond Boudon : (1-) La « rationalité axiologique » : une notion essentielle pour l’analyse des phénomènes normatifs dans La sociologie et les sciences sociales : une affaire de discipline(s)? Volume 31, numéro 1, 1999 ; (2-) la rationalité axiologique, Presses Universitaires de France | « Sociologies », 1998 | pages 13 à 57

D-6-Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquez ICI ou sur HAL

Notre article part (1-) d’une citation de Marx sur la lourdeur et la pesanteur de la production que doit subir le capitaliste pour « faire du fric » et (2-) d’une citation de Keynes disant que l’incertitude économique est non probabilisable.

La production de biens et de services procède d’une mise en œuvre, sous la conduite de la raison, d’organisations, de procédures, de prévisions. Même si elle est soumise à des aléas (ex : les « forces majeures » précisées dans les contrats), cette production est assez prévisible. Pourtant, l’économie, dont la production de biens et de services jusqu’à leur mise à disposition est la part essentielle, est soumise à des crises, des soubresauts imprévisibles. Il y a là une contradiction.

Pour comprendre cette apparente contradiction entre ces deux citations de Marx et Keynes, notre article décrit l’origine des liens très déséquilibrés en faveur de la sphère financière sur la sphère de mise à disposition (MàD) de biens et de services : l’introduction du concept de « responsabilité limitée » dans les lois en France (de 1863 et 1867) et en UK (de 1856 à 1862).

La prise en compte de ce concept permet d’abord de bien différencier la logique de la sphère financière de la logique intrinsèque de la sphère de MàD de biens et de services, puis de considérer ces liens déséquilibrés permettant à la finance de subsumer l’économie réelle  :

(a-) La logique financière est uniquement fondée sur des prémisses poussées par les affects, les désirs des capitalistes, bien peu nombreux et jouant chacun pour eux. Elle est donc aussi imprévisible que leurs affects. La sphère financière n’est pas « ancrée dans l’économie réelle » : elle n’épouse pas, loin sans faut, ses finalités et ses contraintes.

(b-) La logique de MàD de biens et de services a forcément des prémisses fondées sur des « nécessités de la nature », parmi ces nécessités les besoins et les désirs des clients, et les difficultés de toutes sortes bien réelles pour produire ce qui est attendu. Elle a donc une certaine prévisibilité. Toutefois, elle subit les prémisses et l’imprévisibilité de la sphère financière du fait des liens dominants de celle-ci .

Notre thèse est donc de dire que ce sont ces liens dominants, domination permise par ce concept de « responsabilité limitée » inscrit dans les lois, qui expliquent le point de vue de Keynes et qui provoquent cette incertitude économique non probabilisable et les crises de toutes sortes.

Après avoir décrit les quelques caractéristiques pertinentes pour notre propos de chaque sphère (MàD de biens et de services et finance) et les quelques liens entre ces deux sphères, notre article propose, en préalable à toute autre mesure dont celles proposées par le manifeste des économistes atterrés, un fort rééquilibrage des liens entre l’économie réelle et la Finance, un fort ancrage dans l’économie réelle de cette Finance par la mesure suivante :

la « responsabilité limitée » (qui est de fait un simple transfert du risque financier de l’actionnaire à l’entreprise mais SANS transfert, en échange, de propriété de l’actionnaire à l’entreprise1) est remplacée par la « responsabilité ET propriété partagées » entre actionnaires et entreprise (son collectif de travail). Pour cela, il faut que l’entreprise devienne personne morale et sujet de droit comme une association loi 1901. Cette modification anodine corrige les lois sur la « responsabilité limitée » des années 1860 : à l’époque, le concept de personne morale n’existait pas encore.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquez ICI ou sur HAL

1Alors que le partage du risque entre actionnaires associés s’accompagne du partage de la propriété au prorata du risque financier pris par chacun, à savoir sa mise : achat d’actions.

Article (D-2) epistemologie naïve et émotions épistémiques au prisme de Spinoza

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Les questions traitées dans cet article procèdent de deux séminaires à l’EHESS et d’un séminaire de Sorbonne Paris 1 suivis de 2018 à 2020 ainsi que de la documentation associée transmise par les professeures citées : (1-) émotions épistémiques de G. Origgi et A. Godber, (2-) épistémologie naïve de P. Engel et J.Dokic et (3-) les discriminations de M. Bessone. Des extraits de ces documents sont donc mentionnés dans cet article.

L’épistémologie naïve est celle de chacun, les gens tels qu’ils sont, avec leur dires et gestes approximatifs, improbables (d’où notre prise en compte des « émotions épistémiques ») et empreintes de préjugés (d’où notre prise en compte des discriminations épistémiques).

L’objectif initial de cet article est de reconsidérer l’approche plutôt normative de certains chercheurs à propos de l’épistémologie quotidienne des gens utilisant certains mots et pas d’autres, pas toujours les « bons » selon la définition des chercheurs en sciences cognitives (ex : Usage judicieux d’un terme factif (Je sais, je vois) ou non factif (je crois, je pense)).

C’est une très forte hypothèse épistémique que de considérer qu’un « naïf » maîtrise et utilise à bon escient le « vocabulaire épistémique ».

De plus, des chercheurs disent qu’il y a « « trop » d’utilisation du terme « savoir » » ou que d’autres mots sont « mal » utilisés. Pour dire « trop » ou « mal » il faut se situer dans un référentiel, un référentiel permettant de comparer (« trop ») ou permettant de classer et même de juger (« mal »). Quel référentiel ? Et dans quelle langue ?

Pour considérer l’épistémologie « naïve » de chacun, notre article propose d’abord un autre référentiel que ce « vocabulaire épistémique » et c’est ce référentiel qui est ensuite mobilisé pour qualifier de croyance, de connaissance, d’intuition, d’imagination, … tout entendement, idée ou édifice d’idées énoncées et reçues.

Pour construire ce référentiel adapté à une épistémologie naïve prenant en compte les émotions et discriminations épistémiques, notre première prémisse est l’hypothèse que chacun souhaite et est en mesure d’exposer quelques idées « qui se tiennent plus ou moins »1 à propos d’une chose. L’objectif du chercheur (mais aussi de chacun !) peut être de qualifier ces idées à propos de cette chose (ex : « est ce un savoir ? une croyance ? Une intuition ? ») puis de considérer les conditions de leur transmission à d’autres en mobilisant notre deuxième prémisse.

Notre deuxième prémisse est une démarche en 2 temps : (1-) considérer la « connaissance » ou entendement exprimé par chacun et les qualifier dans notre référentiel, puis (2-) considérer la perception ou réception par d’autres de la « connaissance » que quelqu’un2 exprime, « connaissance » qu’un autre écoute, accepte jusqu’à en être plus ou moins habité : comment sont perçues, qualifiées, les idées exprimées ? quels sont les facteurs influençant perception, qualification et in fine prise en compte, et ce en se plaçant dans le même référentiel ?

Notre démarche et notre référentiel permettent d’autres objectifs : considérer à nouveaux frais dans cet article les émotions et discriminations épistémiques.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1 Notons les expressions « naïves » : « ce qu’il dit..ça se tient », « .ça tient debout », « .ça ne tient pas debout » : c’est le « standard » naïf, laissé à l’appréciation de chacun (de Rose (1992) parle de « low » ou « high » standard)

2Thèses de l’Invariantisme : le sens (= les conditions de vérité) des attributions de connaissance est invariant (ex : Jason Stanley (2005)) ou thèse du Contextualisme : le sens de « savoir » varie selon les contextes (ex : de Rose 2002)

article (D-5) Critique spinoziste de SAPIENS de Y.N. Harari

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Cet article s’appuie sur les articles (A-0) Présentation des fondements spinozistes et d’une série d’articles de SHS et (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS pour analyser les extraits suivants de l’ouvrage SAPIENS (Une brève histoire de l’humanité) de Y.N. Harari1 :

« L’Arbre de la connaissance », Introduction et légende de Peugeot,

« Les rouages de l’industrie » (La vie sur le tapis roulant) de « la révolution scientifique »

« La plus grande escroquerie de l’histoire » de « La révolution agricole »

« Il n’y a pas de justice dans l’histoire » de « La révolution agricole »

« Visions impériales » de « L’unification de l’humanité »

« Le credo capitaliste » de « la révolution scientifique »

1Albin Michel ISBN 978-2-226-44550-6 paru le 30/10/2019

Notre analyse de SAPIENS est fondée sur la thèse suivante : affectés de multiples façons, les humains sont infiniment divers et produisent une infinité de fictions, mythes, etc.. : il n’est que de constater la variété des richesses littéraires. Les fictions, mythes et autres édifices d’idées qui se tiennent plus ou moins sont dits «communs» lorsque ils ont pu être imposés à tous d’une manière ou d’une autre : adhésion, persuasion, rapport de force, violence physique ou symbolique. Pour considérer la manière, nous pouvons reformuler l’interrogation de Chantal Mouffe1 (« qui décide de ce qui est ou n’est pas rationnel? ») en ces termes : « qui décide de ce qui est ou n’est pas un mythe commun? » et la compléter par cette question : comment un mythe s’impose t’il ?

A propos de l’histoire de l’humanité, l’ouvrage SAPIENS est ambitieux. Il repose en grande partie sur la prémisse primordiale suivante : la capacité du seul être humain à dire et échanger sur des choses qui ne sont pas réelles, à savoir non perceptibles par les cinq sens. Ces choses qui ne sont pas réelles, Y.N. Harari les appelle « fictions ». Ces « fictions » ou « mythes communs » auraient permis à l’homme de « coopérer avec succès » jusqu’à «  fonder des cités de plusieurs dizaines de milliers d’habitants et des empires de centaines de millions de sujets ». Parmi ces fictions ou ces mythes, l’auteur cite « Légendes, mythes, dieux et religions » mais également « droits de l’homme, lois, justice, sociétés anonymes à responsabilité limitée ».

Nous prenons acte de cette différence considérable entre l’homme et l’animal mais nous disons qu’une autre prémisse primordiale, non explicitée, fonde SAPIENS : ces « fictions » ou « mythes communs » seraient causes d’eux-même, ou, à tout le moins, non causés par des choses réelles2. Ceci autorise Y.N. Harari à mettre dans le même sac fictionnel ou mythique aussi bien « dieux et religions » que « droits de l’homme ». Ceci lui permet de dire3 que « Le pouvoir des hommes repose sur des fictions collectives » alors que bien des faits conduiraient à dire Le pouvoir des hommes repose sur des dominations et rapports de force .. pour imposer dans les faits certaines fictions et pas d’autres.

Nous récusons cette prémisse implicite même si beaucoup croient que « dieux et religions » n’ont pas de causes réelles mais des causes divines (ex : des révélations faites par un ange, un dieu fait homme) car nous pensons que des « fictions » comme « droits de l’homme, lois, justice, « sociétés anonymes à responsabilité limitée » procèdent de causes «humaines».

Notre thèse, fondant cette critique « spinoziste », est que toute chose procédant de l’humain (idées, fictions, mythes, dieux et religions », « droits de l’homme, lois, justice, « sociétés anonymes à responsabilité limitée » ou toute autre institution humaine, actions individuelles ou communes) est poussée par toutes sortes d’affects (désir, crainte, peur, colère, révolte ou soumission, etc..) causés par toutes sortes d’affections (faim, maladie, souffrance, humiliation, violences, honneurs, menaces, bonne chère et concupiscence, etc. mais aussi imitation des affects (ex : dire et agir en fonction de nos proches) et puissance de la multitude (ex : influence de son quartier, de ses collègues, de l’opinion, d’un leader)).

Nous retenons que des « fictions » ou « mythes communs » ont permis et permettent encore à l’homme de recourir aux uns et aux autres, parfois des centaines de millions, mais sans prétendre que ce recours soit toujours une « coopération avec succès » : ce peut être un secours mutuel mais aussi une association ou un enrôlement sous contraintes, association dominée par les affects les plus intenses socialement4.

Enfin, pour être comprises et permettre de s’associer avec succès, toutes ces « fictions » (« mythes, dieux et religions », « droits de l’homme, lois, justice, « sociétés anonymes à responsabilité limitée ») doivent être des édifices d’idées qui se tiennent à peu près, à savoir suffisamment cohérents, consistants et complets. Cela ne se peut que si ces édifices d’idées sont fondés sur des prémisses, prémisses poussées par les affects les plus intenses socialement.

Notre analyse de l’évocation de l’esclavage et de l’industrie animalière (paragraphe la vie sur le tapis roulant) est un exemple de notre approche critique : « De même que le trafic d’esclaves transatlantique n’était pas le fruit d’une haine vouée aux Africains, ce n’est pas l’animosité qui inspire l’industrie animalière moderne, mais l’indifférence. ».

Toutes les actions humaines, notamment celles mettant en place des organisations, sont poussées (inspirer) par quelque chose et non pas par rien (« l’indifférence ») : l’esclavage n’est pas « causa sui » ! Si les affects du type haine vouée aux Africains ou animosité envers les animaux n’ont pas pour « fruit » « le trafic d’esclaves » ou « l’industrie animalière », pourquoi les nommer ? Il vaut mieux suggérer des affects susceptibles de pousser à ceux-ci, des affects et désirs tangibles de toute sorte, ex : appât du gain, désirs de déguster un poulet rôti bon marché5.

Pour maintenant lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1Chantal Mouffe : Le politique et ses enjeux – Pour une démocratie plurielle, Paris, La Découverte, 1994, p.155

2 Au détour d’une phrase, des causes sont évoquées mais l’ouvrage en général les tait et les discutent encore moins.

3Dans « The Observer » du 02/06/2017 : « Grand entretien »

4Les affects les plus intenses socialement peuvent aussi bien être ceux d’une minorité ayant à disposition une force de coercition que ceux d’une majorité dans une délibération habermassienne

Article (D-3) Discussion avec Rawls, Habermas, Bourdieu (Marx)

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Cet article (D-3), tout en confirmant le grand l’intérêt des concepts développés par Rawls, Habermas et Bourdieu, les situent et les discutent en mobilisant Spinoza et les thèses complémentaires rappelées en annexe, dont la thèse (4-) (à propos de toute chose, chacun.. désire construire SA raison ou faire sienne une raison d’un autre) est la principale pour notre propos.

Cette discussion permet également de souligner la proximité et les différences entre ces auteurs, notamment entre Rawls et Habermas.

Cet article et les thèses mobilisées reposent sur l’article (B-2) « Prémisses fondamentales pour toute SHS » et surtout sur l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses écrits.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Article (D-1) Critique spinoziste des thèses de Orléan&Lordon

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Cet article, tout en confirmant le grand l’intérêt des approches spinozistes de l’État et de la monnaie de A. Orléan et F. Lordon, discute leur analyse qui semble ignorer La Raison.

Deux écrits sont discutés :

la présentation sur le site de l’EHESS du séminaire « structuralisme des passions » de F. Lordon,

l’article « Genèse de l’État et genèse de la monnaie »1 de A. Orléan et F. Lordon.

Cet article repose sur l’article (B-2) « Prémisses fondamentales pour toute SHS » et surtout sur l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits.

Dans les deux écrits discutés, la Raison n’est jamais évoquée: il y a d’une part des sentiments et d’autre part des institutions humaines (« Institution majuscule », monnaie, etc..).

En reprenant les critères spinozistes du « vrai »1, aussi bien (a-) le concept de « État de nature marchande », que (b-) les sentiments prêtés aux marchands, pour expliquer les choses présumées mises en place ne sont pas des propositions démontrées, au sens donné dans l’Éthique, mais des prémisses à accepter ou à rejeter …. selon nos propres sentiments de lecteur.

Pour notre part, nous les acceptons avec plaisir. Nous les acceptons d’autant mieux que nous remplaçons ensuite la Raison selon Spinoza par les raisons que nous proposons dans l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits, avant de mobiliser ceux-ci pour mieux étayer les intuitions spinozistes de ces deux auteurs.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1Voir chapitre Les 3 genres de connaissance et les 4 modes de perception de l’entendement de l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits

1« genèse de l’état et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis » Juin 2006, Association Recherche & Régulation c/o LEPII-CNRS

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search