Article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel

Cet article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Nos articles des rubriques Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles et Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production de nos carnets de recherche mobilisent les propos de Marx sur l’acquisition des moyens de production par le capitaliste et plus généralement sur sa totale contribution financière1 et soulignent la prise en compte littérale de ces propos ou l’ignorance de leur non-actualité par les militants marxistes et les économistes « de gauche » actuels, alors même que la littérature financière décrit sans détours des procédés ou astuces permettant à l’actionnaire d’investir le moins possible pour posséder exclusivement les moyens de production.

Cet article commente dix propositions2 de E. Mandel, économiste marxiste reconnu, qui fondent son ouvrage majeur Le troisième Age du capitalisme, dans lequel il s’attache à montrer la pertinence de l’analyse marxiste, dont celle à propos de l’acquisition des moyens de production, pour prendre en compte d’autres théories de référence comme celles de Kondratieff (théorie des ondes longues), Schumpeter (les cycles d’innovation), Rostow (Les cinq étapes de la croissance économique).

Ces dix propositions de E. Mandel embrassent les sujets les plus importants à propos du capitalisme et nos commentaires permettent ensuite de souligner l’obstacle stratégique à toute remise en cause durable du capitalisme, à savoir une remise en cause qui soit in fine acceptée par tous sans nécessité de coercition permanente. Cet obstacle stratégique est la non dénonciation de la méthode capitaliste d’appropriation des moyens de production, méthode à remplacer, en première étape, par l’appropriation libérale de ceux-ci par le collectif de salariés, enfin sujet de droit.

1Dans Travail salarié et Capital, Marx écrit : « Le capitaliste lui [à l’ouvrier tisserand] fournit le métier à tisser et le fil » et plus loin «  Le capitaliste achète avec une partie de sa fortune actuelle, de son capital, la force de travail du tisserand tout comme il a acquis, avec une autre partie de sa fortune, la matière première, le fil, et l’instrument de travail, le métier à tisser ». Dans Le Capital 1,Chap. V – Procès de travail et procès de valorisation, Marx décrit un capitaliste qui paye de sa fortune : « Revenons maintenant à notre capitaliste. Nous l’avions laissé alors qu’il venait d ‘acheter sur le marché tous les facteurs nécessaires au procès de travail, les facteurs objectifs ou moyens de production, le facteur personnel ou force de travail ».

2Dans un texte paru dans Social Science Information, 24, 3, 1985 ; reproduit dans Ulf Himmelstrand (ed.), Interfaces in Economic & Social Analysis, Routledge, 1992. Ce texte (Variables partiellement indépendantes et logique interne dans l’analyse économique marxiste classique) a été publié en annexe de la réédition française du Troisième Age du capitalisme (Les Editions de la Passion, Paris, 1997)

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquer ICI ou sur HAL

Cet article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Cet article repose sur les 2 articles « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose » (toute raison à propos d’une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qui est perçu comme des nécessités de la nature de la chose et de sa nature, et des prémisses poussées in fine par les sentiments1) et « (B-1) Approche critique et interprétative ».

1Dans tout cet article, le mots « sentiment », traduction de Spinoza par Guerinot, est utilisé et non affect (Misrahi) ou passion (Apphun)

L’hypothèse principale de cet article est que chacun, humain ou institution humaine, (1-) éprouve des affects à propos de toute affection qu’il vit et à propos de ce qu’il perçoit qu’il pourrait vivre, (2-) se fonde pour vivre en « pour » ou en « contre » ou en « indifférent » par rapport à des énoncés. Les affects éprouvés sont déterminés par le respect ou non de ces énoncés lors de l’affection vécue ou susceptible d’être vécu. Ces énoncés sont en partie les prémisses assurant la cohérence et la complétude, toujours imparfaite, de la raison de chacun à propos d’une chose (voir articles (A-1) et (A-3)).

L’objectif de cet article est triple :

(A-) établir un cadre, un référentiel dont nous proposons les composantes ou catégories suivantes  : (0-) anthropologie spinoziste et Conatus (effort de persévérer dans son être), (1-) affects et raisons, (2-) nécessités de la nature et de sa nature, (3-) appartenance et reconnaissance, (4-) droits fondamentaux, (5-) sacré, (6-) énoncés moraux et estime sociale.

(B-) proposer dans chaque catégorie quelques énoncés déclaratifs ou performatifs1 fondamentaux compréhensibles par tous, chercheurs et humains concernés par leurs recherches, énoncés parfois antagonistes2. Ces énoncés sont déduits d’études empiriques (voir article (B-1)).

(C-) compte tenu de la variété des gens et des institutions quant à leurs affects et leurs raisons, envisager toutes les procédures « d’accords » possibles, de la délibération habermassienne à la contrainte violente.

Remarquons que pour le chercheur-observateur « toutes les raisons se valent », du moins à priori. Cette posture n’a rien à voir avec celle prêtée à des individus désabusés, au contraire d’après notre thèse : chacun est susceptible d’être attaché affectivement à sa raison à propos d’une chose, surtout si cette chose a trait à une nécessité de sa nature. Par contre, le chercheur s’attache à considérer la raison de chacun avec les outils « spinozistes » que nous proposons dans l’ « article (A-3)pour en faire une analyse critique.

1En mobilisant John L. Austin (« Quand dire c’est faire »), les énoncés procédant de ce qui est perçu soit comme des nécessité de la nature ou comme des faits avérés sont dits déclaratifs, les énoncés poussés par des sentiments de désirs, de volitions, sont dits « performatifs ».

2Ex : « chacun pour moi » et « solidarité » ; « mérite élitiste » et « justice sociale » dans la catégorie des énoncés moraux 

Tous ces énoncés fondamentaux sont considérés d’une part comme les prémisses potentielles1 sur lesquelles la plupart des humains fondent leur comportements et donc, d’autres part, considérés comme les prémisses fondamentales pour toute recherche en SHS, dans une objectif de cohérence et de complétude. Nous considérons que cet objectif de cohérence et de complétude est mieux atteint en mobilisant ce cadre car ces prémisses peuvent être vérifiées assez facilement comme étant comprises sinon partagées par les humains des terrains étudiés.

1Ce référentiel épistémique permet potentiellement de prendre en compte ou d’imaginer des prémisses variées, contradictoires et antagonistes, dont certaines classées par le chercheur comme « prénotions » (Durkheim), « sens commun », « doxa » et « illusio » (Bourdieu), « préjugés », etc…

Pour accéder maintenant à cet article, cliquer ICI ou sur HAL

Article (B-1) Approche critique et interprétative

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Cet article repose sur l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits (la raison de chacun à propos d’une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qu’il perçoit comme des nécessités de la nature de la chose et de sa propre nature et des prémisses poussées in fine par ses sentiments). La thèse défendue dans cet article (A-3) conduit à privilégier une approche interprétative du terrain sociologique. Notre anthropologie sociologique est celle de E.P. Thompson1 : les gens, même « ordinaires » et opprimés, pensent et peuvent être conduits par la raison, leur raison.

1 E.P. Thomson : « I am seeking to rescue the poor … from the enormous condescension of posterity » dans la préface de The Making of the English Working Class.

L’épistémologie proposée repose sur la première hypothèse que toutes les organisations et toutes les personnes, agents ou non de ces organisations, désirant être et agir avec une certaine cohérence (sous la conduite de la raison, avec des idées et des actes « qui se tiennent ») sont nécessairement inspirées par des énoncés déclaratifs et performatifs1 plus ou moins complexes. Ces énoncés sont posés à priori, implicitement ou explicitement, par ces organisations et personnes et ils sont indémontrables par la logique qu’ils inspirent. Ces énoncés donnent le sens de cette logique, logique nommée parfois « rationalité », « pragmatisme », « efficacité », etc.. Ceci pour insister sur le fait qu’il n’y a pas de rationalité, de pragmatisme, d’efficacité « bonne » en soi.

Cette première hypothèse repose sur des considérations philosophiques mobilisant Spinoza, Popper et Kuhn, Hume, etc développées dans l’article « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose ». Cette hypothèse conduit à adopter à priori l’anthropologie de E.P. Thompson1 pour qui chaque personne pense, qu’elle soit dominée ou dominante, et qu’elle n’est donc pas forcément aliénée2 ou qu’un ventre affamé ou plein.

Notre deuxième hypothèse est que les énoncés inspirant des organisations sont à priori différents des énoncés inspirant les personnes concernées par ces organisations, dont les agents de celles-ci. Aussi, les « accords » entre personnes, entre organisations et personnes et entre organisations3, toutes conduites par des raisons à priori différentes, peuvent aussi bien être obtenus par adhésion ou soumission à un rapport de force ou une violence.

1 E.P. Thomson : « I am seeking to rescue the poor … from the enormous condescension of posterity » dans la préface de The Making of the English Working Class.

2Avec notre approche critique, nulle nécessité de mobiliser « des acteurs sociaux, qui ont besoin de vivre dans l’illusion » comme le reproche B. Latour à la sociologie critique (Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Decouverte (2006) (p 18))

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1En mobilisant John L. Austin (« Quand dire c’est faire »), les énoncés procédant de ce qui est perçu comme nécessité de la nature sont dits déclaratifs, les énoncés poussés par les sentiments, les désirs sont dits « performatifs ».

Article (B-3) Approche « par scénarios plausibles »

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Cet article décrit une approche pour imaginer des histoires, des scénarios « affections → affects humains1 → idées et actions → affections », sur tout sujet, scénarios qui se sont passés ou auraient pu se passer jusqu’à une situation sociale existante ou ayant existé ou qui aurait pu exister, ou scénarios qui pourraient advenir. Dans ces scénarios, la temporalité n’est qu’ordinale (avant, pendant, après) et non cardinale (ni durée, ni datation), sauf à raccrocher des événements avérés à ces scénarios.

Notre approche adapte les propos de P. Ricoeur2 à propos de l’histoire : « l’histoire [le scénario plausible] n’a pas pour ambition de faire revivre, mais de re-composer, de re-constituer, c’est-à-dire de composer, de constituer un enchaînement rétrospectif. L’objectivité de l’histoire [du scénario plausible] consiste précisément .. dans cette ambition d’élaborer des enchaînements de faits au niveau d’une intelligence historienne », avec la précision suivante : les enchaînements de faits comprennent les affects provoqués par des faits, des affections, les faits étant eux soit provoqués par des nécessités ou lois de la nature, soit poussés par les affects des individus et institutions.

Cette approche « par scénarios plausibles » est inspirée de celle de Orléan&Lordon dans leur article « genèse de la monnaie »3. Notre article mobilise cette approche sur huit exemples.

Les articles (B-1) et (B-2)4 sont associés à cet article, le premier en proposant une approche interprétative pour toute étude sociologique, le deuxième en proposant des prémisses fondamentales poussées par les affects (les sentiments) et un référentiel à mobiliser pour toute SHS, prémisses mobilisées dans cet article pour fonder des scénarios. Ces 3 articles (B-1) à (B-3) sont présentés dans l’article (A-4) prise en compte de raisons multiples dans nos approches en SHS.

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1Ex : désir de ., crainte de …, révolte contre ….

2P. Ricoeur « Objectivité et subjectivité en histoire », p. 30

3A. Orléan et F. Lordon « Genèse de l’État et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis» (Juin 2006 http://www.parisschoolofeconomics.com/orlean-andre/depot/publi/Spinoza0612.pdf)

4Article (B-1) Approche critique et interprétative et (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search