Article (C-1-e) Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Cet article (C-1-e) Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste est fondé sur plusieurs articles de notre carnet de recherche : Article (D-6), articles de la rubrique Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles dont il fait partie.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI ou sur HAL

A l’occasion de la publication de l’ouvrage « le choix de la guerre civile, une autre histoire du néolibéralisme »1, cet article propose tout d’abord une brève histoire des discours marxistes sur le Capitalisme : en partant des premiers discours de Marx, il mentionne les discours marxistes prolongeant ses analyses relatives à la valeur, à la plus-value, à son extraction et accaparement. Il souligne ensuite la tendance des marxistes actuels à ne considérer le « néolibéralisme » (le capitalisme actuel) qu’au prisme de l’État et de la sphère politique en général : comme l’ouvrage cité, le manifeste des économistes atterrés montre la même tendance en ne se polarisant que sur la finance vs l’État (et l’Europe) et des ouvrages plus militants comme celui de B. Friot (« vaincre Macron ») ou d’ATTAC (« l’imposture Macron ») illustrent cette même tendance.

Pour résumer, les discours marxistes décrivent et dénoncent ce que permet la puissance du capitaliste (assujettissement des populations et de l’État pour « faire du fric »2) mais ne décrivent ni ne dénoncent les lois et procédés qui lui assurent cette puissance.

En ne considérant que la perspective du Capitaliste de « faire du fric », le chapitre « Genèse et perpétuation du capitalisme » raconte une histoire passée et présente pour montrer que l’État et ses organisations ne sont que des instruments au main de la puissance du Capital, que cet État soit de droite ou de gauche. Il montre également que l’exploitation des travailleurs et l’accaparement de la plus-value n’est qu’une partie de l’accaparement : le principal accaparement est celui, exclusif, des moyens de production et c’est cet accaparement exclusif qui fonde la puissance et le pouvoir du capitaliste autant sur le politique que sur ceux qui n’ont que leur force de travail.

Le chapitre « Sortie du capitalisme » raconte une histoire future possible, une histoire « résolument de gauche »3 puisqu’elle casse l’exclusivité du capitaliste à posséder les moyens de production.

Ces deux histoires reposent en effet sur ce que nous considérons être LA caractéristique principale du capitalisme : les procédés d’appropriation des moyens de production « à but lucratif » par les seuls actionnaires, procédés qui les rendent propriétaires exclusifs de ces moyens quelles que soient leurs contributions à ceux-ci. Ce n’est donc pas la propriété des moyens de production qui est en cause mais l’exclusivité de celle-ci.

Sont annexées à cet article une analyse du manifeste des économistes atterrés et les thèses communes mobilisées dans beaucoup d’articles de notre carnet de recherche, dont celui-ci.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI ou sur HAL

1Pierre Dardot, Haud Guéguen, Christian Laval, Pierre Sauvêtre : « le choix de la guerre civile, une autre histoire du néolibéralisme » (Lux edition, Collection : Futur proche, 328 pages, Parution en Europe : 8 avril 2021

2Comme l’écrit Marx, « Geldmacherei ist das treibende Motiv »

3Nous reprenons l’expression de P. Dardot lors de la présentation de l’ouvrage cité le 13-04-2021.

Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles

Les articles de cette sous-rubrique ne s’attardent que très peu sur le sujet “production et répartition de la richesse produite; plus-value, valeur ajoutée, etc…”, sujet largement traité par tous les économistes, marxistes ou non, à propos de toute organisation économique. Nous souhaitons montrer ce qui fonde vraiment le capitalisme : l’appropriation des moyens de production et donc leur propriété et maîtrise totale par le “capitaliste” . Ce sont les procédés d’appropriation des moyens de production qui sont à discuter en premier lieu, depuis l’accumulation “primitive” selon Marx, en passant par le concept de « responsabilité limitée » (dont Y.N. Harari souligne l’ingéniosité pour le développement du capitalisme) et en considérant tous les procédés que ce concept permet jusqu’à nos jours pour acquérir et maîtriser tous les moyens de production en y misant que bien peu.

Comme nous le montrons dans nos différents articles, ce sont ces procédés qui entraînent la maîtrise d’un rapport salarial de subordination et la concentration des patrimoines en de moins en moins de mains.

Aussi, ceux qui souhaitent changer le capitalisme doivent d’abord remplacer ce concept de “responsabilité limitée” par un concept de “responsabilité et propriété partagées” entre les actionnaires et le collectif de travail, chacun selon sa contribution effective, en rendant ce collectif personne morale et sujet de droit quant à la propriété.

Tous les articles de cette rubrique sont sous Creative Commons BY-SA 4.0. :

Genèse et caractéristiques du capitalisme

Critique des discours actionnarial et marxiste sur les procédés d’acquisition et d’enrichissement

Acquisition des moyens de production

Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés

Causes structurelles d’une croissance économique à tout prix

Les trois jalons caractérisant le capitalisme

Sortir du capitalisme, discussion à partir des propositions de Friot et Lordon

Absence d’analyse marxiste des causes de la puissance du capitaliste

Transition nécessaire pour sortir du capitalisme

 

C-6-D’un populisme à une politique-approche spinoziste

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquez ICI ou sur HAL

Le premier objectif de cet article est de caractériser « populisme », « populisme de gauche », « populisme de droite » et « leader et parti populiste », étant entendu que les « leaders et partis populistes » peuvent embrasser ou récupérer des idées « populistes » de droite comme de gauche.

Par une analyse spinoziste, le deuxième objectif est de montrer qu’un « populisme de droite » peut être mis en œuvre par un « leader » d’un parti populiste, mise en œuvre pouvant aboutir à un régime très autoritaire, sinon dictatorial. Par contre, un « populisme de gauche» ne peut pas être mis en œuvre par un « leader » d’un parti populiste : soit ce leader et ce parti réintègre le jeux démocratique dominant, au grand dam d’une bonne partie de ses sympathisants, en espérant favoriser une « vraie politique de gauche », soit il reste dans une opposition qui est déclinante si elle ne suscite pas un espoir suffisant.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquez ICI ou sur HAL

Article (C-3) Perceptions exprimées et conduites sociales des salariés-question de convictions et de passions

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Cet article fait suite à une thèse1 dont la question principale est :« Diversité des perceptions exprimées et des conduites sociales des salariés: question de convictions et de passions ? ».

Avant de présenter les résultats de cette thèse, il rappelle brièvement le contenu de l’article (B-1) Approche critique et interprétative.

Cette approche a pour intérêt de bien distinguer d’une part les énoncés dominants des organisations, ceux élucidés grâce à une approche critique, et les énoncés de chacun concernés par ces organisations, énoncés, dont les majoritaires, pouvant être différents de ceux dominants2. Cette distinction est primordiale et peut conduire à de nouveaux résultats, dont ceux de ma thèse, résultats fondés sur la dialectique entre ces énoncés bien souvent antagonistes, dialectique certes argumentée ou en action, mais aussi dialectique animée par les affects, dont ceux poussant chacun à trouver « bon » tel énoncé et non tel autre.

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1Référence du document de thèse : NNT : 2017SACLE026 ; thèse soutenue le 27/09/2017

2Avec notre approche, nulle nécessité de mobiliser « des acteurs sociaux, qui ont besoin de vivre dans l’illusion » comme le reproche B. Latour à la sociologie critique (Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Decouverte (2006) (p 18))

Article (C-2) « travail domestique » et petits boulots

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Cet article a pour objet les « petits boulots », dont le travail domestique. Il propose d’abord quelques prémisses préalables, définitions et postulats, servant de repères pour considérer ensuite les perceptions et conduites des gens, ceux qui travaillent, ceux qui les emploient et les bénéficiaires. Une approche critique, puis interprétative et enfin inventive est utilisée. Cet article s’appuie sur les recherches de l’IDHE.S sur les petits boulots et le travail domestique, et considère les questions suivantes : quels énoncés poussent les uns à faire faire ce qu’ils sont en mesure de faire et d’autres à faire pour d’autres ces « petit boulots ».

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Article (C-1-c) Logique financière vs logique productive

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Par une approche critique, cet article analyse les énoncés réglant la subsomption de la logique financière sur la logique de production et MàD de richesses (biens et services), puis il considère la perception de cette subsomption par les salariés (approche interprétative) et il expose enfin d’autres logiques de production (approche inventive).

Les rapports de force qui poussent à maintenir, au mépris de toute justice, des règles d’appropriation des moyens de production totalement favorables aux actionnaires (voir Article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur les procédés d’acquisition et d’enrichissement) sont certainement les mêmes que ceux qui subsument la logique de production et mise à disposition de biens et de services à une logique financière.

En effet, au delà d’une logique de production souvent mise en avant en sociologie du travail, il y a une autre logique, une logique financière qui parasite une logique de production et sa fâcheuse et désagréable lourdeur comme l’écrit Karl Marx.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

article (C-1-b) Acquisition des moyens de production

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

La première caractéristique du capitaliste est son objectif d’accumulation monétaire1. Pour cela, la première chose à faire est l’acquisition des moyens de production (qui sont alors à but lucratif).

La deuxième caractéristique du capitalisme est relatifs aux règles, aux méthodes d’acquisition de ses moyens de production à but lucratif.

Le principe de propriété et les droits qui vont avec, profondément et largement partagés, gravés dans toutes les déclarations de droits de l’homme et dans les constitutions de tous les pays, entraînent la subordination des travailleurs-salariés aux propriétaires.

La première caractéristique conduit à l’exploitation des travailleurs, sujet largement étudié.

La deuxième caractéristique conduit au rapport salarial actuel du fait de la concentration de plus en plus grande des patrimoines, concentration largement constatée sans pour autant considérer les règles d’acquisition qui en sont la cause, comme si elles allaient de soi, naturellement.

L’objectif de cet article est donc de proposer les mêmes règles d’acquisition pour tout bien, dont les moyens de production à but lucratif, à savoir les règles déjà appliquées pour l’acquisition des biens de consommation ou des moyens de production à but non lucratif.

L’application de ces règles aurait pour conséquence un large partage des patrimoines entre actionnaires et collectif de travail et donc un pouvoir de décision tout aussi partagé, bien que toujours attaché aux « droits de propriété2 », dont on ne peut ignorer la force, de tout temps.

Cet article (1-) rappelle tout d’abord les règles d’acquisition des moyens de production à but lucratif3, règles très différentes de celles appliquées pour l’appropriation des autres biens, dont les moyens de production à but non lucratif, puis (2-) en présente quelques grands effets et enfin (3-) propose l’application des mêmes règles d’acquisition pour tout bien, permettant alors à la société-entreprise et aux actionnaires d’être propriétaires des moyens de production (donc dépositaires des droits qui vont avec), chacun au prorata de leur contributions4 respectives à ceux-ci.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1« Geldmachen ist das treibende Motiv » (Marx (« Das Kapital, Band 2, Abschnitt 1, 1.4 Der Gesamtkreislauf»)

2Wikipedia : Le droit de propriété est défini par le Code civil français comme : «le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par la loi ou les règlements» ((Art 544 du CC). Il s’agit d’un droit naturel garanti par la Constitution. Il figure dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 comme l’un des quatre « droits naturels et imprescriptibles de l’homme ».

3Voir l’article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur les procédés d’acquisition et d’enrichissement

4 « En biens ou en industrie » selon l’article 1832 du Code civil.

article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur les procédés d’acquisition et d’enrichissement

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

La première caractéristique du capitaliste est son objectif d’accumulation monétaire1. Pour cela, la première chose à faire est l’acquisition des moyens de production (qui sont alors à but lucratif).

La deuxième caractéristique du capitalisme sont les règles, les méthodes d’acquisition de ses moyens de production à but lucratif dont nous avons présenté les conséquences en introduction.

La première caractéristique pousse à l’exploitation des travailleurs, sujet largement étudié.

La deuxième caractéristique conduit à la concentration de plus en plus grande des patrimoines, concentration largement constatée sans pour autant considérer les règles d’acquisition qui en sont la cause, comme si elles allaient de soi. Cette caractéristique2 assure également le monopole de l’acquisition aux actionnaires et donc le rapport salarial de subordination aux actionnaires, rapport qui facilite grandement l’exploitation des salariés.

F. Lordon n’écrit pas autre chose3 : « La démocratie bourgeoise est ce régime où l’on peut parler de tout à l’exception de ce qui assoit le pouvoir social de la bourgeoisie — à savoir, en dernière instance, la propriété privée des moyens de production, et la forme particulière d’enrôlement qu’elle détermine : le salariat.

Au regard de cet article, nous complétons cette affirmation par d’autres affirmations pour montrer l’aporie des discours actuels, y compris marxistes, et fonder nos propositions d’évolution :

(1-) « ce qui assoit le pouvoir social de la bourgeoisie », c’est « la propriété privée des moyens de production »,

(2-) ce qui fonde actuellement cette propriété, c’est la soi-disante contribution à ces moyens des propriétaires- capitalistes, d’eux seuls, et l’occultation complète de la contribution du collectif de travail de l’entreprise d’où le monopole de l’acquisition par le capitaliste.

(3-) la forme particulière d’enrôlement déterminé par le capitaliste, du fait de sa propriété exclusive des moyens de production, est le salariat.

(4-) la prise en compte de toutes les contributions conduit à l’acquisition majoritaire des moyens de production par le collectif de travail ce qui lui permettra de déterminer d’autres formes d’enrôlement que le salariat actuel.

C’est l’objet de cet article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur des procédés d’acquisition et d’enrichissement que de présenter les procédés actuels d’acquisition, de discuter les discours, très proches, actionnarial et marxistes sur ces procédés et l’impact de tout cela sur les évolutions à venir, l’objet de l’article (C-1-b) Acquisition des moyens de production étant un rapide rappel des règles d’acquisition et surtout une proposition d’évolution, et l’objet de l’article (C-1-c) Logique financière vs logique productive étant de bien caractériser dans les process de production la logique de production et la logique financière.

Plus précisément, cet article (1-) distingue les deux parties prenantes de cette production lorsqu’elle est à but lucratif, à savoir les actionnaires et le collectif de travail de l’entreprise, (2-) distingue les « moyens de production » et les « biens et services » produits et mis à disposition grâce à ces moyens, (3-) présente quelques procédés d’acquisition montrant la maigre contribution de l’actionnaire pourtant seul propriétaire, (4-) explicite l’artifice juridique permettant cela, (5-) discute quelques discours quant à la rentabilité du capital, (6-) discute quelques écrits de Marx et de marxistes pour montrer l’aporie de leurs discours quant aux règles d’acquisition des moyens de production et au rôle du collectif de travail, (7-) considère des évolutions proposées4 au regard de tous ces écrits et de notre analyse.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1« Geldmachen ist das treibende Motiv » (Marx (« Das Kapital, Band 2, Abschnitt 1, 1.4 Der Gesamtkreislauf»)

2Explicitée également dans l’article (C-1-0) caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

3F. Lordon, blog « pompe à phynance », article « Chili 73 » du 10/09/20

4Propositions de T. Piketty, B. Friot, F. Lordon

article (C-1-1) Genèse et caractéristiques du capitalisme

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Dans cet article (C-1-1), en mobilisant les écrits de Marx sur l’accumulation « primitive » (ou « initiale ») ainsi que les écrits de R. Luxemburg, H. Arendt, et des féministes historiennes et philosophes comme Silvia Federici, Tithi Bhattacharya1, etc…. sur le même sujet, nous montrons que les procédés confiscatoires du capitalisme initiés lors de l’accumulation primitive sont continuellement en œuvre dans le capitalisme actuel. Ces procédés peuvent se décliner en trois circuits qui fondent le capitalisme actuel : (1-) circuit de production des biens et des services générant la plus-value, (2-) circuit de production et de reproduction de la force de travail, (3-) circuit de production et de reproduction des moyens de production. Les 2.ième et 3.ième circuits on trait à la production et à la reproduction des moyens de production, qu’ils soit humains et sociétaux (moyens de production de la force de travail) ou matériels (locaux, machines). Le « bon » fonctionnement du circuit principal, celui générant la plus-value, est lié aux procédés confiscatoires similaires de ces deux circuits relatifs à tous les moyens de production.

Marx n’a vraiment étudié que le premier circuit, celui de la création de la valeur ajoutée. Il évoque mais sans l’étudier le deuxième. Il résume le troisième aux détours de ses analyses du premier circuit en écrivant à maintes reprises que ce n’est que le capitaliste qui avance une partie de sa fortune pour acheter les machines, payer la matière première et les salaires2.

1Karl Marx (Le Capital, Livre I, chap 24) ; R. Luxemburg ( L’accumulation du Capital ) ; H. Arendt ( La condition de l’homme moderne ) ; Silvia Federici (Caliban and the Witch : Women, Body and Primitive Accumulation) ; Tithi Bhattacharya (Avant 8 heures, après 17 heures ).

2Voir article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur les procédés d’acquisition et d’enrichissement et article sur wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Acquisition_marchande_des_biens_et_des_moyens_de_production

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search