Actualité et réflexions en cours

Actualisations en fin avril 2024

Article (C-1-r) Dialectique capital-travail, impasse pour changer le capitalisme

Article (d-h) Justice distributive et droits d’acquérir et de propriété

Article (D-i) casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

Article (C-1-q) Permanence de l’appropriation initiale sans scrupules

Article (C-1-p) Pour un total respect de la propriété, collectif des salariés actionnaire selon sa contribution aux moyens de production

Article (D-k) Trois valorisations et prévention des crises

Article (D-j) analyse-critique-de-quelques-concepts-de-Marx-et-de-leur-utilisation-actuelle

Article (C-1-s) Dans le CAC 40 qui possède et profite le plus sans payer

article (C-5) Trois énoncés moraux déterminants

Actualisation du 23 octobre 2023

Cette actualisation touche principalement les articles de la rubrique Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles

Cette mise à jour est motivée par la prise en compte des éléments argumentaires suivants :

(1-) Le bilan comptable, présentant très clairement la contribution de l’actionnaire (le « capital social ») et celle du collectif de salariés (tout le reste) aux « actifs » de l’entreprise (à ses moyens de production), et montrant donc que l’actionnaire est propriétaire de tout bien qu’il mise très peu et que le collectif de salariés finance presque tout, tout en étant propriétaire de rien, car il n’est pas sujet de droit.

(2-) L’existence possible depuis 1917 de sociétés anonymes de production ouvrières (SAPO) dans lesquelles le collectif de salariés est sujet de droit et propriétaire collectif de quelques actions, mais sans que cette attribution d’actions soit conforme à à leur contribution que montre le bilan,

(3-) Le biais épistémique de la dialectique « capital – travail ». Notre principale critique à cette dialectique est qu’elle associe quelque chose de tangible, le capital, à un process qui n’existe que lorsqu’il est en cours, le travail. Dans tous nos articles, à propos des moyens de production, nous utilisons la dialectique « capital » – « part du produit du travail consacrée aux moyens de production », part que le bilan comptable permet d’évaluer.

Actualisation en début juillet 2023

Cette actualisation a uniquement trait à la raison, à la vérité, en croisant la Raison selon Spinoza et d’autres philosophes comme Wittgenstein avec la raison « ordinaire » de chacun, raison poussée par ses affects, certes imparfaite, toujours discutable, mais dont il faut prendre acte dans tout sujet de SHS.

Cette mise en perspective est faite à l’aune des concepts de « notions communes » de Spinoza et des 7 axiomes de la première partie de l’Éthique, mais également en mobilisant les concepts de « langage ordinaire » et de « jeux de langage » de Wittgenstein.

Deux nouveaux articles sont mis en ligne :

Article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer

Cet article analyse les approches de F. Alquié et M.A. Gleizer à propos de la raison et du « vrai » chez Spinoza, en tenant compte des 7 axiomes de E1 et de nos thèses.

article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire

Cet article discute les approches de Wittgenstein et de Peirce au regard de nos thèses déduites de notre lecture de Spinoza et esquisse une philosophie de la « raison ordinaire » se substituant à la philosophie du « langage ordinaire ».

Ces deux nouveaux articles complètent l’article (D-2) epistemologie ordinaire et émotions épistémiques au prisme de Spinoza qui traite de la raison « ordinaire » de chacun dont il faut prendre acte dans tout sujet de SHS.

Ces trois articles prennent en compte l’article (A-1) Critique de la Raison chez Spinoza et raisons multiples à propos d’une chose, qui analyse la raison de Spinoza au prisme des « notions communes » et des 7 axiomes de la première partie de l’Éthique et conclut qu’à propos d’une chose, chacun peut avoir sa raison.

Rappel : les prémisses de la raison de chacun à propos d’une chose sont analysées dans notre article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS.

Pour mémoire, quatre nouveaux articles avaient été mis en ligne en février 2023

(1-) Article (C-0) qui paye et qui s’approprie les moyens de production

Cet article résume en deux chapitres notre approche des activités économiques « au prisme des moyens de production ».

Il mentionne une structure juridique, la société anonyme à participation ouvrière (SAPO) (lois du 26/04/1917, modifiée par la loi n° 77-748 du 8 juillet 1977) dans laquelle le collectif de salariés est sujet de droit et possède collectivement des actions de l’entreprise. Cette structure juridique est mobilisée dans toutes nos propositions.

(2-) article (C-1-o) lecture critique des Principes d’economie politique (Charles Gide, 1931)

Cet article interroge l’ouvrage majeur de Charles Gide (1931) Principes d’économie politique, en posant simplement deux questions : Qui paye et qui s’approprie les moyens de production.

(3-) Article (C-1-m) analyse de projets de propriété collective du capital par les salariés

and in english: Article (C-1-m) analysis of employee collective ownership projects

Cet article analyse les projets de propriété d’une fraction des actions par le collectif de salariés, projet mis en œuvre en Suède et envisagé en UK et USA.

La mise en œuvre juridique est très proche de ce que nous proposons dans nos articles de la rubrique Sortir du capitalisme (au prisme des moyens de production) de notre carnet L’économie au prisme des moyens de production .

Malheureusement, ces projets sont fondés sur des énoncés moraux (justice sociale, solidarité), qui les rendent très fragiles en face des droits fondamentaux de propriété, alors que nos propositions, juridiquement très similaires, s’appuient sur les droits de propriété du collectif de salariés, droits mérités grâce à leur forte contribution aux investissements, aux moyens de production.

(4-) article (C-1-n) remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Cet article analyse un article de J.F. Spitz opposant “la droite conservatrice”, pour laquelle “l’égalité des droits” est suffisante, car chacun doit se prendre en charge, et la gauche, pour laquelle cette égalité est insuffisante : des mesures de justice sociale et de solidarité doivent être mises en œuvre pour ceux qui n’ont que leurs forces de travail à proposer.

Notre principale critique repose sur le simple constat qu’il n’y pas “égalité des droits” (ce qu’admet J.F. Spitz tout en disant que c’est insuffisant), en particulier des droits de propriété : comme le montre tous nos articles de la rubrique Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production , le capitaliste a l’exclusivité d’appropriation des moyens de production, alors qu’il y contribue beaucoup moins que le collectif de salariés avec sa force de travail.

Les articles suivants ont été modifiés :

article (C-1-f) transition necessaire pour sortir du capitalisme

et

article (C-1-b) Actionnaires et entreprise propriétaires des moyens de production selon leur contribution

Dans ces deux articles, la mise en oeuvre de nos propositions pour que le collectif de salariés soit, au même titre que les actionnaires, propriétaire des moyens de production au prorata de sa contribution à ceux-ci, est beaucoup plus claire et montre que ces propositions ne provoquent, par elles-mêmes, aucune rupture.

Article (D-9) trois processus sociaux universels déterminants

Suite aux séminaires à Sorbonne Paris 1 suivis (Théorie critique de la race et master genre), d’autres auteurs sont mobilisés dans notre article, notamment Paola Talbet pour qui la reproduction humaine est à considérer comme un processus social, Sally Haslanger qui préconise  « Une analyse socio-constructiviste de la race » et enfin Michael Hardimon.

Enfin, de nombreux articles de nos rubriques Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles et discussions-dautres-approches-et-sujets ont été mis à jour.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search