Article (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Depuis longtemps, les Raisons ou modèles, les édifices logiques d’idées ayant trait à des choses de la nature (sciences « dures ») sont multiples, imparfaits comme le montrent les travaux de Popper et Kuhn. Depuis le 19. siècle, on sait qu’il en est de même en mathématique et depuis Gödel on sait également qu’il est impossible de concevoir une mathématique parfaitement cohérente et complète.

La Raison de Spinoza, correspondant à l’entendement du 2. genre, procède d’une approche démonstrative, axiomatique déductive pour discerner le vrai du faux. C’est une raison « géométrique ». Néanmoins pour Spinoza, particulièrement dans E4, elle est unique et permet même de juger ce qui est bon ou mauvais pour tous ceux sous sa conduite. Avec cette Raison forcément commune, ce qui est bon pour un homme est alors bon pour tout homme, ce qui conduit de fait à un comportement social fondé sur le soucis du bien commun, de la justice, du secours mutuel, car favoriser le bien commun favoriserait également son propre bien, sa puissance d’être.

De nos jours, il est courant de parler de LA Raison, de lier Raison avec objectivité et idées-croyances avec subjectivité. Cet article montre qu’à propos de toute chose, chacun est susceptible d’avoir sa raison et que donc, à propos d’une chose, il peut exister de multiples raisons, comme dans les sciences dite exactes.

Suite à cette argumentation, les Raisons multiples sont positionnées ainsi dans le cadre d’une philosophie spinoziste :

des 2 modes de l’attribut Pensée, sentiments et Raisons (entendement), le mode affect est primordial et les Raisons, à propos de l’entendement de toute chose de la nature et/ou humaine, sont des choses désirées ou craintes ou non selon notre ingenium. A propos d’une chose, la Raison de chacun est fondée sur des prémisses poussées par ses sentiments1 (sentiments sédimentés de son ingenium et sentiments procédant d’affections immédiates ou de celles liées à l’imitation des affects et à la puissance de la multitude) et par ce que son conatus perçoit comme des « nécessités de la nature »2 de la chose, mais aussi celles de sa nature.

A propos d’une chose les Raisons sont donc multiples, chacune étant un édifice d’idées qui se tient3 assez pour discerner le vrai du faux et chacune caractérisée par ses prémisses et son arithmétique. Les prémisses d’une raison peuvent correspondre à des paradigmes incommensurables pour une autre raison à propos de cette même chose (Kuhn). Le « vrai » et le « faux », le « bon » et le « mauvais » ne peut être considéré que dans le cadre d’une Raison particulière pouvant être partagée .. pour toute sortes de raisons, dont l’imitation des affects et la puissance de la multitude.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

1En mobilisant John L. Austin (« Quand dire c’est faire »), les énoncés procédant de ce qui est perçu comme nécessité de la nature sont dits déclaratifs, les énoncés poussés par les sentiments, les désirs sont dits « performatifs ». Certaines prémisses peuvent être poussées par des sentiments très intenses au point d’être perçues, par celui qui éprouvent ces sentiments, comme nécessités de sa nature. Elles sont alors autant déclaratives (des « évidences ») que performatives.

2Voir Annexe de cet article : de « nécessités de sa nature » à lois « naturelles » et civiles

3A savoir des idées cohérentes entre elles et assez complètes (Cohérence et complétude de Frege)

Article (A-4) prise en compte de raisons multiples dans nos approches en SHS

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Cet article (A-4) résume les thèses défendues dans les articles (A-1) à (A-3) puis les mobilise pour présenter nos approches de toute recherche en SHS à savoir (1-) une approche critique et interprétative, fondamentalement abductive (article (B-1)), (2-) un référentiel de prémisses ainsi que les énoncés dans ce référentiel de quelques prémisses déterminantes sur lesquelles sont fondées les vies des personnes et des institutions ( article (B-2)) et (3-) une approche « par scénarios plausibles » mêlant raisons et affects pour expliquer une situation actuelle ou imaginer des situations futures (article (B-3)).

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses écrits

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Après une lecture « critique géométrique » de l’Éthique à propos de la raison, cet article (A-3) pose la thèse de raisons multiples à propos de toute chose, applique ensuite cette thèse à différents concepts développés par Spinoza en reprenant ses écrits et enfin souligne les désirs de Spinoza qui ont profondément poussé ses écrits.

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI ou sur HAL

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search