Article (C-5) Trois énoncés moraux déterminants

Cet article (C-5) Trois énoncés moraux déterminants est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder immédiatement à cet article, cliquez ICI.

Par définition, les énoncés moraux règlent les mœurs, les relations entre les personnes physiques et/ou morales (thèse (0-)). D’après notre thèse (5-), ces énoncés sont moins déterminants que ceux relatifs aux « nécessités de la nature et de sa nature », à « l’appartenance », aux « droits fondamentaux » et au « sacré ».

Toutefois, les visées relatives à ces autres énoncés, quels qu’ils soient, ne peuvent être approchées ou atteintes que dans le cadre d’une intersubjectivité tenant compte de la raison de chacun (thèse (4-)) et de la mise en œuvre de relations fondées sur des énoncés moraux, quels qu’ils soient.

Parmi tous les énoncés moraux possibles, notre thèse (5-) en retient trois déterminants, sorte d’énoncés types réglant les relations humaines : « chacun pour moi », « chacun pour soi », « cohésion-solidarité ».

Ces énoncés moraux réglant les relations humaines sont complétés par d’autres énoncés moraux réglant la répartition des « richesses » de toute sorte (économique, sociale, symbolique, etc..), liste non exhaustive : égalité, « à chacun selon ses besoins », justice sociale selon J. Rawls ou J.S. Mills, « à chacun selon son mérite contributif ou élitiste » et plus généralement distinctions sociales fondées sur l’utilité commune selon l’article 1 de la DUDHC de 1789.

Bien entendu, les trois énoncés moraux déterminants (« chacun pour moi », « chacun pour soi », « cohésion-solidarité ») existent de manière plus ou moins prononcée et selon les circonstances chez les individus. Nous en prenons acte sans nous étendre sur le sujet.

En effet, l’objectif de notre article est de montrer que ces trois énoncés existent également dans des institutions et organisations, exemples :

(1-) « chacun pour moi » est un énoncé caractérisant le capitalisme, les relations entre les actionnaires et le collectif de salariés de l’entreprise, et les rapports de force entre possédants,

(2-) « chacun pour soi », souvent associé à «  mérite contributif ou élitiste », est un énoncé caractérisant le libéralisme politique,

(3-) « cohésion-solidarité », souvent associé à « justice sociale » ou « à chacun selon ses besoins », est un énoncé inspirant une majorité de personnes physiques et également la plupart des spiritualités et religions, car c’est celui perçu le plus adéquat pour une vie bonne avec d’autres.

Notre article montre également que le « chacun pour moi » institutionnalisé nécessite le non respect des droits fondamentaux (« Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. » selon l’article 2 de la DUDHC de 1789) ou du droit préalable à ces droits fondamentaux : être sujet de droit (art 1 de la DUDHC de 1789). Il est, en effet, impossible, légalement, de se prévaloir d’un droit, même « mérité », si on n’est pas d’abord un sujet de droit.

Cet article montre enfin les mesures nécessaires pour assurer la domination de ces énoncés :

(1-) « chacun pour moi » suppose la mise en œuvre d’une domination offensive, organisée, s’appuyant sur les droits fondamentaux ET la non existence juridique de personnes physiques et morales, principales victimes, car ne pouvant pas se prévaloir de ces droits,

(2-) « chacun pour soi » suppose la mise en œuvre permanente de mesures défensives contre des des velléités permanentes de dominations, mais au moins dans le cadre d’un État de droit libéral dans lequel les personnes sont toutes supposées être sujets de droit,

(3-) « cohésion-solidarité » suppose un fort État de droit (droits fondamentaux complétés par des lois sociales) et la mise en œuvre permanente de procédures empêchant tout égoïsme (ex : corporatismes, dans les activités économiques et financières).

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-k) Trois valorisations et prévention des crises

Cet article (D-k) Trois valorisations et prévention des crises est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Le désir d’écrire cet article est provoqué par la lecture de l’ouvrage de A. Orléan (l’empire de la valeur Seuil, La Couleur des idées ( 20/10/2011)) et d’articles analysant cet ouvrage.

À l’instar de A. Orléan, cet article adopte une approche spinoziste et prend donc acte que la personne, dont sa raison, est profondément poussée par ses affects (thèses 0 et 2), y compris dans son évaluation des choses. Nous adhérons donc à l’approche de A. Orléan.

Par contre, nous ne rejetons aucune valorisation : nous considérons les trois valorisations en utilisant la même approche, puis nous replaçons chacune dans la sphère-activité dans laquelle elle semble avoir été définie : (1-) sphère-activité de production et de distribution, (2-) sphère-activité de l’échange marchand pour utilisation ou consommation, (3-) sphère-activité échange marchand pour spéculation (sphère financière).

Ensuite, nous expliquons les causes structurelles permettant aux affects de se manifester presque sans entrave dans la sphère financière, alors qu’ils semblent plus maîtrisés dans les deux autres.

Enfin, nous proposons une évolution, fondée sur le strict respect de la propriété, dont l’étape « acquisition initiale », pour que le « rappel au réel », dans la sphère financière, soit beaucoup plus présent afin de minimiser l’occurrence des crises, quels que soient les affects de certains.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-j) analyse critique de quelques concepts de Marx et de leur utilisation actuelle

Pour accéder immédiatement à cet article, cliquez ICI.

Le désir d’écrire cet article est poussé par la parution d’un article de Stephen Bouquin (« Pour éviter le désastre : défendre le « travail vivant » et le bien commun ») et d’un ouvrage d’Emmanuel Renault (« abolir l’exploitation ») au titre plutôt militant et programmatique, mais qui, néanmoins, ne proposent pas grand-chose de consistant pour changer les choses (« éviter le désastre » pour l’un et « abolir l’exploitation » pour l’autre) en commençant par le début, à savoir en partant de la situation actuelle.

Ils font abondamment référence à Marx et à ses concepts, en particulier pour montrer sa clairvoyance anticipatrice sur l’écologie, le patriarcat, etc.. etc.

Nous nous étendons non sur les dénonciations que ces écrits font des réalités économiques (elles sont très pertinentes), mais sur leurs références obligées à Marx, et les concepts qu’ils mobilisent, ex: travail « concret » ou « abstrait », travail « vivant » ou « mort », « exploitation », dialectique « capital-travail », « capital », « capitaliste », etc.

Nous proposons tout d’abord une lecture critique de passages du Le Capital 1 mobilisant les concepts cités ci-dessus au regard du fonctionnement actuel de l’économie et, si nécessaire, au regard des concepts que nous mettons en avant dans tous nos articles, à savoir : « collectif de salariés », « acquisition initiale » et des deux autres circuits du capitalisme (production et reproduction (1-) de la force de travail et (2-) des moyens de production.).

Nous proposons ensuite, dans la thèse de Ulysse Lojkine (« définir l’exploitation »), dans l’article de Stephen Bouquin et l’ouvrage d’Emmanuel Renault, une analyse critique de l’usage de ces concepts marxistes pour considérer les problématiques actuelles, problématiques économiques mais aussi de nouvelles, celles relatives à la nature, au patriarcat, à la race, etc….

En bref, cet article souligne que certains concepts de Marx étaient adéquats pour appréhender et dénoncer les activités capitalistes de son époque, le sont moins aujourd’hui et le sont encore moins pour appréhender des sujets comme l’écologie, les biens communs, les questions de patriarcat et de race dans l’économie capitaliste. Pour ces sujets là, d’autres concepts, plus récents et appropriés, sont aussi à mobiliser.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI.

Article (D-i) casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

Cet article (D-i) casser le capitalisme avec les libertariens et Locke est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Mobiliser les libertariens pour « casser » le capitalisme peut paraître surprenant. Nous les mobilisons pour deux raisons :

(1-) les libertariens sont des ardents défenseurs de la propriété privée, jusqu’à justifier un « État minimal » dont les fonctions seraient uniquement de protéger contre la violence et contre toute atteinte aux droits d’acquisition, dont l’acquisition initiale, et de propriété ;

(2-) tous nos articles de notre carnet de recherche L’économie au prisme des moyens de production montrent que la caractéristique du capitalisme est l’exclusivité d’acquisition des moyens de production par les actionnaires, quelle que soit leur contribution à ceux-ci.

Cette exclusivité viole les trois principes édictés par les libertariens en général et R. Nozick en particulier, dont le premier, sur l’acquisition, déterminant qui est l’acquéreur légitime de biens et des ressources.

Pour montrer cette violation, cet article considère trois outils financiers, analysés dans les autres articles de notre carnet, au regard de ces trois principes : (a-) l’effet de levier, (b-) le rachat d’actions, (c-) le bilan comptable.

Mais auparavant, nous rappelons la vision de Marx sur l’acquisition et la propriété des moyens de production, puis les visions des libertariens et de Locke sur ces mêmes sujets.

En conclusion, nous soulignons des contradictions des libertariens : ils dénoncent le moindre « État providence » tout en étant indifférents aux violations permanentes des trois principes relatifs à l’acquisition et à la propriété que devrait défendre son « État minimal », dont le premier sur l’acquisition, par les actionnaires de toute société anonyme dite à « responsabilité limitée ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (d-h) Justice distributive et droits d’acquérir et de propriété

Cet article (d-h) Justice distributive et droits d’acquérir et de propriété est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Notre article adopte une approche empirique de la « justice distributive » afin d’aborder les questions suivantes : (1-) quels critères de distribution souhaitent les gens, (2-) de fait, qui les décident, (3-) de quels pouvoirs disposent-ils pour décider ?

Notre article considère rapidement la « redistribution » et s’attache à analyser les « rétributions vs contributions », en se limitant aux activités économiques.Il prend en compte non seulement les biens et les services, mais également leurs moyens de production. En effet, ces moyens de production légitiment la rétribution de ceux qui les possèdent, mais également le pouvoir de ces propriétaires de déterminer les rétributions des autres, donc de déterminer la « justice distributive ».

Enfin, cet article remet en cause le pouvoir et les prérogatives des propriétaires des moyens de production non pas au regard d’énoncés moraux plus vertueux ou idéals, mais au nom du respect des règles d’appropriation « au mérite » des moyens de production. En effet, à ce jour, les actionnaires ont l’exclusivité d’appropriation des moyens de production, alors même qu’ils n’y contribuent que très peu : le collectif de salariés, qui y contribue énormément, ne peut pas en revendiquer la propriété, car il n’est pas sujet de droit.

La justice distributive est d’abord subordonnée au droit ou non d’acquérir « au mérite » les moyens de production, droit permettant ensuite d’avoir des droits de propriété, droits permettant enfin d’imposer des critères à la « justice distributive », en particulier envers ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer. De nos jours cette « justice » est déterminée par une minorité de propriétaires des moyens de production. Rien à voir avec l’idéal rawlsien.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire

Cet article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Le titre de cet article renvoie à la « philosophie du langage ordinaire » et à un de ses concepts clé, les « jeux de langage », concept que nous analysons avec notre concept de « raison ordinaire » ou « logique ordinaire » permettant de se prémunir du « préjugé de la pureté cristalline » de la logique que dénonce Wittgenstein1.

Cette analyse est faite en mobilisant nos thèses établies à partir de notre lecture de Spinoza et qui constituent notre référentiel épistémique pour aborder de nombreux sujets de sciences humaines en se fondant donc sur une « philosophie pratique »2 mobilisant Spinoza. Ces thèses sont établies et présentées dans nos articles Prémisses fondamentales pour toute SHS et Thèses communes pour toute SHS.

À partir des articles cités et de nos thèses, le présent article développe, dans une première partie, les concepts clés suivants : « vrai » extrinsèque et intrinsèque, nécessités de la nature, savoir et scientificité, croyance, intuition, imagination. Ces concepts permettent de prendre acte que les raisons et les logiques sont de toute sorte, difficiles à qualifier ou non d’« ordinaires ».

Ensuite, dans une deuxième partie et à partir de ces concepts posés, cet article discute l’approche philosophique mobilisant les concepts de « langage ordinaire » et de « jeux de langage », au regard de ce qu’ils permettent d’exprimer, à savoir des raisons et des logiques de toute sorte, « ordinaires » ou non.

Enfin, les « raisons ou logiques ordinaires » ainsi établies étant exprimées par des gens à priori « ordinaires », le dernier chapitre analyse l’usage et l’évolution de leur langue et langage à priori « ordinaire » pour « mieux » exprimer leurs « raisons ou logiques ordinaires ».

Cette deuxième partie mobilise beaucoup Ch. Chauviré pour aborder plus facilement Wittgenstein. Dans certains des articles cités, Ch. Chauviré associe Wittgenstein et Peirce3. Cela nous conduit, dans l’annexe raison « ordinaire » ou « vague » ou « de vivre », à considérer rapidement Peirce au regard de nos thèses.

La thèse principale qui sous-tend notre article est que les « raisons ou logiques ordinaires » déterminent le « langage ordinaire », et non l’inverse, de même qu’elles déterminent toutes les autres activités et « formes de vie »4. Ainsi, nous substituons une philosophie de la « raison ou logique ordinaire » à une philosophie « du langage ordinaire ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

1Wittgenstein : Investigations philosophiques, 107-108

2Deleuze : Spinoza philosophie pratique (Edition de minuit, 1981)

3Notamment dans Peirce et la signification(1995) et Rorty lecteur de Peirce et Wittgenstein (Sur un article de jeunesse de Rorty) Dans Revue française d’études américaines 2010/2 (n° 124)

4« Le mot «jeu de langage» doit faire ressortir ici que le parler du langage fait partie d’une activité ou d’une forme de vie » (Wittgenstein, Ibid).

Article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer

Cet article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Les analyses des problématiques titres (connaissance vérité certitude chez Spinoza) présentées dans cet article mobilisent principalement deux auteurs, F. Alquié1 et M. A. Gleizer2 3, du fait de la pertinence et de la richesse de leurs apports pour nous éclairer sur la raison, la vérité, chez Spinoza.

Toutefois, ces analyses sont faites dans le cadre de nos thèses établies à partir de notre propre lecture de Spinoza et qui constituent notre référentiel épistémologique pour aborder de nombreux sujets de sciences humaines en se fondant donc sur une « philosophie pratique »4 mobilisant Spinoza. Ces thèses sont établies et présentées dans nos deux articles Prémisses fondamentales pour toute SHS et Thèses communes pour toute SHS.

Ces deux articles, exposant nos thèses, mobilisent nos deux articles fondateurs à propos de la raison chez Spinoza : Critique de la Raison chez Spinoza et raisons multiples à propos d’une chose et Introduction de raisons multiples dans les écrits de Spinoza.

À partir de ces deux articles, de nos thèses, des 7 axiomes de E1 et des « notions communes », et des analyses de F. Alquié et M.A. Gleizer, notre article développe les quelques concepts clés suivants : nécessités de la nature, savoir et scientificité, croyance, intuition, imagination.

Remarque : De F. Alquié et M.A. Gleizer nous mobilisons surtout deux grands sujets traités par ceux-ci : (1-) les deux aspects complémentaires du concept de vérité que sont l’adaequatio et la convenientia (« L’idée vraie, pour être pleinement vraie, doit satisfaire à une double condition : être adéquate (cohérente) et s’accorder avec son objet ») surtout traité par M.A. Gleizer5, (2-) les quatre genres de connaissances (par « expérience vague », premier au troisième genre6), surtout traité par F. Alquié.

Il analyse ensuite les conditions de partage d’une connaissance.

Enfin, cet article ébauche une analyse l’Éthique de Spinoza au prisme des notions communes et des 7 axiomes de E1.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI.

1Alquié, F., Le Rationalisme de Spinoza, PUF, col. Épiméthée, Paris, 1981 ; chap 12. connaissance et expérience, chap 13. connaissance et vérité, chap 14 la science intuitive

2M. A. Gleizer, « Remarques sur le problème de la vérité chez Spinoza », Philonsorbonne [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 03/02/2013 :

3M. A. Gleizer, Landim Filho (Raul), « Préface », Vérité et Certitude chez Spinoza, Classiques Garnier, p. 11-16

4Deleuze : Spinoza philosophie pratique (Edition de minuit, 1981)

5M. A. Gleizer, « Remarques sur le problème de la vérité chez Spinoza », Philonsorbonne [En ligne], 5 | 2011, 03/02/2013

6Spinoza E2-P40 scolie 2

Article (C-1-n) remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Cet article mobilise le riche article « L’histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité » de Jean-Fabien Spitz publié pour la première fois le 20 octobre 2022 dans le quotidien AOC (Analyse Opinion Critique), en ajoutant des remarques aux sept extraits cités.

Toutes ces remarques se rapportent à « l’égalité des droits » que « la droite conservatrice » trouve suffisante et que J-F Spitz trouve insuffisante pour répondre aux légitimes aspirations d’émancipation de tous. Dans notre article, nous considérons que les droits concernés par cette égalité sont les droits fondamentaux garantis par les droits de l’homme et maintes constitutions.

A propos de la propriété, nous disons que cette égalité n’existe ni en droit, ni dans les faits, au contraire de ce qui est admis aussi bien par « la droite conservatrice » que par J-F Spitz. Lorsqu’il s’agit d’acquérir des moyens de production, le collectif de salariés, plus gros contributeurs, et de loin, de ces moyens, ne peut en être propriétaire au prorata de sa contribution car il n’existe pas juridiquement : il n’est pas sujet de droit. L’actionnaire, alors qu’il n’a misé que très peu pour « limiter » son risque, est le propriétaire exclusif, et ce grâce aux lois sur la « responsabilité limitée » des années 1860.

La moindre des revendications, aussi bien de « la droite conservatrice » que de la gauche serait donc d’affirmer et de militer pour cette égalité quant aux droits de propriété avant de débattre de la suffisance ou non de cette égalité plus complète.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI

Article (C-1-m) analysis of employee collective ownership projects

To directly read this article, click HERE

Our article is based in particular on Article Work, Justice, and Collective Capital Institutions: Revisiting Rudolf Meidner and the Case for Wage-Earner Funds, a summary of which is attached.

Our article provides a critical analysis of the Swedish experience in the 1970s and 1980s of granting collective ownership of a fraction of a company’s capital to its employees.

It first presents the original trade union proposal, inspired by the economist Rudolf Meidner, its evolution and its implementation by the social democratic government. It also presents the variants proposed in the UK and the US in years 2019 and 2020.

It then analyses and criticizes the arguments and foundations of these proposals (arguments mobilizing moral statements), whose weakness, regarding the fundamental right of property, largely explains their rejection and abandonment as soon as the political majority changed.

Finally, by using the same legal solutions (the collective of employees is subject of law and collective owner of shares), our article proposes an argumentation and a much more solid basis to legitimize this collective ownership of employees: their effective contribution to the investment and to the means of production give them the right to be collective owners, in the same way as the shareholders because of their contribution named “social capital”.

To now read this article, click HERE

Article (C-1-0) caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

La première caractéristique attribuée au capitalisme est son objectif d’accumulation monétairei, objectif nécessitant la propriété des moyens de production « à but lucratif ».

La deuxième caractéristique du capitalisme mise en avant est le rapport salarialii : subordination de ceux n’ayant que leur force de travail à ceux qui possèdent les moyens de production.

Pour nous, cette deuxième caractéristique n’est que la cause immédiate d’une caractéristique plus fondamentale : le monopole d’acquisition par l’actionnaire des moyens de production à but lucratif. Quelle que soit la contribution effective de l’actionnaire et de l’entreprise aux moyens de production, seul l’actionnaire peut en être propriétaire car l’entreprise n’est pas sujet de droit : juridiquement, elle n’est rien et ne peut donc rien posséder, malgré sa contribution.1.

Ce monopole d’acquisition par l’actionnaireiii des moyens de production à but lucratif est pour nous LA deuxième caractéristique.C’est ce monopole d’acquisition qui perpétue indéfiniment le rapport salarial en un rapport de subordination à une minorité possédante.

C’est ce monopole de l’ère capitalisteiv qui explique aussi la fameuse formule r>g que Piketty répète comme un mantrav pour expliquer la concentration de plus en plus grande des patrimoines.

C’est ce même monopole d’acquisition qui explique durant presque toute l’histoire la concentration des patrimoines qu’expose Piketty, concentration dont les protagonistes sont déjà classés par Marx et Engels en oppresseurs et oppressésvi. Cette oppression a le même fondement : le monopole d’acquisition des moyens de production par le maître, le seigneur, le capitaliste – esclaves, serfs et entreprises n’étant pas sujets de droits, donc ne pouvant acquérir les moyens de production auxquels ils contribuaient ou contribuent largementvii.

A cette époque des esclaves et des serfs, la spoliation dont ils étaient victimes du fait de ce monopole étaient invisibilisée car ils n’étaient pas sujets de droit quant à la propriété. Dans cette longue histoire, le capitalisme a pris la suite, toujours avec cette invisibilisation ayant la même cause : juridiquement, l’entreprise n’est rienviii et donc cette spoliation n’est pas contestée.

Casser ce monopole, c’est casser le capitalisme. Ces changements ne remettent pas en cause le principe de propriété et les droits qui vont avec, principes et droits profondément et largement partagés, gravés dans toutes les déclarations de droits de l’hommeix et dans les constitutions de tous les pays. Au contraire, ils les confirment en les rendant similaires pour tous : chacun (personne physique ou morale toutes sujets de droit) est propriétaire de n’importe quel bien, dont des moyens de production, en fonction de sa contribution effective à ce bien, règle admise par tous.

L’accumulation, première caractéristique du capitalisme, pousse à l’exploitation des travailleurs, sujet largement étudié, exploitation d’autant plus aisée qu’ils sont subordonnés du fait de la deuxième caractéristique : le monopole d’acquisition par le capitaliste.

Ces deux caractéristiques sont donc bien les structurantes, surtout la deuxième qui entraîne la concentration des biens et du pouvoir de subordination en moins en moins de mains.

Pour montrer cela, cet article (1-) explique la genèse du capitalisme par le désir du capitaliste comme l’ont fait Orléan&Lordon pour expliquer la genèse de la monnaiex par le désir marchand, puis (2-) présente quelques propositions nécessaires, en discours et en actes, pour sortir du capitalisme, de ce qui le caractérise, afin de construire autre chose.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

1L’ouvrage de P.-L. Brodier (La VAD valeur ajoutée directe-Une approche de la gestion fondée sur la distinction entre société et entreprise– Eyrolles 12-2001) montre bien, par sa méthode comptable, que la V.A.D. créée par l’entreprise, le collectif de travail, paye TOUT : salaires, dividendes, moyens de production, emprunts, charges et taxes.

i« Geldmachen ist das treibende Motiv » (Marx (« Das Kapital, Band 2, Abschnitt 1, 1.4 Der Gesamtkreislauf»)

iiVoir tous les écrits des Marx, Engels, marxistes, ex : F. Lordon (dans l’article Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle) « Or qu’est-ce que le capital ? Piketty..ne peut en donner qu’une conception des plus superficielles : patrimoniale. Le capital, c’est la fortune des fortunés. Pour Marx, le capital est tout autre chose : c’est un mode de production, c’est-à-dire un rapport social… Un rapport social complexe qui, au rapport monétaire des simples économies marchandes, ajoute —c’est le cœur de toute l’affaire — le rapport salarial, constitué autour de la propriété privée des moyens de production ».

iiiCe monopole, malgré la permanente contribution de l’entreprise aux moyens de production, peut aussi être vu comme une expropriation permanente dans la continuité de l’accumulation ou plutôt expropriation primitive faite violemment (des terres, moyens de production) d’après Marx (capital, livre 1, chap 24) revue par R. Luxemburg ( L’accumulation du Capital ) et H. Arendt ( La condition de l’homme moderne ). Sachant que d’après H. Arendt, «l’expropriation et l’aliénation par rapport au monde coïncident » nous concluons que le monopole d’acquisition par le capitaliste est une aliénation dont le fondement juridique est que l’entreprise, son collectif de travail, n’est pas sujet de droit : elle n’est rien.

ivVoir l’article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production un article sur wikipedia

vF. Lordon dans « Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle » : « On peut bien répéter, avec constance et sur mille pages, que les inégalités croissent quand r (le taux de profit) est supérieur à g (le taux de croissance) [« simples identités comptables »], on n’a rien expliqué tant qu’on n’a pas donné les déterminants du taux de profit et du taux de croissance propres à chaque période ». Pour nous, le déterminant principal est le monopole d’acquisition des moyens de production par l’actionnaire quel que soit le capital qu’il a misé au départ, d’où un taux de profit croissant de ce capital du fait de la croissance des moyens de production dont il est toujours seul propriétaire.

Le patrimoine du capitaliste, essentiellement des moyens de production, procède beaucoup plus de son monopole d’acquisition des moyens de production (car la plus grosse part est due à la contribution du collectif de travail) que des dividendes perçus qu’il réinvestit. Néanmoins, ces dividendes croissent structurellement à « capital social » constant justement du fait de ce monopole et lui permettent de réinvestir ailleurs, ce que permet également les « rachats d’actions ».

viMarx&Engels (Manifest der Kommunistischen Partei) : « Freier und Sklave, Patrizier und Plebejer, Baron und Leibeigener, Zunftbürger und Gesell, kurz, Unterdrücker und Unterdrückte… »

viiDit autrement : il y a concentration des patrimoines dès qu’une partie significative des contributeurs aux moyens de production n’existe pas juridiquement pour les acquérir en fonction de sa contribution. C’est le cas lorsque la seule contribution reconnue est celle de l’actionnaire ou l’associé, seule personne existant juridiquement, l’entreprise n’étant « rien » juridiquement.

viiiPar contre, les autres sévices subis étaient et sont assez visibles et combattus car ils relèvent d’un autre droit (droit moral, droits fondamentaux) dans lequel les personnes (esclaves, serfs, salariés) sont un peu plus sujets de droit.

ixEx : la DUDH 1789 définit les 4 droits «naturels et imprescriptibles» : la liberté, la propriété, la sûreté, la résistance à l’oppression

x Orléan&Lordon « genèse de l’état et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis » (Juin 2006)

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search