Article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel

Cet article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Nos articles des rubriques Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles et Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production de nos carnets de recherche mobilisent les propos de Marx sur l’acquisition des moyens de production par le capitaliste et plus généralement sur sa totale contribution financière1 et soulignent la prise en compte littérale de ces propos ou l’ignorance de leur non-actualité par les militants marxistes et les économistes « de gauche » actuels, alors même que la littérature financière décrit sans détours des procédés ou astuces permettant à l’actionnaire d’investir le moins possible pour posséder exclusivement les moyens de production.

Cet article commente dix propositions2 de E. Mandel, économiste marxiste reconnu, qui fondent son ouvrage majeur Le troisième Age du capitalisme, dans lequel il s’attache à montrer la pertinence de l’analyse marxiste, dont celle à propos de l’acquisition des moyens de production, pour prendre en compte d’autres théories de référence comme celles de Kondratieff (théorie des ondes longues), Schumpeter (les cycles d’innovation), Rostow (Les cinq étapes de la croissance économique).

Ces dix propositions de E. Mandel embrassent les sujets les plus importants à propos du capitalisme et nos commentaires permettent ensuite de souligner l’obstacle stratégique à toute remise en cause durable du capitalisme, à savoir une remise en cause qui soit in fine acceptée par tous sans nécessité de coercition permanente. Cet obstacle stratégique est la non dénonciation de la méthode capitaliste d’appropriation des moyens de production, méthode à remplacer, en première étape, par l’appropriation libérale de ceux-ci par le collectif de salariés, enfin sujet de droit.

1Dans Travail salarié et Capital, Marx écrit : « Le capitaliste lui [à l’ouvrier tisserand] fournit le métier à tisser et le fil » et plus loin «  Le capitaliste achète avec une partie de sa fortune actuelle, de son capital, la force de travail du tisserand tout comme il a acquis, avec une autre partie de sa fortune, la matière première, le fil, et l’instrument de travail, le métier à tisser ». Dans Le Capital 1,Chap. V – Procès de travail et procès de valorisation, Marx décrit un capitaliste qui paye de sa fortune : « Revenons maintenant à notre capitaliste. Nous l’avions laissé alors qu’il venait d ‘acheter sur le marché tous les facteurs nécessaires au procès de travail, les facteurs objectifs ou moyens de production, le facteur personnel ou force de travail ».

2Dans un texte paru dans Social Science Information, 24, 3, 1985 ; reproduit dans Ulf Himmelstrand (ed.), Interfaces in Economic & Social Analysis, Routledge, 1992. Ce texte (Variables partiellement indépendantes et logique interne dans l’analyse économique marxiste classique) a été publié en annexe de la réédition française du Troisième Age du capitalisme (Les Editions de la Passion, Paris, 1997)

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-4) Scientificité des recherches à propos du genre et idéologie militante de leurs détracteurs

Cet article (D-4) scientificité des recherches à propos du genre et idéologie militante de leurs détracteurs est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article est poussé par le désir de remettre en cause des discours universitaires et du monde politique et social, notamment religieux, prétendant que les études ou « théories » à propos du genre seraient « militantes », « idéologiques » et non « scientifiques », donc qu’elles n’auraient pas leur place dans les enceintes académiques.

L’approche que nous proposons permet de montrer l’inverse. Ces études et ces théories sont des édifices d’idées qui se tiennent, édifices qui reposent sur des bases beaucoup plus solides que les discours qui les disqualifient. En se fondant sur leurs prémisses, nous montrons que ce sont plutôt ces discours disqualifiant qui relèvent d’une idéologie et plus trivialement de préjugés, de prénotions, de subsomptions de la « nature » ou du « divin » sur le social facilement contestables. Par contre, l’examen des prémisses des théories et des recherches à propos du genre montrent que celles-ci relèvent vraiment d’une recherche scientifique.

J. Butler résume bien cette volonté de recherche : « Interroger le genre, c’est-à-dire interroger la façon dont la société est organisée en fonction du genre, avec tout ce que cela implique au regard de la compréhension des corps, des expériences vécues, des relations amoureuses et du plaisir, revient à lancer une sorte d’enquête publique et de recherche, en refusant les positions sociales dogmatiques qui cherchent à arrêter et inverser les changements émancipatoires. »1.

C’est un fait que le concept et les théorie du genre provoquent des « débats » passionnés. Pourquoi ? Parce que de part et d’autres, des prémisses de la catégorie « nécessités de la nature et de sa nature »2 et « appartenance »3, complétées par des prémisses « droits fondamentaux » et « sacré » sont mobilisées pour fonder les argumentations. Hors, selon nos thèses, ces prémisses, qui tiennent à cœur, sont déterminantes, car leur respect et surtout le fait qu’elles soient ignorées et bafouées provoquent les affects les plus intenses pouvant pousser à des décisions, actions ou soumissions, dramatiques.

C’est en considérant les prémisses des discours des unes et des autres et en pesant leur bien fondé et leur importance que cet article propose des règles pour poser des énoncés et pour arbitrer en cas de conflit, avec deux objectifs : (1-) apprécier la scientificité, la rigueur, des discours, (2-) proposer des prémisses favorisant « les changements émancipatoires » que souhaite J. Butler.

Enfin, en considérant les prémisses des unes et des autres, cet article se demande pourquoi des atteintes très dramatiques à l’intégrité de la personne (agressions sexuelles, viols, inceste, pédophilie, etc..), provoquant des affects intenses surtout sur les victimes, ont pu être si longtemps passées sous silence.

1J. Butler dans the Guardian – Londres et publié le 06/02/2022 dans Courrier International.

2Ex : reproduction humaine, orientation sexuelle, se vivre plutôt «masculin» ou «féminin»

3Ex : le milieu de son enfance : famille, amis, voisinage, quartier, club sportif

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

article (B-4) discussions de nos approches

Cet article (B-4) discussions de nos approches est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Des présentations de nos approches ont été faites au séminaire du laboratoire CPN d’Evry. Cet article en reprend les discussions pour répondre à l’objection principale faite : une approche relevant de l’individualisme méthodologique et supposant le libre-arbitre de chacun.

Nos approches comprennent deux approches « terrain », l’un dite interprétative (article (B-1) Approche critique et interprétative), l’autre dite « par scénario plausible » (article (B-3) Approche « par scénarios plausibles »).

Pour ces deux approches, le chercheur doit toujours avoir à l’esprit que tout humain et toute organisation humaine pensent et agissent en se fondant sur des prémisses que nous résumons en huit thèses (article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS et article (B-2-a) Thèses communes pour toute SHS).

Cet article (B-4) discussions de nos approches résume d’abord nos deux approches « terrain », puis nos huit thèses et répond ensuite à la critique principale qui a été faite et enfin, à titre d’exemple, montre l’application de ces thèses pour analyser le système économique capitaliste en commençant par démystifier la complexité mise en avant rendant difficile toute contestation.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

(C-1-j) Les trois jalons caractérisant le capitalisme

Cet article (C-1-j) Les trois jalons caractérisant le capitalisme est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Les activités économiques et financières sont des activités profondément humaines poussées par les désirs des humains, en particulier des plus puissants.

Selon Marx, dans « Das Kapital, Band 2, Abschnitt 1, 1.4 Der Gesamtkreislauf» :

« Gagner de l’argent est le motif moteur. Pour cela, la production n’apparaît que comme un mal nécessaire ». … à défaut de pouvoir se défaire de ce mal ou d’en rêver, comme il le précise ensuite :

« Toutes les nations capitalistes ont périodiquement une chimère, celle de pouvoir faire du fric en se passant d’une production pesante ennuyeuse »

Également, selon Marx1, pour avoir le pouvoir sur ces activités économiques et financières afin d’assouvir ce désir de faire du fric, il faut posséder et maîtriser les moyens de production.

Enfin, pour vraiment faire de l’argent, il faut d’abord limiter le risque en en dépensant le moins possible pour acquérir ces moyens, les accroître, les améliorer, les entretenir, etc…

Dans cet article, nous présentons les trois jalons favorisant ces deux exigences, le pouvoir exclusif et l’investissement minimum. La compréhension et la remise en cause de ces trois jalons est la clé de toute transformation ou abolition du capitalisme.

Cette article présente donc ce que nous considérons être les trois jalons caractérisant le capitalisme :

Premier jalon, du 15. ième au 19. ième siècle : accumulation initiale

Deuxième jalon, années 1860 : Responsabilité limitée et inexistence juridique de l’entreprise

Troisième jalon en 1998 : « Rachat » d’actions par les entreprises

Ces trois jalons relèvent de la même astuce juridique : accaparer la contribution aux moyens de production de personnes morales (hier : communauté de paysans, aujourd’hui : entreprise et son collectif de salariés) qui n’ont pas d’existence juridique, qui ne sont pas sujets de droit.

1Et selon la plupart des économistes et juristes !

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

(C-1-i) Causes structurelles d’une croissance économique à tout prix

Cet article (C-1-i) causes structurelles d’une croissance économique à tout prix est sous Creative Commons BY-SA 4.0

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

La croissance économique à tout prix est une caractéristique majeure de notre système économique. Cet article (1-) mentionne rapidement les différentes « raisons » proclamées qui plaident pour la croissance ou la décroissance, (2-) puis, au regard des « raisons » déterminantes que sont les désirs spéculatifs et de rendement des propriétaires de capitaux, explicite ce qui, outre la croissance économique, est absolument nécessaire pour satisfaire ce désir (à savoir que cette croissance ne soit pas financée par les détenteurs de capitaux) et enfin (3-) en déduit ce qu’il est nécessaire de changer pour supprimer cette détermination financière lorsque la croissance doit être questionnée (à savoir que la contribution majeure de l’entreprise au financement de la croissance soit prise en compte, cette prise en compte réduisant fortement les espoirs de spéculation et de rendement quelle que soit la croissance souhaitée).

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-d) causes de l’aveuglement des économistes aux moyens de production

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Cet article part d’un étonnement et d’une désillusion causés par l’indifférence des économistes « de gauche » à des astuces d’investisseurs, tel « l’effet de levier » et le « rachat » d’actions » permettant à ceux-ci d’accroître leur patrimoine productif sans y miser, loin s’en faut, le juste prix. Le temps est loin, malgré ce qui disent encore les économistes de tout bord, où l’investisseur risquait « sa fortune et son honneur » pour entreprendre en acquérant de sa poche les nécessaires moyens de production.

Plus généralement, nos analyses et notre proposition relatives à l’économie au prisme des moyens de production montrant les mécanismes qui permettent ces astuces, ne suscitent qu’indifférence dans le milieu académique et dans la gauche en général, y compris la « vraie » gauche.

Cet article analyse cette indifférence en mobilisant les concepts d’émotion et de discrimination épistémiques d’un entre-soi académique.

Cet article note néanmoins quelques considérations qui auraient pu facilement aboutir à nos conclusions et répond enfin aux objections reçues à propos de notre proposition, objections de financiers, de juristes, de philosophes et d’économistes “de gauche”.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-c) discussion de l’approche de l’économie par la connerie

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article est motivé par le dernier ouvrage de J. Généreux1 « quand la connerie économique prend le pouvoir » (Seuil, 07/10/2021) qui, comme le précédent (« La déconomie » (Seuil, 10/11/2016)), mobilise le concept de « connerie » pour analyser les discours économiques dominants.

Cet article (1-) tente de cerner le concept de « connerie » en s’appuyant sur un ouvrage académique sur le sujet mobilisé par J. Généreux ainsi que sur nos thèses, (2-) analyse les deux derniers ouvrages de J. Généreux et les conneries qu’ils rapportent au prisme des émotions et discriminations épistémiques et plus généralement aux prismes de nos thèses, les discours économiques évoqués étant ceux de la droite et d’une certaine gauche de gouvernement et (3-) se permet d’analyser certaines conneries ou aveuglements des discours économiques de la « vraie » gauche, celle à laquelle appartient J. Généreux.

Suite à ces trois chapitres, nous concluons que l’approche par la connerie est une connerie : la connerie peut être étudiée en mobilisant d’autres concepts et idées, mais elle ne peut elle même être un concept mobilisable pour étudier autre chose, même l’économie. Il vaut mieux, par exemple, directement utiliser une approche qui permette de discerner les prémisses fondant l’idée, la décision ou l’action qualifiée rapidement de connerie. Ces prémisses peuvent être de toutes sortes, ex : négation ou oubli d’un fait avéré, préjugé et croyance, doxa, etc.. jusqu’à celles poussées par des affects procédant de l’imitation des affects ou de la puissance de la multitude, bref, toutes prémisses procédant d’ émotions et de discriminations épistémiques.

Enfin, le dernier chapitre pointe quelques pistes d’analyse ou de propositions semblant aller dans le sens de nos constatations, relatives à l’appropriation des moyens de production et à nos propositions, poussées par ces constatations. Il suffirait de légèrement prolonger ces pistes pour arriver aux prémisses que nous proposons en fin de cet article.

1Jacques Généreux est professeur à Sciences Po, où il enseigne l’économie depuis quarante ans. Auteur de manuels best-sellers et de nombreux essais, il est membre de l’Association française d’économie politique et des Économistes atterrés.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (B-2-a) Thèses communes pour toute SHS

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

Les thèses communes que nous présentons dans cet article sont à mobiliser par le chercheur en SHS dans le seul but de se poser toutes sortes de questions afin d’éviter les points aveugles.

Ces thèses sont l’aboutissement des articles suivants :

article (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose analysant le concept de raison ou d’entendement dans les écrits de Spinoza et conduisant à proposer le concept de raisons possiblement multiples à propos de toute chose,

article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits, reprenant l’article (A-1) pour modifier ou « compléter » les écrits de Spinoza en tenant compte de raisons possiblement multiples à propos de toute chose,

article (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS explicitant des prémisses fondamentales sur lesquelles se fondent les humains.

La thèse 0 propose une anthropologie « spinoziste » de l’homme et des organisations,

La thèse 1 rappelle les affects qui sont souhaités ou appréhendés,

La thèse 2 est relative aux affects poussant les humains à s’associer et désirant se comprendre,

La thèse 3 évoque le désir de discriminer ce qui perçu comme relevant de « nécessités de la nature et de sa nature » et des institutions humaines,

La thèse 4 évoque le désir de raison, raison forcément fondée sur des prémisses,

La thèse 5 explicite les prémisses les plus déterminantes : celles poussées par ou provoquant les affects les plus intenses

La thèse 6 souligne que le vrai et le faux, le bien ou le mal, … et tout « accord » ne se conçoivent qu’au regard des raisons de chacun, personne ou organisation, à propos de la même chose,

La thèse 7 explicite les relations et « accords » possibles selon les raisons (d’une science dite « exacte » ou « humaine, de tous les jours, des États et institutions)

Ces thèses sont directement mobilisées dans notre approche « par scénario plausible », pour discuter les approches de Rawls, Habermas, Bourdieu, Boudon, Rosanvallon , Harari (SAPIENS) et Généreux (à propos de la connerie économique), et pour traiter de différents sujets : délibérations dans des sociétés multi-culturelles, du populisme à une politique, trois processus universels déterminants.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI ou sur HAL

DISCUSSIONS D’AUTRES APPROCHES ET SUJETS

Les articles de cette rubrique discutent ou discuteront d’autres approches : approches de A. Orléan et F. Lordon sur la genèse de la monnaie ; approches relatives à l’épistémologie naïve et aux émotions épistémiques ; des concepts de Rawls, Habermas et Bourdieu ; de la fresque historique SAPIENS de Y.N. Harari ; des approches de R. Boudon (le juste et le vrai), de P. Rosanvallon, de J. Généreux, etc…

Tous les articles de cette rubrique sont sous Creative Commons BY-SA 4.0. :

Critique spinoziste des thèses de Orléan&Lordon

Épistémologie naïve et émotions épistémiques au prisme de Spinoza

Discussion avec Rawls, Habermas, Bourdieu

Scientificité des recherches à propos du genre et idéologie militante de leurs détracteurs

Critique spinoziste de SAPIENS de Y.N. Harari

Approche spinoziste de la finance et de l’économie réelle et critique de l’approche du manifeste des économistes atterrés

Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon

Les trois processus sociaux universels déterminants

Discussion de « Les épreuves de la vie » de Pierre Rosanvallon

Discussion de l’approche de l’économie par la connerie

Causes de l’aveuglement des économistes aux moyens de production

Discussion des dix propositions de Ernest Mandel

ANALYSES DE SUJETS SOCIAUX-ÉCONOMIQUES

Les articles de cette rubrique traitent ou traiteront de la genèse et de la perpétuation du capitalisme, de la logique productive et financière, des petits boulots, de politique vs populisme « de droite ou de gauche », des délibérations dans une société multiculturelles, etc.

Tous les articles de cette rubrique sont sous Creative Commons BY-SA 4.0. :

Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles

Logique financière vs logique productive

« Travail domestique » et petits boulots

Perceptions exprimées et conduites sociales des salariés-question de convictions et de passions

Sociétés multicommunautaires: du débat passionné à l’arbitrage

D’un populisme à une politique-approche spinoziste

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search