Article (D-i) casser le capitalisme avec les libertariens et Locke

Cet article (D-i) casser le capitalisme avec les libertariens et Locke est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Mobiliser les libertariens pour « casser » le capitalisme peut paraître surprenant. Nous les mobilisons pour deux raisons :

(1-) les libertariens sont des ardents défenseurs de la propriété privée, jusqu’à justifier un « État minimal » dont les fonctions seraient uniquement de protéger contre la violence et contre toute atteinte aux droits d’acquisition, dont l’acquisition initiale, et de propriété ;

(2-) tous nos articles de notre carnet de recherche L’économie au prisme des moyens de production montrent que la caractéristique du capitalisme est l’exclusivité d’acquisition des moyens de production par les actionnaires, quelle que soit leur contribution à ceux-ci.

Cette exclusivité viole les trois principes édictés par les libertariens en général et R. Nozick en particulier, dont le premier, sur l’acquisition, déterminant qui est l’acquéreur légitime de biens et des ressources.

Pour montrer cette violation, cet article considère trois outils financiers, analysés dans les autres articles de notre carnet, au regard de ces trois principes : (a-) l’effet de levier, (b-) le rachat d’actions, (c-) le bilan comptable.

Mais auparavant, nous rappelons la vision de Marx sur l’acquisition et la propriété des moyens de production, puis les visions des libertariens et de Locke sur ces mêmes sujets.

En conclusion, nous soulignons des contradictions des libertariens : ils dénoncent le moindre « État providence » tout en étant indifférents aux violations permanentes des trois principes relatifs à l’acquisition et à la propriété que devrait défendre son « État minimal », dont le premier sur l’acquisition, par les actionnaires de toute société anonyme dite à « responsabilité limitée ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (d-h) Justice distributive et droits d’acquérir et de propriété

Cet article (d-h) Justice distributive et droits d’acquérir et de propriété est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Notre article adopte une approche empirique de la « justice distributive » afin d’aborder les questions suivantes : (1-) quels critères de distribution souhaitent les gens, (2-) de fait, qui les décident, (3-) de quels pouvoirs disposent ils pour décider ?

Notre article considère rapidement la « redistribution » et s’attache à analyser les « rétributions vs contributions », en se limitant aux activités économiques.Il prend en compte non seulement les biens et les services, mais également leurs moyens de production. En effet, ces moyens de production légitiment la rétribution de ceux qui les possèdent, mais également le pouvoir de ces propriétaires de déterminer les rétributions des autres, donc de déterminer la « justice distributive ».

Enfin, cet article remet en cause le pouvoir et les prérogatives des propriétaires des moyens de production non pas au regard d’énoncés moraux plus vertueux ou idéals, mais au nom du respect des règles d’appropriation « au mérite » des moyens de production. En effet, à ce jour, les actionnaires ont l’exclusivité d’appropriation des moyens de production, alors même qu’ils n’y contribuent que très peu : le collectif de salariés, qui y contribue énormément, ne peut pas en revendiquer la propriété, car il n’est pas sujet de droit.

La justice distributive est d’abord subordonnée au droit ou non d’acquérir « au mérite » les moyens de production, droit permettant ensuite d’avoir des droits de propriété, droits permettant enfin d’imposer des critères à la « justice distributive », en particulier envers ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer. De nos jours cette « justice » est déterminée par une minorité de propriétaires des moyens de production. Rien à voir avec l’idéal rawlsien.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire

Cet article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Le titre de cet article renvoie à la « philosophie du langage ordinaire » et à un de ses concepts clé, les « jeux de langage », concept que nous analysons avec notre concept de « raison ordinaire » ou « logique ordinaire » permettant de se prémunir du « préjugé de la pureté cristalline » de la logique que dénonce Wittgenstein1.

Cette analyse est faite en mobilisant nos thèses établies à partir de notre lecture de Spinoza et qui constituent notre référentiel épistémique pour aborder de nombreux sujets de sciences humaines en se fondant donc sur une « philosophie pratique »2 mobilisant Spinoza. Ces thèses sont établies et présentées dans nos articles Prémisses fondamentales pour toute SHS et Thèses communes pour toute SHS.

À partir des articles cités et de nos thèses, le présent article développe, dans une première partie, les concepts clés suivants : « vrai » extrinsèque et intrinsèque, nécessités de la nature, savoir et scientificité, croyance, intuition, imagination. Ces concepts permettent de prendre acte que les raisons et les logiques sont de toute sorte, difficiles à qualifier ou non d’« ordinaires ».

Ensuite, dans une deuxième partie et à partir de ces concepts posés, cet article discute l’approche philosophique mobilisant les concepts de « langage ordinaire » et de « jeux de langage », au regard de ce qu’ils permettent d’exprimer, à savoir des raisons et des logiques de toute sorte, « ordinaires » ou non.

Enfin, les « raisons ou logiques ordinaires » ainsi établies étant exprimées par des gens à priori « ordinaires », le dernier chapitre analyse l’usage et l’évolution de leur langue et langage à priori « ordinaire » pour « mieux » exprimer leurs « raisons ou logiques ordinaires ».

Cette deuxième partie mobilise beaucoup Ch. Chauviré pour aborder plus facilement Wittgenstein. Dans certains des articles cités, Ch. Chauviré associe Wittgenstein et Peirce3. Cela nous conduit, dans l’annexe raison « ordinaire » ou « vague » ou « de vivre », à considérer rapidement Peirce au regard de nos thèses.

La thèse principale qui sous-tend notre article est que les « raisons ou logiques ordinaires » déterminent le « langage ordinaire », et non l’inverse, de même qu’elles déterminent toutes les autres activités et « formes de vie »4. Ainsi, nous substituons une philosophie de la « raison ou logique ordinaire » à une philosophie « du langage ordinaire ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

1Wittgenstein : Investigations philosophiques, 107-108

2Deleuze : Spinoza philosophie pratique (Edition de minuit, 1981)

3Notamment dans Peirce et la signification(1995) et Rorty lecteur de Peirce et Wittgenstein (Sur un article de jeunesse de Rorty) Dans Revue française d’études américaines 2010/2 (n° 124)

4« Le mot «jeu de langage» doit faire ressortir ici que le parler du langage fait partie d’une activité ou d’une forme de vie » (Wittgenstein, Ibid).

Article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer

Cet article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Les analyses des problématiques titres (connaissance vérité certitude chez Spinoza) présentées dans cet article mobilisent principalement deux auteurs, F. Alquié1 et M. A. Gleizer2 3, du fait de la pertinence et de la richesse de leurs apports pour nous éclairer sur la raison, la vérité, chez Spinoza.

Toutefois, ces analyses sont faites dans le cadre de nos thèses établies à partir de notre propre lecture de Spinoza et qui constituent notre référentiel épistémologique pour aborder de nombreux sujets de sciences humaines en se fondant donc sur une « philosophie pratique »4 mobilisant Spinoza. Ces thèses sont établies et présentées dans nos deux articles Prémisses fondamentales pour toute SHS et Thèses communes pour toute SHS.

Ces deux articles, exposant nos thèses, mobilisent nos deux articles fondateurs à propos de la raison chez Spinoza : Critique de la Raison chez Spinoza et raisons multiples à propos d’une chose et Introduction de raisons multiples dans les écrits de Spinoza.

À partir de ces deux articles, de nos thèses, des 7 axiomes de E1 et des « notions communes », et des analyses de F. Alquié et M.A. Gleizer, notre article développe les quelques concepts clés suivants : nécessités de la nature, savoir et scientificité, croyance, intuition, imagination.

Remarque : De F. Alquié et M.A. Gleizer nous mobilisons surtout deux grands sujets traités par ceux-ci : (1-) les deux aspects complémentaires du concept de vérité que sont l’adaequatio et la convenientia (« L’idée vraie, pour être pleinement vraie, doit satisfaire à une double condition : être adéquate (cohérente) et s’accorder avec son objet ») surtout traité par M.A. Gleizer5, (2-) les quatre genres de connaissances (par « expérience vague », premier au troisième genre6), surtout traité par F. Alquié.

Il analyse ensuite les conditions de partage d’une connaissance.

Enfin, cet article ébauche une analyse l’Éthique de Spinoza au prisme des notions communes et des 7 axiomes de E1.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI.

1Alquié, F., Le Rationalisme de Spinoza, PUF, col. Épiméthée, Paris, 1981 ; chap 12. connaissance et expérience, chap 13. connaissance et vérité, chap 14 la science intuitive

2M. A. Gleizer, « Remarques sur le problème de la vérité chez Spinoza », Philonsorbonne [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 03/02/2013 :

3M. A. Gleizer, Landim Filho (Raul), « Préface », Vérité et Certitude chez Spinoza, Classiques Garnier, p. 11-16

4Deleuze : Spinoza philosophie pratique (Edition de minuit, 1981)

5M. A. Gleizer, « Remarques sur le problème de la vérité chez Spinoza », Philonsorbonne [En ligne], 5 | 2011, 03/02/2013

6Spinoza E2-P40 scolie 2

Article (C-1-n) remarques sur histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité de J F Spitz

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Cet article mobilise le riche article « L’histoire d’une vision conservatrice contre l’égalité » de Jean-Fabien Spitz publié pour la première fois le 20 octobre 2022 dans le quotidien AOC (Analyse Opinion Critique), en ajoutant des remarques aux sept extraits cités.

Toutes ces remarques se rapportent à « l’égalité des droits » que « la droite conservatrice » trouve suffisante et que J-F Spitz trouve insuffisante pour répondre aux légitimes aspirations d’émancipation de tous. Dans notre article, nous considérons que les droits concernés par cette égalité sont les droits fondamentaux garantis par les droits de l’homme et maintes constitutions.

A propos de la propriété, nous disons que cette égalité n’existe ni en droit, ni dans les faits, au contraire de ce qui est admis aussi bien par « la droite conservatrice » que par J-F Spitz. Lorsqu’il s’agit d’acquérir des moyens de production, le collectif de salariés, plus gros contributeurs, et de loin, de ces moyens, ne peut en être propriétaire au prorata de sa contribution car il n’existe pas juridiquement : il n’est pas sujet de droit. L’actionnaire, alors qu’il n’a misé que très peu pour « limiter » son risque, est le propriétaire exclusif, et ce grâce aux lois sur la « responsabilité limitée » des années 1860.

La moindre des revendications, aussi bien de « la droite conservatrice » que de la gauche serait donc d’affirmer et de militer pour cette égalité quant aux droits de propriété avant de débattre de la suffisance ou non de cette égalité plus complète.

Cet article est maintenant accessible en cliquant ICI

Article (C-1-m) analysis of employee collective ownership projects

To directly read this article, click HERE

Our article is based in particular on Article Work, Justice, and Collective Capital Institutions: Revisiting Rudolf Meidner and the Case for Wage-Earner Funds, a summary of which is attached.

Our article provides a critical analysis of the Swedish experience in the 1970s and 1980s of granting collective ownership of a fraction of a company’s capital to its employees.

It first presents the original trade union proposal, inspired by the economist Rudolf Meidner, its evolution and its implementation by the social democratic government. It also presents the variants proposed in the UK and the US in years 2019 and 2020.

It then analyses and criticizes the arguments and foundations of these proposals (arguments mobilizing moral statements), whose weakness, regarding the fundamental right of property, largely explains their rejection and abandonment as soon as the political majority changed.

Finally, by using the same legal solutions (the collective of employees is subject of law and collective owner of shares), our article proposes an argumentation and a much more solid basis to legitimize this collective ownership of employees: their effective contribution to the investment and to the means of production give them the right to be collective owners, in the same way as the shareholders because of their contribution named “social capital”.

To now read this article, click HERE

Article (C-1-0) caractéristiques, genèse et sortie des règles capitalistes

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

La première caractéristique attribuée au capitalisme est son objectif d’accumulation monétairei, objectif nécessitant la propriété des moyens de production « à but lucratif ».

La deuxième caractéristique du capitalisme mise en avant est le rapport salarialii : subordination de ceux n’ayant que leur force de travail à ceux qui possèdent les moyens de production.

Pour nous, cette deuxième caractéristique n’est que la cause immédiate d’une caractéristique plus fondamentale : le monopole d’acquisition par l’actionnaire des moyens de production à but lucratif. Quelle que soit la contribution effective de l’actionnaire et de l’entreprise aux moyens de production, seul l’actionnaire peut en être propriétaire car l’entreprise n’est pas sujet de droit : juridiquement, elle n’est rien et ne peut donc rien posséder, malgré sa contribution.1.

Ce monopole d’acquisition par l’actionnaireiii des moyens de production à but lucratif est pour nous LA deuxième caractéristique.C’est ce monopole d’acquisition qui perpétue indéfiniment le rapport salarial en un rapport de subordination à une minorité possédante.

C’est ce monopole de l’ère capitalisteiv qui explique aussi la fameuse formule r>g que Piketty répète comme un mantrav pour expliquer la concentration de plus en plus grande des patrimoines.

C’est ce même monopole d’acquisition qui explique durant presque toute l’histoire la concentration des patrimoines qu’expose Piketty, concentration dont les protagonistes sont déjà classés par Marx et Engels en oppresseurs et oppressésvi. Cette oppression a le même fondement : le monopole d’acquisition des moyens de production par le maître, le seigneur, le capitaliste – esclaves, serfs et entreprises n’étant pas sujets de droits, donc ne pouvant acquérir les moyens de production auxquels ils contribuaient ou contribuent largementvii.

A cette époque des esclaves et des serfs, la spoliation dont ils étaient victimes du fait de ce monopole étaient invisibilisée car ils n’étaient pas sujets de droit quant à la propriété. Dans cette longue histoire, le capitalisme a pris la suite, toujours avec cette invisibilisation ayant la même cause : juridiquement, l’entreprise n’est rienviii et donc cette spoliation n’est pas contestée.

Casser ce monopole, c’est casser le capitalisme. Ces changements ne remettent pas en cause le principe de propriété et les droits qui vont avec, principes et droits profondément et largement partagés, gravés dans toutes les déclarations de droits de l’hommeix et dans les constitutions de tous les pays. Au contraire, ils les confirment en les rendant similaires pour tous : chacun (personne physique ou morale toutes sujets de droit) est propriétaire de n’importe quel bien, dont des moyens de production, en fonction de sa contribution effective à ce bien, règle admise par tous.

L’accumulation, première caractéristique du capitalisme, pousse à l’exploitation des travailleurs, sujet largement étudié, exploitation d’autant plus aisée qu’ils sont subordonnés du fait de la deuxième caractéristique : le monopole d’acquisition par le capitaliste.

Ces deux caractéristiques sont donc bien les structurantes, surtout la deuxième qui entraîne la concentration des biens et du pouvoir de subordination en moins en moins de mains.

Pour montrer cela, cet article (1-) explique la genèse du capitalisme par le désir du capitaliste comme l’ont fait Orléan&Lordon pour expliquer la genèse de la monnaiex par le désir marchand, puis (2-) présente quelques propositions nécessaires, en discours et en actes, pour sortir du capitalisme, de ce qui le caractérise, afin de construire autre chose.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

1L’ouvrage de P.-L. Brodier (La VAD valeur ajoutée directe-Une approche de la gestion fondée sur la distinction entre société et entreprise– Eyrolles 12-2001) montre bien, par sa méthode comptable, que la V.A.D. créée par l’entreprise, le collectif de travail, paye TOUT : salaires, dividendes, moyens de production, emprunts, charges et taxes.

i« Geldmachen ist das treibende Motiv » (Marx (« Das Kapital, Band 2, Abschnitt 1, 1.4 Der Gesamtkreislauf»)

iiVoir tous les écrits des Marx, Engels, marxistes, ex : F. Lordon (dans l’article Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle) « Or qu’est-ce que le capital ? Piketty..ne peut en donner qu’une conception des plus superficielles : patrimoniale. Le capital, c’est la fortune des fortunés. Pour Marx, le capital est tout autre chose : c’est un mode de production, c’est-à-dire un rapport social… Un rapport social complexe qui, au rapport monétaire des simples économies marchandes, ajoute —c’est le cœur de toute l’affaire — le rapport salarial, constitué autour de la propriété privée des moyens de production ».

iiiCe monopole, malgré la permanente contribution de l’entreprise aux moyens de production, peut aussi être vu comme une expropriation permanente dans la continuité de l’accumulation ou plutôt expropriation primitive faite violemment (des terres, moyens de production) d’après Marx (capital, livre 1, chap 24) revue par R. Luxemburg ( L’accumulation du Capital ) et H. Arendt ( La condition de l’homme moderne ). Sachant que d’après H. Arendt, «l’expropriation et l’aliénation par rapport au monde coïncident » nous concluons que le monopole d’acquisition par le capitaliste est une aliénation dont le fondement juridique est que l’entreprise, son collectif de travail, n’est pas sujet de droit : elle n’est rien.

ivVoir l’article (C-1-a) Critique des discours actionnarial et marxiste sur l’acquisition des moyens de production un article sur wikipedia

vF. Lordon dans « Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle » : « On peut bien répéter, avec constance et sur mille pages, que les inégalités croissent quand r (le taux de profit) est supérieur à g (le taux de croissance) [« simples identités comptables »], on n’a rien expliqué tant qu’on n’a pas donné les déterminants du taux de profit et du taux de croissance propres à chaque période ». Pour nous, le déterminant principal est le monopole d’acquisition des moyens de production par l’actionnaire quel que soit le capital qu’il a misé au départ, d’où un taux de profit croissant de ce capital du fait de la croissance des moyens de production dont il est toujours seul propriétaire.

Le patrimoine du capitaliste, essentiellement des moyens de production, procède beaucoup plus de son monopole d’acquisition des moyens de production (car la plus grosse part est due à la contribution du collectif de travail) que des dividendes perçus qu’il réinvestit. Néanmoins, ces dividendes croissent structurellement à « capital social » constant justement du fait de ce monopole et lui permettent de réinvestir ailleurs, ce que permet également les « rachats d’actions ».

viMarx&Engels (Manifest der Kommunistischen Partei) : « Freier und Sklave, Patrizier und Plebejer, Baron und Leibeigener, Zunftbürger und Gesell, kurz, Unterdrücker und Unterdrückte… »

viiDit autrement : il y a concentration des patrimoines dès qu’une partie significative des contributeurs aux moyens de production n’existe pas juridiquement pour les acquérir en fonction de sa contribution. C’est le cas lorsque la seule contribution reconnue est celle de l’actionnaire ou l’associé, seule personne existant juridiquement, l’entreprise n’étant « rien » juridiquement.

viiiPar contre, les autres sévices subis étaient et sont assez visibles et combattus car ils relèvent d’un autre droit (droit moral, droits fondamentaux) dans lequel les personnes (esclaves, serfs, salariés) sont un peu plus sujets de droit.

ixEx : la DUDH 1789 définit les 4 droits «naturels et imprescriptibles» : la liberté, la propriété, la sûreté, la résistance à l’oppression

x Orléan&Lordon « genèse de l’état et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis » (Juin 2006)

article (C-1-l) analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Notre article analyse et complète un peu la thèse en économie de Th. Dallery, thèse tout à fait éclairante sur les objectifs et le fonctionnement du capitalisme financier et montrant que la logique financière n’a que peu à voir avec la logique de production de biens et de services.

Cette thèse remet en cause la doxa dominante, y compris marxiste, que les « profits » des actionnaires procèdent d’une croissance profitable de l’économie, croissance profitable grâce aux investissements et aux risques qui seraient pris par les actionnaires-investisseurs et croissance bénéfique pour tous, en particulier pour les salariés.

Le résumé de cette thèse présente le constat que « la financiarisation conduit …. à une réorientation vers les exigences de rentabilité actionnariales, au détriment .. de l’accumulation du capital, de la sécurité financière (endettement) et réelle (utilisation des capacités), ainsi qu’en défaveur des salariés (salaire réel) »  puis se termine par « Nous montrons alors que la distribution de dividendes et le rachat d’actions permettent, dans les limites autorisées par l’endettement, d’alimenter la consommation des rentiers, et de réaliser la rentabilité exigée [par « les rentiers » ou actionnaires], malgré le ralentissement de l’accumulation ».

Dans cette thèse, l’auteur décrit les astuces financières mises en œuvre pour assouvir le désir lucratif des actionnaires, notamment « effet de levier » et « rachat d’actions ». Comme l’indique le titre de cette thèse, l’objectif de l’auteur et de constater, avec force équations, le « divorce » entre rentabilité pour l’actionnaire et croissance économique. Par contre, il ne montre pas ce qui permet ces astuces financières sauf le fait que les actionnaires s’appuient sur leurs droits de propriété. Notre propos est de compléter légèrement cette thèse pour y mentionner ce qui, dans le cadre de la propriété, permet tout ce qui est montré dans cette thèse.

Comme le montre les autres articles de notre carnet, les fondements de tout ce qui est mis en œuvre pour assouvir ce désir des actionnaires sont les lois sur la « responsabilité limitée » et l’inexistence juridique de l’entreprise : elles permettent à l’actionnaire d’être propriétaire exclusif des moyens de production alors même qu’il n’y contribue que très peu, beaucoup moins que l’entreprise.

Ce sont les règles ou procédés d’appropriation qu’il faut interroger, et pas forcément la propriété qui, avec la dette, n’est en rien une caractéristique du capitalisme.D’après nous, l’entreprise, son collectif de salariés, devrait, comme une association loi 1901, être propriétaire des moyens de production, au même titre que les actionnaires, à savoir chacun au prorata de sa contribution, nommé capital. Pour que sa propriété soit reconnue, l’entreprise devrait donc, comme une association, être sujet de droit.

Notre analyse est faite « au prisme des moyens de production » et est donc fondée sur la classification marxiste : Ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer à ces possédants.

Notre analyse est faite en ayant toujours deux questions à l’esprit : (1-) qui contribue et qui possède les moyens de production (qui = actionnaires et/ou collectif de salariés) ; (2-) quels sont les risques pris ou imposés à chacun, actionnaires et collectif de salariés.

Cette analyse, conduisant parfois à proposer quelques compléments à cette thèse, aborde les sujets suivants : (1-) Quid des moyens de production, (2-) Effets de levier et rachat d’actions, (3-) Que nomme-t-on « capital » ? (4-) L’endettement : qui s’endette ou fait s’endetter et dans quel but, qui rembourse, (5-) De quoi procèdent les « profits » et pour qui ? (6-) Fin de l’exclusivité d’appropriation des moyens de production.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel

Cet article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Nos articles des rubriques Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles et Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production de nos carnets de recherche mobilisent les propos de Marx sur l’acquisition des moyens de production par le capitaliste et plus généralement sur sa totale contribution financière1 et soulignent la prise en compte littérale de ces propos ou l’ignorance de leur non-actualité par les militants marxistes et les économistes « de gauche » actuels, alors même que la littérature financière décrit sans détours des procédés ou astuces permettant à l’actionnaire d’investir le moins possible pour posséder exclusivement les moyens de production.

Cet article commente dix propositions2 de E. Mandel, économiste marxiste reconnu, qui fondent son ouvrage majeur Le troisième Age du capitalisme, dans lequel il s’attache à montrer la pertinence de l’analyse marxiste, dont celle à propos de l’acquisition des moyens de production, pour prendre en compte d’autres théories de référence comme celles de Kondratieff (théorie des ondes longues), Schumpeter (les cycles d’innovation), Rostow (Les cinq étapes de la croissance économique).

Ces dix propositions de E. Mandel embrassent les sujets les plus importants à propos du capitalisme et nos commentaires permettent ensuite de souligner l’obstacle stratégique à toute remise en cause durable du capitalisme, à savoir une remise en cause qui soit in fine acceptée par tous sans nécessité de coercition permanente. Cet obstacle stratégique est la non dénonciation de la méthode capitaliste d’appropriation des moyens de production, méthode à remplacer, en première étape, par l’appropriation libérale de ceux-ci par le collectif de salariés, enfin sujet de droit.

1Dans Travail salarié et Capital, Marx écrit : « Le capitaliste lui [à l’ouvrier tisserand] fournit le métier à tisser et le fil » et plus loin «  Le capitaliste achète avec une partie de sa fortune actuelle, de son capital, la force de travail du tisserand tout comme il a acquis, avec une autre partie de sa fortune, la matière première, le fil, et l’instrument de travail, le métier à tisser ». Dans Le Capital 1,Chap. V – Procès de travail et procès de valorisation, Marx décrit un capitaliste qui paye de sa fortune : « Revenons maintenant à notre capitaliste. Nous l’avions laissé alors qu’il venait d ‘acheter sur le marché tous les facteurs nécessaires au procès de travail, les facteurs objectifs ou moyens de production, le facteur personnel ou force de travail ».

2Dans un texte paru dans Social Science Information, 24, 3, 1985 ; reproduit dans Ulf Himmelstrand (ed.), Interfaces in Economic & Social Analysis, Routledge, 1992. Ce texte (Variables partiellement indépendantes et logique interne dans l’analyse économique marxiste classique) a été publié en annexe de la réédition française du Troisième Age du capitalisme (Les Editions de la Passion, Paris, 1997)

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Article (D-4) Scientificité des recherches à propos du genre et idéologie militante de leurs détracteurs

Cet article (D-4) scientificité des recherches à propos du genre et idéologie militante de leurs détracteurs est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Cet article est poussé par le désir de remettre en cause des discours universitaires et du monde politique et social, notamment religieux, prétendant que les études ou « théories » à propos du genre seraient « militantes », « idéologiques » et non « scientifiques », donc qu’elles n’auraient pas leur place dans les enceintes académiques.

L’approche que nous proposons permet de montrer l’inverse. Ces études et ces théories sont des édifices d’idées qui se tiennent, édifices qui reposent sur des bases beaucoup plus solides que les discours qui les disqualifient. En se fondant sur leurs prémisses, nous montrons que ce sont plutôt ces discours disqualifiant qui relèvent d’une idéologie et plus trivialement de préjugés, de prénotions, de subsomptions de la « nature » ou du « divin » sur le social facilement contestables. Par contre, l’examen des prémisses des théories et des recherches à propos du genre montrent que celles-ci relèvent vraiment d’une recherche scientifique.

J. Butler résume bien cette volonté de recherche : « Interroger le genre, c’est-à-dire interroger la façon dont la société est organisée en fonction du genre, avec tout ce que cela implique au regard de la compréhension des corps, des expériences vécues, des relations amoureuses et du plaisir, revient à lancer une sorte d’enquête publique et de recherche, en refusant les positions sociales dogmatiques qui cherchent à arrêter et inverser les changements émancipatoires. »1.

C’est un fait que le concept et les théorie du genre provoquent des « débats » passionnés. Pourquoi ? Parce que de part et d’autres, des prémisses de la catégorie « nécessités de la nature et de sa nature »2 et « appartenance »3, complétées par des prémisses « droits fondamentaux » et « sacré » sont mobilisées pour fonder les argumentations. Hors, selon nos thèses, ces prémisses, qui tiennent à cœur, sont déterminantes, car leur respect et surtout le fait qu’elles soient ignorées et bafouées provoquent les affects les plus intenses pouvant pousser à des décisions, actions ou soumissions, dramatiques.

C’est en considérant les prémisses des discours des unes et des autres et en pesant leur bien fondé et leur importance que cet article propose des règles pour poser des énoncés et pour arbitrer en cas de conflit, avec deux objectifs : (1-) apprécier la scientificité, la rigueur, des discours, (2-) proposer des prémisses favorisant « les changements émancipatoires » que souhaite J. Butler.

Enfin, en considérant les prémisses des unes et des autres, cet article se demande pourquoi des atteintes très dramatiques à l’intégrité de la personne (agressions sexuelles, viols, inceste, pédophilie, etc..), provoquant des affects intenses surtout sur les victimes, ont pu être si longtemps passées sous silence.

1J. Butler dans the Guardian – Londres et publié le 06/02/2022 dans Courrier International.

2Ex : reproduction humaine, orientation sexuelle, se vivre plutôt «masculin» ou «féminin»

3Ex : le milieu de son enfance : famille, amis, voisinage, quartier, club sportif

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search