Article (B-1) Approche critique et interprétative

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article repose sur l’article (A-3) critique de la Raison chez Spinoza et introduction de raisons multiples dans ses ecrits (la raison de chacun à propos d’une chose est fondée sur des prémisses procédant de ce qu’il perçoit comme des nécessités de la nature de la chose et de sa propre nature et des prémisses poussées in fine par ses sentiments). La thèse défendue dans cet article (A-3) conduit à privilégier une approche interprétative du terrain sociologique. Notre anthropologie sociologique est celle de E.P. Thompson : les gens, même « ordinaires » et opprimés, pensent et peuvent être conduits par la raison, leur raison.

L’épistémologie proposée repose sur la première hypothèse que toutes les organisations et toutes les personnes, agents ou non de ces organisations, désirant être et agir avec une certaine cohérence (sous la conduite de la raison, avec des idées et des actes « qui se tiennent ») sont nécessairement inspirées par des énoncés déclaratifs et performatifs1 plus ou moins complexes. Ces énoncés sont posés à priori, implicitement ou explicitement, par ces organisations et personnes et ils sont indémontrables par la logique qu’ils inspirent. Ces énoncés donnent le sens de cette logique, logique nommée parfois « rationalité », « pragmatisme », « efficacité », etc.. Ceci pour insister sur le fait qu’il n’y a pas de rationalité, de pragmatisme, d’efficacité « bonne » en soi.

Cette première hypothèse repose sur des considérations philosophiques mobilisant Spinoza, Popper et Kuhn, Hume, etc développées dans l’article « (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose ». Cette hypothèse conduit à adopter à priori l’anthropologie de E.P. Thompson1 pour qui chaque personne pense, qu’elle soit dominée ou dominante, et qu’elle n’est donc pas forcément aliénée2 ou qu’un ventre affamé ou plein.

Notre deuxième hypothèse est que les énoncés inspirant des organisations sont à priori différents des énoncés inspirant les personnes concernées par ces organisations, dont les agents de celles-ci. Aussi, les « accords » entre personnes, entre organisations et personnes et entre organisations3, toutes conduites par des raisons à priori différentes, peuvent aussi bien être obtenus par adhésion ou soumission à un rapport de force ou une violence.

1 E.P. Thomson : « I am seeking to rescue the poor … from the enormous condescension of posterity » dans la préface de The Making of the English Working Class.

2Avec notre approche critique, nulle nécessité de mobiliser « des acteurs sociaux, qui ont besoin de vivre dans l’illusion » comme le reproche B. Latour à la sociologie critique (Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Decouverte (2006) (p 18))

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI



Citer ce billet
André Moulin (2021, 30 janvier). Article (B-1) Approche critique et interprétative. Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uj8h

4 réponses sur “Article (B-1) Approche critique et interprétative”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search