article (D-5) Critique spinoziste de SAPIENS de Y.N. Harari

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Cet article s’appuie sur les articles (A-0) Présentation des fondements spinozistes et d’une série d’articles de SHS et (B-2) Prémisses fondamentales pour toute SHS pour analyser les extraits suivants de l’ouvrage SAPIENS (Une brève histoire de l’humanité) de Y.N. Harari1 :

« L’Arbre de la connaissance », Introduction et légende de Peugeot,

« Les rouages de l’industrie » (La vie sur le tapis roulant) de « la révolution scientifique »

« La plus grande escroquerie de l’histoire » de « La révolution agricole »

« Il n’y a pas de justice dans l’histoire » de « La révolution agricole »

« Visions impériales » de « L’unification de l’humanité »

« Le credo capitaliste » de « la révolution scientifique »

1Albin Michel ISBN 978-2-226-44550-6 paru le 30/10/2019

Notre analyse de SAPIENS est fondée sur la thèse suivante : affectés de multiples façons, les humains sont infiniment divers et produisent une infinité de fictions, mythes, etc.. : il n’est que de constater la variété des richesses littéraires. Les fictions, mythes et autres édifices d’idées qui se tiennent plus ou moins sont dits «communs» lorsque ils ont pu être imposés à tous d’une manière ou d’une autre : adhésion, persuasion, rapport de force, violence physique ou symbolique. Pour considérer la manière, nous pouvons reformuler l’interrogation de Chantal Mouffe1 (« qui décide de ce qui est ou n’est pas rationnel? ») en ces termes : « qui décide de ce qui est ou n’est pas un mythe commun? » et la compléter par cette question : comment un mythe s’impose t’il ?

A propos de l’histoire de l’humanité, l’ouvrage SAPIENS est ambitieux. Il repose en grande partie sur la prémisse primordiale suivante : la capacité du seul être humain à dire et échanger sur des choses qui ne sont pas réelles, à savoir non perceptibles par les cinq sens. Ces choses qui ne sont pas réelles, Y.N. Harari les appelle « fictions ». Ces « fictions » ou « mythes communs » auraient permis à l’homme de « coopérer avec succès » jusqu’à «  fonder des cités de plusieurs dizaines de milliers d’habitants et des empires de centaines de millions de sujets ». Parmi ces fictions ou ces mythes, l’auteur cite « Légendes, mythes, dieux et religions » mais également « droits de l’homme, lois, justice, sociétés anonymes à responsabilité limitée ».

Nous prenons acte de cette différence considérable entre l’homme et l’animal mais nous disons qu’une autre prémisse primordiale, non explicitée, fonde SAPIENS : ces « fictions » ou « mythes communs » seraient causes d’eux-même, ou, à tout le moins, non causés par des choses réelles2. Ceci autorise Y.N. Harari à mettre dans le même sac fictionnel ou mythique aussi bien « dieux et religions » que « droits de l’homme ». Ceci lui permet de dire3 que « Le pouvoir des hommes repose sur des fictions collectives » alors que bien des faits conduiraient à dire Le pouvoir des hommes repose sur des dominations et rapports de force .. pour imposer dans les faits certaines fictions et pas d’autres.

Nous récusons cette prémisse implicite même si beaucoup croient que « dieux et religions » n’ont pas de causes réelles mais des causes divines (ex : des révélations faites par un ange, un dieu fait homme) car nous pensons que des « fictions » comme « droits de l’homme, lois, justice, « sociétés anonymes à responsabilité limitée » procèdent de causes «humaines».

Notre thèse, fondant cette critique « spinoziste », est que toute chose procédant de l’humain (idées, fictions, mythes, dieux et religions », « droits de l’homme, lois, justice, « sociétés anonymes à responsabilité limitée » ou toute autre institution humaine, actions individuelles ou communes) est poussée par toutes sortes d’affects (désir, crainte, peur, colère, révolte ou soumission, etc..) causés par toutes sortes d’affections (faim, maladie, souffrance, humiliation, violences, honneurs, menaces, bonne chère et concupiscence, etc. mais aussi imitation des affects (ex : dire et agir en fonction de nos proches) et puissance de la multitude (ex : influence de son quartier, de ses collègues, de l’opinion, d’un leader)).

Nous retenons que des « fictions » ou « mythes communs » ont permis et permettent encore à l’homme de recourir aux uns et aux autres, parfois des centaines de millions, mais sans prétendre que ce recours soit toujours une « coopération avec succès » : ce peut être un secours mutuel mais aussi une association ou un enrôlement sous contraintes, association dominée par les affects les plus intenses socialement4.

Enfin, pour être comprises et permettre de s’associer avec succès, toutes ces « fictions » (« mythes, dieux et religions », « droits de l’homme, lois, justice, « sociétés anonymes à responsabilité limitée ») doivent être des édifices d’idées qui se tiennent à peu près, à savoir suffisamment cohérents, consistants et complets. Cela ne se peut que si ces édifices d’idées sont fondés sur des prémisses, prémisses poussées par les affects les plus intenses socialement.

Notre analyse de l’évocation de l’esclavage et de l’industrie animalière (paragraphe la vie sur le tapis roulant) est un exemple de notre approche critique : « De même que le trafic d’esclaves transatlantique n’était pas le fruit d’une haine vouée aux Africains, ce n’est pas l’animosité qui inspire l’industrie animalière moderne, mais l’indifférence. ».

Toutes les actions humaines, notamment celles mettant en place des organisations, sont poussées (inspirer) par quelque chose et non pas par rien (« l’indifférence ») : l’esclavage n’est pas « causa sui » ! Si les affects du type haine vouée aux Africains ou animosité envers les animaux n’ont pas pour « fruit » « le trafic d’esclaves » ou « l’industrie animalière », pourquoi les nommer ? Il vaut mieux suggérer des affects susceptibles de pousser à ceux-ci, des affects et désirs tangibles de toute sorte, ex : appât du gain, désirs de déguster un poulet rôti bon marché5.

Pour maintenant lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

1Chantal Mouffe : Le politique et ses enjeux – Pour une démocratie plurielle, Paris, La Découverte, 1994, p.155

2 Au détour d’une phrase, des causes sont évoquées mais l’ouvrage en général les tait et les discutent encore moins.

3Dans « The Observer » du 02/06/2017 : « Grand entretien »

4Les affects les plus intenses socialement peuvent aussi bien être ceux d’une minorité ayant à disposition une force de coercition que ceux d’une majorité dans une délibération habermassienne



Citer ce billet
André Moulin (2021, 29 janvier). article (D-5) Critique spinoziste de SAPIENS de Y.N. Harari. Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uj8d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search