Article (D-7)-Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Reprise de l’article « rationalité » sur Wikipedia, la citation suivante permet de résumer notre point de vue avant de proposer une lecture critique plus argumentée des différentes rationalités présentées par Max Weber et mobilisées par des sociologues comme Raymond Boudon.

« Dans sa « théorie générale de la rationalité », Raymond Boudon estime que toute action humaine se produit car les hommes sont « naturellement rationnels ». Selon lui, la rationalité n’est pas seulement celle développée par les économistes néoclassiques, qui réduisent toute action à un calcul d’intérêt. La rationalité peut être liée aux valeurs. Par exemple quelqu’un qui sacrifie sa vie pour une cause noble est rationnel. Il faut parler alors de rationalité axiologique. Estimant par conséquent que les valeurs sont « universelles », Boudon combat le relativisme dans les sciences sociales1. ».

Au regard des mots clés (raison, valeurs, universel, relativisme), nous disons que :

(1-) la plupart des hommes désirent, pour toutes sortes de « raisons », être sous la conduite de leur raison

(2-) à propos de toute chose, chacun, dont le chercheur, désire construire SA raison ou faire sienne une raison d’un autre, à savoir un édifice qui se tient avec des idées cohérentes, consistantes et pas trop incomplètes à propos de cette chose. Cela n’est possible que si, consciemment ou non, cet édifice d’idées est fondé sur des prémisses qui, in fine2, dérivent de ce qu’il perçoit comme nécessités de la nature de cette chose et ses propres nécessités ou sont poussées par ses sentiments, ses désirs

Remarque 1 : « in fine » car des prémisses peuvent être des propositions issues d’un raisonnement d’une raison en amont, cette raison en amont étant elle-même fondée sur des prémisses, et ainsi de suite récursivement jusqu’à remonter aux prémisses les plus en amont qui ne procèdent alors que de ce qui est perçu comme nécessité de la nature (ex : un phénomène) ou d’affects (ex : désir de ..). Ainsi pour David Hume3, les énoncés moraux sont poussés par les sentiments et non déduits d’une raison.

Remarque 2 : Dans l’annexe : philosophie morale au prisme de la raison et des affects nous décrivons les édifices d’idées qui se tiennent des trois types d’éthiques (« conséquentialiste », « des vertus » et «déontologique-téléologique») lorsqu’elles sont vécues sous la conduite de la raison

(3-) certaines prémisses de leur raison à propos d’une chose sont liées à des énoncés moraux ou « valeurs » (exemples : (1-) abnégation jusqu’à « sacrifier sa vie pour une cause noble » ; (2-) « chacun pour moi » jusqu’à sacrifier la vie des autres pour assouvir ses désirs),

(4-) les « valeurs » étant de toutes sortes et diversement partagées, seules des études empiriques, avec une approche interprétative, permettent de statuer sur l’ universalité de certaines ou tout au moins sur la présence majoritaire de celle-ci ou minoritaire de celle-là ,

(5-) Individus et organisations, peuvent tenir passionnément à leurs raisons et leurs valeurs en particulier à celles qui fondent leurs raisons, et ne pas du tout les considérer comme « relatives », ni même discutables. Cela peut conduire à toutes sortes d’accords,

(6-) le chercheur en SHS doit s’attacher à être « neutre » et sans jugement de valeur lorsqu’il considère les valeurs qui animent les acteurs sociaux, individus et organisations, par une approche critique et interprétative.

(7-) (a-) Une idée est appréciée comme « vraie » si elle est cohérente avec les prémisses procédant de ce qui est perçu comme des nécessités de la nature, dont les nécessités de TOUTES les personnes concernées. (b-) Une idée est appréciée comme « juste » ou non par chacun concernée si elle est cohérente ou non avec SES prémisses poussées in fine par ses affects. « Chacun » comprend TOUTES les personnes, physiques ou morales en général sous la conduite d’une certaine raison4, concernées à savoir étant ou ayant été affectées, ces affections leur provoquant toutes sortes d’affects. Le chercheur-observateur en SHS est aussi une personne concernée mais ce n’est pas la seule !

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

1Raymond Boudon, Essais sur la théorie générale de la rationalité, PUF, 2007

2Se reporter à l’article (A-1) Argumentation pour des raisons multiples à propos d’une chose

3David Hume : Traité de la Nature Humaine., III i 1 6

4Parmi les personnes morales, certains souhaitent y inclure la « nature » et en tout cas les générations futures (ex : H. Jonas)

5Catherine Colliot-Thélène : « retour sur les rationalités chez max weber » La Documentation française | « Les Champs de Mars » 2011/2 N° 22 | pages 13 à 30

6Raymond Boudon : (1-) La « rationalité axiologique » : une notion essentielle pour l’analyse des phénomènes normatifs dans La sociologie et les sciences sociales : une affaire de discipline(s)? Volume 31, numéro 1, 1999 ; (2-) la rationalité axiologique, Presses Universitaires de France | « Sociologies », 1998 | pages 13 à 57



Citer ce billet
André Moulin (2021, 11 mars). Article (D-7)-Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon. Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uj8t

2 réponses sur “Article (D-7)-Lecture spinoziste des différentes rationalités et des thèses de R Boudon”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search