Article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire

Cet article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Le titre de cet article renvoie à la « philosophie du langage ordinaire » et à un de ses concepts clé, les « jeux de langage », concept que nous analysons avec notre concept de « raison ordinaire » ou « logique ordinaire » permettant de se prémunir du « préjugé de la pureté cristalline » de la logique que dénonce Wittgenstein1.

Cette analyse est faite en mobilisant nos thèses établies à partir de notre lecture de Spinoza et qui constituent notre référentiel épistémique pour aborder de nombreux sujets de sciences humaines en se fondant donc sur une « philosophie pratique »2 mobilisant Spinoza. Ces thèses sont établies et présentées dans nos articles Prémisses fondamentales pour toute SHS et Thèses communes pour toute SHS.

À partir des articles cités et de nos thèses, le présent article développe, dans une première partie, les concepts clés suivants : « vrai » extrinsèque et intrinsèque, nécessités de la nature, savoir et scientificité, croyance, intuition, imagination. Ces concepts permettent de prendre acte que les raisons et les logiques sont de toute sorte, difficiles à qualifier ou non d’« ordinaires ».

Ensuite, dans une deuxième partie et à partir de ces concepts posés, cet article discute l’approche philosophique mobilisant les concepts de « langage ordinaire » et de « jeux de langage », au regard de ce qu’ils permettent d’exprimer, à savoir des raisons et des logiques de toute sorte, « ordinaires » ou non.

Enfin, les « raisons ou logiques ordinaires » ainsi établies étant exprimées par des gens à priori « ordinaires », le dernier chapitre analyse l’usage et l’évolution de leur langue et langage à priori « ordinaire » pour « mieux » exprimer leurs « raisons ou logiques ordinaires ».

Cette deuxième partie mobilise beaucoup Ch. Chauviré pour aborder plus facilement Wittgenstein. Dans certains des articles cités, Ch. Chauviré associe Wittgenstein et Peirce3. Cela nous conduit, dans l’annexe raison « ordinaire » ou « vague » ou « de vivre », à considérer rapidement Peirce au regard de nos thèses.

La thèse principale qui sous-tend notre article est que les « raisons ou logiques ordinaires » déterminent le « langage ordinaire », et non l’inverse, de même qu’elles déterminent toutes les autres activités et « formes de vie »4. Ainsi, nous substituons une philosophie de la « raison ou logique ordinaire » à une philosophie « du langage ordinaire ».

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI

1Wittgenstein : Investigations philosophiques, 107-108

2Deleuze : Spinoza philosophie pratique (Edition de minuit, 1981)

3Notamment dans Peirce et la signification(1995) et Rorty lecteur de Peirce et Wittgenstein (Sur un article de jeunesse de Rorty) Dans Revue française d’études américaines 2010/2 (n° 124)

4« Le mot «jeu de langage» doit faire ressortir ici que le parler du langage fait partie d’une activité ou d’une forme de vie » (Wittgenstein, Ibid).



Citer ce billet
André Moulin (2023, 1 juillet). Article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire. Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uj9j

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search