Article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer

Cet article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Les analyses des problématiques titres (connaissance vérité certitude chez Spinoza) présentées dans cet article mobilisent principalement deux auteurs, F. Alquié1 et M. A. Gleizer2 3, du fait de la pertinence et de la richesse de leurs apports pour nous éclairer sur la raison, la vérité, chez Spinoza.

Toutefois, ces analyses sont faites dans le cadre de nos thèses établies à partir de notre propre lecture de Spinoza et qui constituent notre référentiel épistémologique pour aborder de nombreux sujets de sciences humaines en se fondant donc sur une « philosophie pratique »4 mobilisant Spinoza. Ces thèses sont établies et présentées dans nos deux articles Prémisses fondamentales pour toute SHS et Thèses communes pour toute SHS.

Ces deux articles, exposant nos thèses, mobilisent nos deux articles fondateurs à propos de la raison chez Spinoza : Critique de la Raison chez Spinoza et raisons multiples à propos d’une chose et Introduction de raisons multiples dans les écrits de Spinoza.

À partir de ces deux articles, de nos thèses, des 7 axiomes de E1 et des « notions communes », et des analyses de F. Alquié et M.A. Gleizer, notre article développe les quelques concepts clés suivants : nécessités de la nature, savoir et scientificité, croyance, intuition, imagination.

Remarque : De F. Alquié et M.A. Gleizer nous mobilisons surtout deux grands sujets traités par ceux-ci : (1-) les deux aspects complémentaires du concept de vérité que sont l’adaequatio et la convenientia (« L’idée vraie, pour être pleinement vraie, doit satisfaire à une double condition : être adéquate (cohérente) et s’accorder avec son objet ») surtout traité par M.A. Gleizer5, (2-) les quatre genres de connaissances (par « expérience vague », premier au troisième genre6), surtout traité par F. Alquié.

Il analyse ensuite les conditions de partage d’une connaissance.

Enfin, cet article ébauche une analyse l’Éthique de Spinoza au prisme des notions communes et des 7 axiomes de E1.

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI.

1Alquié, F., Le Rationalisme de Spinoza, PUF, col. Épiméthée, Paris, 1981 ; chap 12. connaissance et expérience, chap 13. connaissance et vérité, chap 14 la science intuitive

2M. A. Gleizer, « Remarques sur le problème de la vérité chez Spinoza », Philonsorbonne [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 03/02/2013 :

3M. A. Gleizer, Landim Filho (Raul), « Préface », Vérité et Certitude chez Spinoza, Classiques Garnier, p. 11-16

4Deleuze : Spinoza philosophie pratique (Edition de minuit, 1981)

5M. A. Gleizer, « Remarques sur le problème de la vérité chez Spinoza », Philonsorbonne [En ligne], 5 | 2011, 03/02/2013

6Spinoza E2-P40 scolie 2



Citer ce billet
André Moulin (2023, 1 juillet). Article (D-f) connaissance vérité certitude chez Spinoza selon Alquié et Gleizer. Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uj9i

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search