Chères lectrices et lecteurs

Le titre de ce carnet de recherche (« actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales ») est certainement présomptueux.

Ce carnet prolonge une recherche menée par son initiateur depuis sa reprise d’études académiques à l’université d’Evry aboutissant à un doctorat en sociologie du travail, soutenu en Septembre 2017, et parallèlement à Sorbonne Paris 1 aboutissant à un master 2 recherche en philosophie sociale relatif au multi-culturalisme, soutenu en Septembre 2015.

Le document de thèse est accessible en cliquant ICI, l’article (C-3) Perceptions exprimées et conduites des salariés convictions et passions en étant un résumé.

Le document de master (Sociétés multicommunautaires: sentiments et émotions dans les délibérations) est accessible en cliquant ICI et un article en cours en sera un résumé.

Ces deux recherches initiales ont mobilisé de nombreux philosophes dont Spinoza, en particulier ses enseignements sur la Raison et les affects.

Bien des philosophes ont déjà mobilisé Spinoza dans les sciences sociales et l’initiateur de ce carnet a la chance et le plaisir d’assister, depuis ses années de reprise d’études académiques, aux séminaires de Chantal Jaquet et de Frédéric Lordon, de faire connaissance avec leurs œuvres et d’apprécier la mobilisation qu’ils font de Spinoza dans les sciences sociales.

De même que ces auteurs, avec de nombreux autres, ce carnet mobilise des concepts spinozistes très éclairants pour les sciences sociales, ex : conatus, nécessités de la nature et libre-nécessité, imitation des affects, puissance de la multitude, affects, Raison, etc., y compris en élargissant ces concepts aux institutions humaines.

L’actualisation que propose ce carnet avant de mobiliser la philosophie de Spinoza (actualisation mentionnée dans le sous-titre : « introduction du concept de raisons multiples poussées par les affects ») semble anodine, d’autant que Spinoza a déjà préparé le terrain : même s’il n’appelle « Raison » que la connaissance du 2. genre, les quatre types de connaissance qu’il énonce dans l’Éthique (connaissance vague et les trois genres de connaissances), ainsi que les quatre modes de perception de l’entendement qu’il expose dans le TRE, conduisent à envisager des raisons ou connaissances très diverses à propos d’une chose, diversité à la mesure de la diversité des gens tels qu’ils sont.

Comme essaye de le montrer l’article (D-2) epistemologie naïve et émotions épistémiques au prisme de Spinoza et comme le montrent les sciences cognitives en général, les liens entre raisons et connaissances d’une part et les affects d’autres parts sont intimes. En premier lieu, chacun (humain ou institution humaine) est poussé par ses affects (de désir, de crainte, etc..) à construire ou à adopter une raison et pas une autre à propos d’une chose. Cela peut conduire à des délibérations raisonnables, feutrées et polies, mais également à des conflits passionnés et même violents entre individus ou entre individus et institutions, en particulier lorsque les nécessités de la nature qui fondent les raisons des uns ne sont pas reconnues par les raisons d’autres.

C’est l’objectif de ce carnet, avec la contribution de vous tous lectrices et lecteurs, que de développer de nombreux sujets de sciences sociales en mobilisant Spinoza et l’actualisation que nous en faisons à propos de la raison.



Citer ce billet
André Moulin (2021, 14 février). Chères lectrices et lecteurs. Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uj8s

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search