Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles

Présentation générale

Nos articles (C-1-x) ne s’attardent que très peu sur le sujet « production et répartition de la richesse produite; plus-value, valeur ajoutée, etc… », sujet largement traité par tous les économistes, marxistes ou non, à propos de toute organisation économique. Nous souhaitons montrer ce qui fonde vraiment le capitalisme : l’appropriation des moyens de production et donc leur propriété et maîtrise totale par le « capitaliste » . Ce sont les procédés d’appropriation des moyens de production qui sont à discuter en premier lieu, depuis l’accumulation « primitive » selon Marx, en passant par le concept de « responsabilité limitée »1 (dont Y.N. Harari souligne l’ingéniosité pour le développement du capitalisme2 ) et en considérant tous les procédés que ce concept permet jusqu’à nos jours pour acquérir et maîtriser tous les moyens de production en y misant que bien peu.

1 En France, lois du 23 mai 1863 puis du 24 juillet 1867 ; en Angleterre lois de 1856 à 1862 sur les Joint-Stock Company limited

2 Y.N. Harari : SAPIENS ; la révolution cognitive ; L’Arbre de la connaissance ; La légende de Peugeot : « Peugeot appartient à un genre particulier de fictions juridiques, celle des « sociétés anonymes à responsabilité limitée ». L’idée qui se trouve derrière ces compagnies compte parmi les inventions les plus ingénieuses de l’humanité. »

Comme nous le montrons dans nos différents articles (C-1-x), ce sont ces procédés qui entraînent la maîtrise d’un rapport salarial de subordination et la concentration des patrimoines en de moins en moins de mains.

Aussi, ceux qui souhaitent changer le capitalisme doivent d’abord remplacer ce concept de « responsabilité limitée » par un concept de « responsabilité et propriété partagées » entre les actionnaires et le collectif de travail, chacun selon sa contribution effective, en rendant ce collectif personne morale et sujet de droit quant à la propriété.

Propriété des actions et droits de propriété sur les moyens de production

Dans nos articles (C-1-x) de cette rubrique, nous écrivons souvent que le capitaliste est propriétaire des moyens de production ou tout comme. Compte tenu d’objections juridiques disant que le capitaliste n’est propriétaire que des actions, nous expliquons ici notre raccourci pour montrer que le capitaliste se cache derrière un petit doigt juridique. Ces explications sont à prendre en compte dans les articles cités.

Nous considérons l’ensemble des actionnaires d’une société, dont les « petits » actionnaires qui ont vraiment l’impression de ne posséder que quelques actions et qui n’ont guère droit à la parole (Toutefois, la manière plus ou moins démocratique dont sont prises les décisions à propos de l’entreprise dans cette association appelée « le capitaliste » n’est pas notre sujet).

Nous précisons que nous appelons « capitalistes » ceux qui n’ont qu’un seul désir : l’accumulation monétaire et patrimoniale. Nous disons qu’ils sont dominants bien que minoritaires : la plupart des « capitalistes industriels », de propriétaires de PME, ont d’autres prémisses, ex : mettre à disposition un bien ou un service utile à ses concitoyens ou donner du travail à tous ses salariés, tout en restant viable financièrement.

La propriété de l’ensemble des actions par le capitaliste lui donne droit de jouir et disposer de TOUS les moyens de production de la manière la plus absolue. Ce droit est la définition même de la propriété selon l’article 544 du Code Civil (« La propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements »).

Comme expliqué dans l’article (C-1-a), le capitaliste, parce qu’il a misé un peu au départ, décide pour TOUS les moyens de productions acquis par l’entreprise. Sur ordre et désir du capitaliste représenté au C.A., l’entreprise doit les entretenir à ses frais, les exploiter (ex : 8H sur 5 jours à 3*8H sur 7 jours/semaine), les augmenter (le plus souvent en empruntant directement), les vendre pour verser des dividendes exceptionnels au capitaliste (ex : vendre un siège social à Paris et louer en banlieue). Le capitaliste peut même récupérer une partie de sa mise tout en conservant TOUS ses droits de propriété : il ordonne à l’entreprise de lui racheter une partie de ses actions (10% par an maximum dit la loi) et lui ordonne même d’emprunter pour cela.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.