article (C-1-l) analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery

Cet article est directement accessible en cliquant ICI

Notre article analyse et complète un peu la thèse en économie de Th. Dallery, thèse tout à fait éclairante sur les objectifs et le fonctionnement du capitalisme financier et montrant que la logique financière n’a que peu à voir avec la logique de production de biens et de services.

Cette thèse remet en cause la doxa dominante, y compris marxiste, que les « profits » des actionnaires procèdent d’une croissance profitable de l’économie, croissance profitable grâce aux investissements et aux risques qui seraient pris par les actionnaires-investisseurs et croissance bénéfique pour tous, en particulier pour les salariés.

Le résumé de cette thèse présente le constat que « la financiarisation conduit …. à une réorientation vers les exigences de rentabilité actionnariales, au détriment .. de l’accumulation du capital, de la sécurité financière (endettement) et réelle (utilisation des capacités), ainsi qu’en défaveur des salariés (salaire réel) »  puis se termine par « Nous montrons alors que la distribution de dividendes et le rachat d’actions permettent, dans les limites autorisées par l’endettement, d’alimenter la consommation des rentiers, et de réaliser la rentabilité exigée [par « les rentiers » ou actionnaires], malgré le ralentissement de l’accumulation ».

Dans cette thèse, l’auteur décrit les astuces financières mises en œuvre pour assouvir le désir lucratif des actionnaires, notamment « effet de levier » et « rachat d’actions ». Comme l’indique le titre de cette thèse, l’objectif de l’auteur et de constater, avec force équations, le « divorce » entre rentabilité pour l’actionnaire et croissance économique. Par contre, il ne montre pas ce qui permet ces astuces financières sauf le fait que les actionnaires s’appuient sur leurs droits de propriété. Notre propos est de compléter légèrement cette thèse pour y mentionner ce qui, dans le cadre de la propriété, permet tout ce qui est montré dans cette thèse.

Comme le montre les autres articles de notre carnet, les fondements de tout ce qui est mis en œuvre pour assouvir ce désir des actionnaires sont les lois sur la « responsabilité limitée » et l’inexistence juridique de l’entreprise : elles permettent à l’actionnaire d’être propriétaire exclusif des moyens de production alors même qu’il n’y contribue que très peu, beaucoup moins que l’entreprise.

Ce sont les règles ou procédés d’appropriation qu’il faut interroger, et pas forcément la propriété qui, avec la dette, n’est en rien une caractéristique du capitalisme.D’après nous, l’entreprise, son collectif de salariés, devrait, comme une association loi 1901, être propriétaire des moyens de production, au même titre que les actionnaires, à savoir chacun au prorata de sa contribution, nommé capital. Pour que sa propriété soit reconnue, l’entreprise devrait donc, comme une association, être sujet de droit.

Notre analyse est faite « au prisme des moyens de production » et est donc fondée sur la classification marxiste : Ceux qui possèdent les moyens de production et ceux qui n’ont que leur force de travail à proposer à ces possédants.

Notre analyse est faite en ayant toujours deux questions à l’esprit : (1-) qui contribue et qui possède les moyens de production (qui = actionnaires et/ou collectif de salariés) ; (2-) quels sont les risques pris ou imposés à chacun, actionnaires et collectif de salariés.

Cette analyse, conduisant parfois à proposer quelques compléments à cette thèse, aborde les sujets suivants : (1-) Quid des moyens de production, (2-) Effets de levier et rachat d’actions, (3-) Que nomme-t-on « capital » ? (4-) L’endettement : qui s’endette ou fait s’endetter et dans quel but, qui rembourse, (5-) De quoi procèdent les « profits » et pour qui ? (6-) Fin de l’exclusivité d’appropriation des moyens de production.

Cet article est directement accessible en cliquant ICI



Citer ce billet
André Moulin (2022, 10 novembre). article (C-1-l) analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery. Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uj9e

2 réponses sur “article (C-1-l) analyse et complément à la thèse Le_divorce_rentabilite_croissance_dans_le capitalisme financier Th. Dallery”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search