Article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel

Cet article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel est sous Creative Commons BY-SA 4.0.

Pour accéder directement à cet article, cliquez ICI

Nos articles des rubriques Caractérisation de l’économie capitaliste et évolutions possibles et Analyse du capitalisme actuel au prisme des moyens de production de nos carnets de recherche mobilisent les propos de Marx sur l’acquisition des moyens de production par le capitaliste et plus généralement sur sa totale contribution financière1 et soulignent la prise en compte littérale de ces propos ou l’ignorance de leur non-actualité par les militants marxistes et les économistes « de gauche » actuels, alors même que la littérature financière décrit sans détours des procédés ou astuces permettant à l’actionnaire d’investir le moins possible pour posséder exclusivement les moyens de production.

Cet article commente dix propositions2 de E. Mandel, économiste marxiste reconnu, qui fondent son ouvrage majeur Le troisième Age du capitalisme, dans lequel il s’attache à montrer la pertinence de l’analyse marxiste, dont celle à propos de l’acquisition des moyens de production, pour prendre en compte d’autres théories de référence comme celles de Kondratieff (théorie des ondes longues), Schumpeter (les cycles d’innovation), Rostow (Les cinq étapes de la croissance économique).

Ces dix propositions de E. Mandel embrassent les sujets les plus importants à propos du capitalisme et nos commentaires permettent ensuite de souligner l’obstacle stratégique à toute remise en cause durable du capitalisme, à savoir une remise en cause qui soit in fine acceptée par tous sans nécessité de coercition permanente. Cet obstacle stratégique est la non dénonciation de la méthode capitaliste d’appropriation des moyens de production, méthode à remplacer, en première étape, par l’appropriation libérale de ceux-ci par le collectif de salariés, enfin sujet de droit.

1Dans Travail salarié et Capital, Marx écrit : « Le capitaliste lui [à l’ouvrier tisserand] fournit le métier à tisser et le fil » et plus loin «  Le capitaliste achète avec une partie de sa fortune actuelle, de son capital, la force de travail du tisserand tout comme il a acquis, avec une autre partie de sa fortune, la matière première, le fil, et l’instrument de travail, le métier à tisser ». Dans Le Capital 1,Chap. V – Procès de travail et procès de valorisation, Marx décrit un capitaliste qui paye de sa fortune : « Revenons maintenant à notre capitaliste. Nous l’avions laissé alors qu’il venait d ‘acheter sur le marché tous les facteurs nécessaires au procès de travail, les facteurs objectifs ou moyens de production, le facteur personnel ou force de travail ».

2Dans un texte paru dans Social Science Information, 24, 3, 1985 ; reproduit dans Ulf Himmelstrand (ed.), Interfaces in Economic & Social Analysis, Routledge, 1992. Ce texte (Variables partiellement indépendantes et logique interne dans l’analyse économique marxiste classique) a été publié en annexe de la réédition française du Troisième Age du capitalisme (Les Editions de la Passion, Paris, 1997)

Pour accéder maintenant à cet article, cliquez ICI



Citer ce billet
André Moulin (2022, 13 juillet). Article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel. Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uj9d

4 réponses sur “Article (D-e) Discussion des dix propositions de Ernest Mandel”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search