Article (D-2) épistémologie ordinaire et émotions épistémiques au prisme de Spinoza

To read the abstract and table of content of this article, click HERE

Pour lire cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

Les questions traitées dans cet article procèdent de séminaires à l’EHESS et à la Sorbonne Paris 1 suivis de 2018 à 2023 ainsi que de la documentation associée transmise par les professeures citées : (1-) émotions épistémiques de G. Origgi et A. Godber, (2-) épistémologie naïve de P. Engel et J.Dokic, (3-) les discriminations de M. Bessone et (4-) du séminaire de G. Origgi Épistémologie sociale et politique les enjeux de la diversité. Des extraits de ces documents sont donc mentionnés dans cet article.

L’épistémologie ordinaire1 est celle de chacun, les gens tels qu’ils sont, avec leurs dires et gestes approximatifs, improbables (d’où notre prise en compte des « émotions épistémiques »), épistémologie souvent empreinte de préjugés (d’où notre prise en compte des discriminations épistémiques).

1Le terme épistémologie ordinaire, au lieu de naïve, est un clin d’œil au « langage ordinaire » mis en avant par Wittgenstein. Voir notre article (D-g) philosophie de la raison ou logique ordinaire exprimée en langage ordinaire.

L’objectif initial de cet article est de reconsidérer l’approche plutôt normative de certains chercheurs à propos de l’épistémologie quotidienne des gens utilisant certains mots et pas d’autres, pas toujours les « bons » selon la définition des chercheurs en sciences cognitives (ex : Usage judicieux d’un terme factif (Je sais, je vois) ou non factif (je crois, je pense)).

C’est une très forte hypothèse épistémique que de considérer qu’un « naïf » maîtrise et utilise à bon escient le « vocabulaire épistémique ».

De plus, des chercheurs disent qu’il y a « « trop » d’utilisation du terme « savoir » » ou que d’autres mots sont « mal » utilisés. Pour dire « trop » ou « mal » il faut se situer dans un référentiel, un référentiel permettant de comparer (« trop ») ou permettant de classer et même de juger (« mal »). Quel référentiel ? Et dans quelle langue ?

Pour considérer l’épistémologie « ordinaire » de chacun, notre article pose d’abord des prémisses fondamentales, constituant un référentiel permettant de s’affranchir de ce « vocabulaire épistémique ».

Ces prémisses sont ensuite mobilisées pour analyser tout entendement, idée ou édifice d’idées énoncées et reçues, et le qualifier de croyance, de connaissance, d’intuition, d’imagination,

Enfin, dans une troisième partie, notre article traite plus précisément des modes de perception et émotions épistémiques.

Pour lire maintenant cet article dans un autre onglet, cliquer ICI

1 Notons les expressions « naïves » : « ce qu’il dit..ça se tient », « .ça tient debout », « .ça ne tient pas debout » : c’est le « standard » naïf, laissé à l’appréciation de chacun (de Rose (1992) parle de « low » ou « high » standard)

2Thèses de l’Invariantisme : le sens (= les conditions de vérité) des attributions de connaissance est invariant (ex : Jason Stanley (2005)) ou thèse du Contextualisme : le sens de « savoir » varie selon les contextes (ex : de Rose 2002)



Citer ce billet
André Moulin (2021, 31 janvier). Article (D-2) épistémologie ordinaire et émotions épistémiques au prisme de Spinoza. Actualisation puis mobilisation de Spinoza dans les sciences sociales. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uj8n

Une réponse sur “Article (D-2) épistémologie ordinaire et émotions épistémiques au prisme de Spinoza”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search